Paris Match Belgique

F.E.M.M : En France, les femmes de l’industrie musicale se lèvent contre le sexisme

sexisme

Christine and the Queens à Coachella. | © VALERIE MACON / AFP

Musique

Près de 700 professionnelles issues du milieu musical ont signé un manifeste contre le sexisme dans leur secteur : F.E.M.M., Femmes Engagées des Métiers de la Musique.

Jeanne Added, Clara Luciani, le duo Brigitte, Fishbach, Camélia Jordana, Chris(tine and the Queens), Zazie… Elles sont 690 travaillant dans l’industrie musicale à dire stop au sexisme ambiant à l’intérieur de leur secteur, en signant un manifeste, publié le 16 avril dans Télérama. « Nous, artistes, musiciennes, techniciennes, productrices, éditrices, compositrices, manageuses, attachées de presse, juristes et plus globalement ‘femmes des métiers de la musique’, avons toutes été victimes ou témoins du sexisme qui règne au quotidien : les propos misogynes, les comportements déplacés récurrents, les agressions sexuelles qui atteignent en toute impunité la dignité des femmes. Nous connaissons le fonctionnement – ou plutôt le dysfonctionnement – du secteur : les disparités salariales, l’invisibilité des femmes aux postes à responsabilité, les préjugés et les non-dits qui bloquent le développement et les carrières de professionnelles pourtant compétentes et investies », commencent-elles dans ce manifeste intitulé F.E.M.M. (Femmes Engagées des Métiers de la Musique).

Après le collectif 5050 dans le cinéma, cet appel à une « révolution égalitaire » dans la musique est une prise de parole supplémentaire, influencée par l’affaire Weinstein et toutes les conséquences qu’elle a pu engendrer et qu’elle provoque encore aujourd’hui. Plus d’un an et demi après ces révélations qui ont fait l’effet d’une bombe – sans pour autant étonner -, le monde entier a vu une prise de conscience collective, pour toutes et tous.

Lire aussi > Dans « Balance ton quoi », Angèle fait un procès au sexisme

Contre toute discrimination

Le manifeste ne vise pas seulement les remarques et violences sexistes. Motivées par un féminisme intersectionnel, les signataires se lèvent contre tout comportement discriminant. « Le temps est venu pour le monde de la musique de faire sa révolution égalitaire : les agissements sexistes, racistes, et plus globalement tous les comportements discriminants ne sont plus tolérables et doivent être dénoncés et sanctionnés. Trop longtemps, ils ont été passés sous silence. Nous prenons le micro aujourd’hui pour crier haut et fort que nous n’avons plus peur de les refuser », poursuivent-elles. Pour changer profondément les mentalités et les pratiques de l’industrie musicale en France, les 690 professionnelles du milieu appellent notamment à « questionner la répartition du pouvoir » et à « dépasser le seul sujet du harcèlement et des violences sexuelles ».

La liste de signataires et le manifeste est à retrouver dans leur intégralité sur le site de Télérama.

CIM Internet