Paris Match Belgique

Lost Frequencies, DJ belge et intercontinental : « Jouer à Bruxelles est toujours très spécial pour moi »

Lost Frequencies, en concert le 18 août au BSF et le 9 novembre à Forest National | © DR

Musique

Ses shows à l’habillage visuel léché sont des distillateurs de bonheur. 2019 marque son grand retour en Belgique.

Félix De Laet sillonne la planète à longueur d’année. Le Belge a complètement conquis la scène électro grâce à des titres dansants qui réchauffent les cœurs et les sangs par toute température !

Paris Match. Comment gérez-vous vos déplacements incessants ?
Lost Frequencies. Avec l’expérience, j’ai appris à privilégier les concerts en Europe durant l’été car il y fait beau, et à voyager en-dehors de l’Europe le reste de l’année (il fera une grande tournée aux USA en octobre). Une façon de se montrer exclusif selon les endroits du monde et à ne pas lasser le public. Il faut aussi se montrer pratique et aménager au mieux l’agenda. Juste avant cet été, j’ai participé à un très gros concert au Canada mais j’en ai profité pour rajouter certaines dates. C’est rare que j’accepte un seul gros déplacement, même s’il est parfois difficile de refuser une proposition alléchante, comme pour l’un des plus gros festivals de musique électronique au Mexique, EDC Mexico.

La Belgique sera très présente cette année. Vous retrouvez le BSF et jouerez à Forest National en novembre.
Jouer à Bruxelles est toujours très spécial pour moi, tout simplement parce que je n’y suis quasiment jamais ! Même si mes chansons passent à la radio, j’ai besoin de ressentir l’humeur du moment.

Je m’implique totalement dans l’élaboration scénique de mes concerts

Je ne compte pas proposer le même show au BSF et à Forest pour réserver la surprise au public. Je promets un chouette moment à chaque fois. Quand j’ai commencé, il y a 5 ans, j’avais encore beaucoup de choses à apprendre. Depuis cette année, je m’implique totalement dans l’élaboration scénique de mes concerts mais aussi la production de mes disques. Aujourd’hui, je sais où je vais musicalement et je peux, dès lors, me consacrer à d’autres aspects, je travaille notamment le visuel de mes shows avec un Tour Manager anglais spécialisé dans le domaine. Les avancées technologiques sont telles que nous pouvons nous permettre des effets incroyables, l’informatique est vraiment au service de l’art et du créatif. Mais ne jamais oublier que la musique prime.

DR

Un DJ multiplie les remix et les collaborations. Comment choisissez-vous ?
De nombreux artistes, pas spécialement connus, me proposent des choses. Avec des noms plus prestigieux comme Aloe Blacc ou James Blunt, il faut savoir saisir les opportunités. Ma boîte mail est remplie de démos. J’ai toujours envie de surprendre. J’ai trouvé le juste milieu entre des chansons plus relax et d’autres plus hard qui s’intègrent bien dans mes sets.

Lire aussi > Christine & the Queens : « Je n’ai pas l’impression d’être provocante »

Un nouvel album est-il prévu ?
Au BSF, je présenterai de nouveaux morceaux, sans oublier tous mes hits qui me rappellent tant de bons moments. Je prévois un double album fin septembre dont l’un sera un long remix DJ non-stop, idéal pour écouter en voiture ! Mais je compte bien enregistrer le life de Forest National pour en faire également un album.

Ibiza est-elle votre destination obligée de l’été ?
J’y suis toutes les semaines, j’y retrouve une « vibe » internationale, je m’y sens un peu chez moi.

DR

Quels sont vos grands souvenirs ?
Le festival de Coachella aux USA fut un grand moment. Mais mes Life à Tomorrowland restent incontournables. L’été je travaille, les vacances c’est pour après. Je partirai à Saint-Thomas dans les Caraïbes, j’ai de la famille qui y vit. Personne ne m’y connait, je passe du temps sur la plage avec des amis jamaïcains, je déconnecte vraiment.

Est-ce facile d’être un DJ star en Belgique ?
Tout le monde est toujours très gentil avec moi, on m’arrête pour une photo en m’appelant Lost ou Félix, c’est tellement agréable.

BSF, Le Brussels Summer Festival

Des découvertes et des grands noms, des Belges bourrés de talent et des pointures internationales, c’est une fois encore le programme du RDV estival bruxellois. Christine And The Queens, Hooverphonic, Kyo, Manic Street Preachers, Suarez, Mustii, The Avener, Hyphen Hyphen, Alvaro Soler, Georgio Moroder… Eclectique. Du 14 au 18 août, plus d’infos sur www.bsf.be.

CIM Internet