Paris Match Belgique

YouTube : Le recordman de vues en 24h est un rappeur dont vous n’avez sûrement jamais entendu parler

Badshah

Badshah. | © Sujit Jaiswal / AFP

Musique

Une performance qui a poussé YouTube à mener sa petite enquête.

Surprise. Le record de vues en 24 heures sur une vidéo YouTube n’est plus détenu par le groupe de K-pop BTS dont le clip « Boy With Luv » atteignait 74,6 millions de vues en une journée. Il a été battu par le rappeur indien Badshah. Reconnu dans son pays – et très très peu chez nous -, l’artiste a franchi la barre des 75 millions de vues en 24 heures avec son titre « Paagal ». Un chiffre impressionnant qui soulevé le doute chez YouTube.

Avant de communiquer sur cet étrange record, la plateforme de vidéos a voulu d’abord comprendre comment ce rappeur a pu faire mieux que BTS, Ariana Grande ou encore Taylor Swift. C’est vrai que pour un artiste suivi par 700 000 personnes – BTS en compte 21 millions -, ce chiffre est plutôt étrange. D’autant plus que dans les trois semaines suivant sa sortie, le clip n’a obtenu que 40 millions de vues supplémentaires. Autre information qui soulève le doute : l’annonce du lancement du titre « Paagal » n’a accumulé que 30 000 vues. Aurait-il eu recours à des robots pour engendrer ces millions de clics ?

Lire aussi > À 6 ans, cette Youtubeuse s’offre (déjà) une maison à 7 millions d’euros

Faille dans le système

En menant sa petite enquête, YouTube a pu remarquer que l’artiste n’avait finalement pas triché. Selon Bloomberg, Badshah aurait simplement profité d’une faille dans le système de comptabilité. En toute légalité. Avec son label, le rappeur indien aurait acheté des publicités YouTube en intégrant son clip dans d’autres vidéos. Résultat : une vue supplémentaire s’ajoutait dès lors qu’un utilisateur tombait sur cette publicité et en regardait ne serait-ce que quelques secondes, gonflant assez rapidement le compteur jusqu’à battre ce fameux record.

Le label Sony Music India s’est défendu, en avançant que d’autres artistes comme Taylor Swift ou Ariana Grande avaient utilisé cette technique peu scrupuleuse mais néanmoins légale, rapporte Hypebeast. Bloomberg rapporte aussi que ce procédé serait plus lucratif en Inde, où le prix d’achat d’une publicité y est bien moins élevé que dans d’autres régions du monde. Pour 5 millions de roupies, soit environ 65 000 euros, un artiste peut générer 67 millions d’impressions sur sa publicité. Pour atteindre ce chiffre aux États-Unis, il faudrait débourser environ 1,35 million d’euros. Ce qui rend la pratique bien plus rentable pour les artistes indiens comme Badshah.

Le record n’a finalement pas été communiqué, ni célébré par YouTube. Ce qui a eu le don d’énerver les fans du rappeur. Sur Instagram, l’artiste a poussé un coup de gueule face au critique et à l’hypocrisie de la plateforme. « Ce que certains appellent fausses vues ne sont pas des fausses vues. Ce sont des publicités Google AdWords. C’est une manière de promouvoir une vidéo, nous en avons achetés partout dans le monde, pour que notre vidéo puisse être vue dans le monde entier », explique Badshah dans sa story, déclarant avoir travaillé dur pour arriver à un tel résultat. « Je ne veux pas que les gens à l’étranger voient l’Inde comme elle est présentée dans un film comme Slumdog Millionaire. Nous sommes sur un pied d’égalité avec le reste du monde. Il est temps que nous brillions. »

CIM Internet