Paris Match Belgique

On vous décortique le fabuleux line-up du Pukkelpop

pukkelpop 2019

Hasselt va encore vibrer aux sons du mastodonte néerlandophone. | © BELGA PHOTO / JONAS ROOSENS.

Musique

Pour sa 34ème édition, le festival flamand a mis les petits plats dans les grands et offre sûrement l’un des meilleurs line-up de l’été en Europe. On vous présente 12 artistes qui valent le détour – il y en a pour tous les goûts – et qu’il faudra absolument voir sur la plaine de Kiewit, entre le 15 et le 18 août.

 

Big Thief – Vendredi 16/08

Le quatuor en provenance de Brooklyn produit depuis maintenant trois ans une musique d’une beauté saisissante. Projet indie aux sonorités douces et folk, il réunit Buck Meek à la guitare, James Krivchenia à la batterie et Max Oleartchik à la basse, autour de la ô combien talentueuse Adrianne Lenker, songwriter et chanteuse du groupe à seulement 25 printemps. Considéré comme l’un des meilleurs groupes de rock indie de la décennie, ils lâchaient en mai dernier leur troisième album, U.F.O.F, poétique à souhait et acclamé d’emblée. Ils vous feront débuter ce week-end festif tout en délicatesse.

Lire aussi > PKP DWNTWN : Quand le Pukkelpop fait danser le centre d’Hasselt

Sharon Van Etten – Vendredi 16/08

On reste plongé dans la folk américaine et on se dirige vers la divine Sharon Van Etten, new-yorkaise elle aussi. À 38 ans, et après quatre albums indie rock minimalistes aux accents soul, la chanteuse revenait aux affaires avec Remind me tomorrow en janvier dernier. Plus sereine et accomplie que jamais, selon ses propres mots, celle qui avait pris une longue pause pour s’occuper de son bambin de cinq ans fait figure de must-see. Ses prestations grâcieuses, telle celle livrée en mars dernier au Botanique, transporteraient même les coeurs les plus glacés.

Loyle Carner – Vendredi 16/08

Son tant attendu album Not Waving, But Drowning sorti en avril dernier, le rappeur le plus chill de Sa Majesté n’en finit plus d’écumer les salles et festivals avec son rap poétique. Il avait déjà mis tout le monde d’accord avec « Ottolenghi » en octobre 2018 (streamé plus de 5 millions de fois), et le rappeur anglais continue de marquer son monde dans des prestations pleines de sincérité. Cadence fluide et flow organique qui fond dans les oreilles sont au rendez-vous. Ne le ratez pas.

Slowthai – Vendredi 16/08

Rap british, deuxième de suite. Et âmes sensibles s’abstenir. Slowthai, encore méconnu du grand public, est un rappeur brutal qui livre de véritables performances effrénées, à l’image de sa musique survoltée. Sur les radars depuis 2016, celui qui propose un rap engagé (il a récemment allumé Boris Johnson dans les médias britanniques) nous vient de la banlieue de Northampton et, du haut de ses 23 ans, témoigne d’une ascension fulgurante. Préparez-vous, voir Slowthai en live (il nous a époustouflé lors du Primavera à Barcelone), c’est ne pas être sûr d’en ressortir vivant.

The National – Vendredi 16/08 et Dimanche 18/08

Une fois n’est pas coutume, The National va poser ses valises pour tout le week-end du côté de Hasselt et présenter deux shows à deux jours d’intervalle. Deux prestations pas identiques : celui du vendredi sera l’occasion de présenter le dernier album du groupe, I am Easy To Find, sorti en mai dernier et qui contient le lumineux « Light Years ». Tandis que le second show sera le fruit des votes du public. Matt Berninger et sa bande font donc l’événement et l’attente est grande, leurs prestations en festival depuis le début de l’été ayant récolté les louanges un peu partout.

James Blake – Vendredi 16/08

Avec son dernier-né Assume Form, le prodige anglais a signé à 30 ans un chef-d’œuvre d’intimité partagée. Celui que tout le monde s’arrache, de Beyoncé à Kendrick Lamar, déborde aujourd’hui largement les cadres de l’électro mélancolique qui lui colle à la peau, et réunit autour de ses synthés la jeune génération de rappeurs américains (Travis Scott, Moses Sumney), le vétéran André 3000 d’Outkast ou encore la pétillante Rosalía. Pas de doutes, James Blake a su se réinventer avec audace, et son show plein de grâce vous emmènera loin loin dans les cieux.

Lire aussi > Clip Match : Les 5 clips qu’il ne fallait surtout pas manquer cette semaine

Channel Tres – Samedi 17/08

Le « newbie » de Compton Channel Tres se retrouve dans toutes les bonnes playlists de l’été avec ses morceaux enjoués et son style bien à lui. On attend avec impatience son prochain EP intitulé Black Moses, dont le morceau titre éponyme – en featuring avec JPEGMAFIA – a été lâché il y a deux semaines. Le très funky « Sexy Black Timberlake », paré pour les soirées ensoleillées, va réquisitionner les hanches sur la plaine de Kiewit. Channel Tres n’en est qu’au commencement et on lui prédit un avenir digne des plus grands.

Ezra Collective – Samedi 17/08

Entre jazz moderne, afrobeat, hip-hop et grime anglais, Ezra Collective fait partie de ces groupes inclassables qu’il se faut de voir en live. You Can’t Steal My Joy, premier album du collectif, est un petit bijou exubérant et provocateur, qui invite pour l’occasion plusieurs amis de la bande, parmi lesquels Loyle Carner, Kokoroko et Jorja Smith. À l’image de ce casting, Ezra Collective est l’un des éléments de la scène londonienne qui a permis cette ouverture du jazz à un nouveau public. Adoubé par le grand Gilles Peterson, Ezra Collective constitue une expérience musicale à ne surtout pas manquer.

Jorja Smith – Samedi 17/08

Une pincée de Lauryn Hill, un soupçon de Rihanna, un zeste d’Amy Winehouse … Il en faudrait des comparatifs pour expliquer le talent de Jorja Smith. L’Anglaise d’origine jamaïcaine convoque la sensualité du RnB, l’insolence de la soul et des mélodies jazzy implacables pour un melting-pot musical de haute volée, lui promettant de devenir une des plus belles voix de ces dernières années. Jorja Smith est une artiste rare, avec un avenir radieux devant elle, et propose un son unique dont les fondations ont été posées avec Lost & Found, son premier album immédiatement propulsé dans le peloton de tête des charts britanniques.

The Streets – Samedi 17/08

Après 7 ans d’absence, The Streets alias Mike Skinner revient en force. Après une tournée de retour en grâce aux quatre coins de la planète, deux albums sont prévus dans les mois à venir mais, avant ça, toujours plus de dates. Au menu du show présenté au Pukkelpop, tous les classiques extraits notamment des mythiques Original Pirate Material (2002), A Grand Don’t Come For Free (2004), The Hardest Way To Make An Easy Living (2006) ou encore Everything is Borrowed (2008). Disparu des radars depuis 2011, Mike Skinner n’a cessé de laisser planer son influence sur la scène urbaine britannique avec ses titres impérissables tels que « Blinded By Lights », « Fit But You Know It », « Dry Your Eyes », « Lets Push Things Forward » et bien d’autres. Une présence inimitable, un flow parfait, un humour cinglant et ce petit air mutin font de Skinner une figure essentielle sur la scène hip hop internationale.

Billie Eilish – Dimanche 18/08

À seulement 17 ans, elle a déjà conquis le coeur d’une bonne partie de la planète rap et redonné au style emo sa coolitude. La petite mais déjà très grande Billie Eilish détruit absolument tout sur son passage. Avec 12 millions de followers sur Instagram, 200 millions de plays Spotify et un milliard de vues YouTube, elle a en effet placé le game très haut. C’est avec le viral « Ocean Eyes », posté en 2015 sur SoundCloud, que Billie explose. Un EP, un morceau dans la BO du film Roma et quelques clips plus tard, elle sortait fin mars son premier album, When We All Fall Asleep Where Do We Go ?, une succession de tubes qui l’a propulsée au rang d’icône. Témoin de son ascension fulgurante, les organisateurs du Pukkelpop l’avait initialement programmée au Castello et non sur la Main Stage. En raison du succès et pour combler les foules, ils ont réparé leur erreur et c’est tant mieux.

Lire aussi > Santé mentale : Billie Eilish rappelle que « demander de l’aide ne vous rendra pas faible » [VIDÉO]

Anderson .Paak and The Free Nationals – Dimanche 18/08

L’Amérique, et le monde entier, est tombée en pamoison devant le nouveau génie du rap de SoCal – comprenez South California. Des bancs de la chorale de son église à la vente de weed, Anderson .Paak est le mec à suivre depuis la sortie de son album Venice en 2014. Collaborant avec la crème – Kendrick, Dr. Dre, Q-Tip, Kaytranada, Snoop Dog -, le garçon assure le spectacle comme personne en live. Ajoutez les virevoltants musiciens de The Free Nationals et vous obtenez la recette pour un show démesuré et endiablé.

CIM Internet