Paris Match Belgique

Quand Peter Fonda inspirait les Beatles lors d’une folle soirée sous acide

Peter Fonda en 2004. | © U. Geislerx/Future Image

Musique

Une chanson culte des Fab Four est directement inspirée d’une conversation avec l’acteur américain, décédé ce 16 août.

Été 1965. La Beatlemania bat son plein. John, Paul, George et Ringo s’apprêtent (une nouvelle fois) à révolutionner le rock avec leur mythique Revolver, imbibé de psychédélisme et d’expérimentations sonores. À cette époque, le groupe, qui avait d’abord découvert la marijuana grâce à Bob Dylan une année plus tôt, s’essaye à l’acide. Et ça s’entend. « She said She said », l’un des titres les plus représentatifs de cette évolution, est d’ailleurs directement inspiré d’un trip sous acide en compagnie de l’acteur Peter Fonda à Los Angeles. Une anecdote ô combien rock’n’roll racontée plus tard par l’acteur d’Easy Rider.

Un trip sous LSD au sommet

Lorsque Peter Fonda débarque à Mulholland Drive cette nuit-là, il plane déjà. Les Fab Four aussi. Mais dans son délire, George Harrison est persuadé qu’il va passer l’arme à gauche. Le jeune acteur, qui n’est pas encore une figure culte du Nouvel Hollywood, va tenter de le rassurer. « Je lui ai dit qu’il n’y avait pas à avoir peur, qu’il fallait tout simplement qu’il se détende. Je lui ai dit que je savais ce que ça faisait d’être mort, car lorsque j’avais dit 10 ans je me suis tiré une balle dans l’estomac, et mon coeur s’est arrêté trois fois tellement j’ai perdu de sang lors de l’opération », se souvenait l’acteur, décédé ce 16 août, dans les colonnes du Los Angeles Times.

Lire aussi > L’incroyable récit de la mort (constipée) d’Elvis Presley

La phrase « Je sais ce que ça fait d’être mort » (« I know what it’s like to be dead ») aurait alors retenu l’attention de John Lennon. « Tu me donnes l’impression de n’être jamais né (« You’re making me feel like I’ve never been born »). Qui t’a mis toutes ces conneries dans le crâne? », lui aurait sèchement répondu le natif de Liverpool. Cet échange halluciné servira de base aux paroles non moins psychédéliques de « She said She said ». Et Ringo Starr sublimera le tout avec l’un de ses meilleurs arrangements à la batterie.

CIM Internet