Paris Match Belgique

Le puissant message de Lizzo pour se sentir « good as hell » [VIDÉO]

lizzo

La performance de Lizzo est mémorable. | © ANGELA WEISS / AFP

Musique

Aux MTV Video Music Awards, l’artiste la plus en vogue du moment Lizzo a chanté deux de ses tubes, « Truth Hurts » et « Good as Hell ». L’occasion pour elle d’adresser à son public un message qui lui tient fortement à coeur. 

Lizzo n’a pas déçu, elle déçoit rarement à vrai dire. Que ce soit avec sa flûte, sur scène ou sur son compte Instagram, la rappeuse aux multiples talents se donne toujours à 100%. À la cérémonie des MTV Video Music Awards lundi soir, l’artiste infatigable a délivré une performance énergique, drôle – merci ce cul gonflé à bloc – et inspirante. Impossible de ne pas vouloir se téléporter dans le public pour profiter de ce moment épique. Après avoir chanté une partie de son tube « Truth Hurts », Lizzo troque son trench coat beige pour un body jaune étincelant, tel un soleil au milieu des nuages, sous les applaudissements d’une Queen Latifah qui ne tient pas en place. Commence alors « Good as Hell », son hymne à la confiance en soi.

Lire aussi > Obama balance sa playlist de l’été (et il y en a pour tous les goûts)

« Je suis fatiguée des conneries », lance-t-elle à la foule, reprenant les paroles de sa chanson. « Je n’ai pas besoin de connaître ton histoire pour savoir que tu en as aussi marre des conneries. C’est tellement difficile de s’aimer dans un monde qui ne vous aime pas en retour, n’ai-je pas raison ? Je veux donc profiter de cette occasion là maintenant, pour simplement me sentir vraiment bien. Parce que tu mérites de te sentir vraiment bien. Nous méritons de nous sentir vraiment bien. » Derrière la chanteuse, ses danseuses – des femmes de couleur et de toutes morphologies – sautent, tourbillonnent et applaudissent pendant que Lizzo adresse ce message inspirant.

« J’ai pleuré comme un bébé en regardant Lizzo et toutes ces belles femmes noires dont les corps ressemblent au mien sur scène ce soir », a tweeté l’actrice et chanteuse américaine Amber Riley.

Ce satané syndrome de l’imposteur

Après sa performance, l’artiste a poursuivi la discussion sur son compte Instagram, expliquant à quel point ce moment était important, pas seulement pour elle. « Chaque femme sur cette scène avait une histoire sur le fait qu’elles n’auraient pas dû être sur cette scène ou ne pas croire qu’elles méritaient d’être sur cette scène, y compris moi-même », écrit-elle, pointant du doigt ce « syndrome de l’imposteur » qui pousse ces femmes à ne pas se sentir légitimes. « Non seulement on nous a appris à croire que nous n’appartenions pas au premier plan, mais lorsque nous arrivons enfin à avoir de l’estime de soi, le monde tente de nous démolir. Pas cette fois. Le monde a souri avec nous, le monde a chanté avec nous. Le monde a vu notre beauté hier soir. Le monde a vu les femmes noires se sentir bien et nous a encouragées », a-t-elle poursuivi, avant de remerciant son équipe.

 

View this post on Instagram

 

Every woman on that stage had a story of either why they shouldn’t have been on that stage or why they didn’t believe they deserved to be on that stage, including myself. “Imposter syndrome” is a privilege to the most marginalized group in America. Not only were we taught to believe we didn’t belong in the spotlight, but when we finally get to a place to self-worth the world tries to knock us down. Not this time. The world smiled with us. The world sang us. The world saw our beauty last night. The world saw black women feeling Good As Hell and cheered us on. Thank you to the best team on the planet @quinnwilsonn @jemelmcwilliams @marko_monroe @iwantalexx @theshelbyswain and a huge I love you to my beautiful heavenly dancers and singers. Being a big black woman with y’all by my side is the honor of my life, and I hope this moment stays forever between yo titties.

A post shared by Lizzo (@lizzobeeating) on

CIM Internet