Paris Match Belgique

Que sont devenus les 10 derniers gagnants de l’Eurovision ?

Conchita Wurst, à Cologne en Allemagne le 9 février 2017, lors de la finale d'Unser Song. | © BELGA/DPA/Henning Kaiser

Musique

Le concours de l’Eurovision permet à beaucoup d’artistes célèbres dans leur pays de faire entendre leur voix à l’extérieur de leurs frontières. Mais le concours n’a pas toujours été un tremplin pour les gagnants depuis 2007.

 

Marija Šerifović (Serbie), gagnante en 2007 avec « Molitva »
Quelques jours après sa victoire à l’Eurovision, Marija Šerifović a dû faire face à des accusations de plagiat. Certains tabloïds, notamment allemands, ont affirmé que le morceau qui lui a donné la victoire avait été plagié sur un morceau albanais sorti un an plus tôt. La polémique a rapidement dégonflé, et l’artiste a pu continuer sa carrière en Serbie. Depuis 2007, elle a sorti trois albums. Le dernier remonte à 2014.

Dima Bilan (Russie), gagnant en 2008 avec « Believe »
En 2006, Dima Bilan avait terminé l’Eurovision à la seconde place du classement final. Deux ans plus tard, il a arraché la victoire à l’Ukraine. Depuis, il a retenté une troisième fois de représenter la Russie, mais a échoué. Sa popularité lui a permis de faire partie du jury de la version russe de « The Voice » et « The Voice Kids ». En 2014, il a été l’un des artistes choisis pour chanter l’hymne officiels des Jeux Olympiques de Sotchi.

Lire aussi > Eurovision 2017 : Les 10 favoris de Paris Match

Alexander Rybak (Norvège), gagnant en 2009 avec « Fairytale »
Avec son violon, Alexander Rybak a gagné l’Eurovision en pulvérisant le record de points attribués à un candidat dans le concours avec 387 points. Cette victoire a permis au morceau du candidat norvégien de dépasser les frontières de son pays et de rencontrer un grand succès dans toute l’Europe. Son premier album « Fairytales », a également été un succès international. Un an après l’Eurovision, il a reçu le prix « Spellemann de l’année », un prix remis en Norvège aux artistes qui ont marqué l’année. En 2016, il a sorti un nouveau single « I Came To Love You ».

Lena Meyer (Allemagne), gagnante en 2010 avec « Satellite »
Dans la foulée de sa victoire en 2009, Lena Meyer a sorti son premier album « My Cassette Player », un véritable succès en Allemagne. La jeune femme d’aujourd’hui 25 ans a confirmé l’essai avec son deuxième album « Good News ». Celle qui cite Adele ou Kate Nash comme ses influences a gagné de nombreux prix dans son pays et en Europe, notamment cinq MTV Europe Music Awards entre 2011 et 2015. Elle a également été coach de la version allemande de « The Voice Kids » entre 2013 et 2016.

Ell & Nikki (Azerbaïdjan), gagnants en 2011 avec « Running Scared »
Ell & Nikki ont été accueillis comme des stars en Azerbaïdjan avec le trophée de l’Eurovision. Un timbre à leur effigie a même été lancé et ils ont été recrutés pour être les visages de la compagnie télécoms Nar Mobile. En 2013, le groupe a sorti une deuxième chanson, « Music’s Still Alive », à la mémoire de Michael Jackson.

Loreen (Suède), gagnante en 2012 avec «Euphoria»
Quelques mois après sa victoire, Loreen a sorti son premier album « Heal » dans plusieurs pays européens. Depuis, elle tenté sa chance au Melodifestivalen 2017, le concours qui permet de sélectionner le gagnant de l’Eurovision en Suède, sans succès. Elle a annoncé la sortie prochaine de nouveaux morceaux.

Lire aussi > L’interview de Blanche, qui représentera la Belgique à l’Eurovision 2017

Emmelie de Forest (Danemark), gagnante en 2013 avec «Only Teardrops»
Rendu populaire par l’Eurovision, le single « Only Teardrops » a été certifié double disque de platine grâce à son succès au Danemark, en Autriche, Suisse, Suède, Allemagne ou Irlande notamment. L’album du même nom a rencontré également le succès dans le pays natal de la jeune chanteuse. En 2017, elle a participé à l’écriture de « Never Give Up on You », le morceau que défendra le Royaume-Uni à l’Eurovision 2017.

Conchita Wurst (Autriche), gagnant en 2014 avec « Rise like a Phoenix »
S’il y a un gagnant que les Européens ont retenu ces dix dernières années, c’est Conchita Wurst. Le drag queen autrichien reconnaissable à sa barbe, a été sollicité dans le monde entier après sa victoire à l’Eurovision. En 2014, il a défilé pour Jean Paul Gaultier vêtu d’une robe de mariée. La même année, il s’est produit pendant une semaine au Crazy Horse. Il a également chanté au Parlement européen pour la tolérance et le respect des différences sexuelles et a rencontré l’ancien secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon. En 2015, il a été l’un des animateurs de l’Eurovision.

Måns Zelmerlöw (Suède), gagnant en 2015 avec « Heroes »
Après sa victoire, le chanteur qui a fait chavirer le cœur de l’Europe a sorti son quatrième album « Perfectly Damaged », dont il a sorti une version du single « Should’ve Gone Home » en français sous le nom « Je ne suis qu’un homme ». En 2016, on l’a retrouvé à l’animation de l’Eurovision à Stockholm. En décembre dernier, il a sorti son deuxième album « Chameleon », dont il prévoit également une version française.

Lire aussi > La candidate russe à l’Eurovision interdite en Ukraine pour trois ans

Jamala (Ukraine), gagnante en 2016 avec « 1944 »
Jamala détient désormais le record des points accordés à un pays durant le concours de l’Eurovision avec 534 points (le précédent record était détenu par le Norvégien Alexander Rybak avec 387 points). Son morceau politique, « 1944 », qui évoque la déportation des Tatars de Crimée en 1944, a connu le succès dans son pays, encore marqué par l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014, mais a également trouvé un écho en Europe. La chanteuse a reçu une médaille du mérite des mains du président ukrainien Petro Porochenko après sa victoire retentissante.

CIM Internet