Paris Match Belgique

Odezenne : Revoir Bruxelles et faire leur fête aux libertés

odezenne

Alix, Jacques et Mattia vont retourner le Théâtre National ce jeudi. | © © Edouard Nardon / Clement Pascal.

Musique

Les Bordelais (re)viennent dans la capitale après une année prolifique, cette fois pour le pointu (et copieux) Festival des Libertés. 

Trois ans de silence. C’est le (trop) long laps de temps que les aficionados d’Odezenne ont dû se coltiner avant de voir réapparaître les trois garçons frappés par la grâce. Après Dolziger Str.2 (2015), les Bordelais étaient de retour il y a un an avec Au Baccara, un album travaillé et mélancolique qui évoque la quête amoureuse et l’insouciance, mais aussi la violence de notre monde et son désordre, son chaos.

Lire aussi > Clip Match : Les 5 clips qu’il ne fallait surtout pas manquer cette semaine

Album, tournée, EP : Odezenne n’a pas chômé

Et quoi de mieux que le Festival des Libertés, qui s’attèle au travers des arts à ausculter une société où la confusion règne, pour refaire un saut à Bruxelles et présenter le projet fait maison du trio inclassable. Un groupe qui continue de s’éloigner du rap pur et dur pour livrer des sons exigeants et délicats, soyeux pour nos oreilles, sortes de montagnes russes desquelles on sort rassasié.

Odezenne, c’est avant tout un nom qui a la main sur tout son processus de création, de façon indépendante et sans l’emprise des poids lourds de l’industrie. Des textes aux clips, jusqu’à la création de leur propre label, Universeul, et l’organisation d’une tournée de concerts « à la demande » via les réseaux sociaux, les trois trublions maîtrisent leur projet avec soin. Odezenne est un groupe total qui « veut tout contrôler », comme ils l’accordent volontiers.

Une année a passé depuis la sortie d’Au Baccara et Odezenne n’a pas chômé. Une tournée grandiose a suivi l’album, menant les trois amis aux quatre coins de la France, en Belgique, en Suisse et même jusqu’au pays de l’oncle Sam. Et, surprise, la bande nous a gratifié d’un nouvel EP tout frais à la rentrée, Pouchkine. Une petite gâterie faite de cinq pépites musicales et poétiques, comme la cerise sur le gâteau d’une année riche.

« Encourager la résistance et promouvoir la solidarité »

Rendez-vous est donc pris ce jeudi au Théâtre National pour découvrir les nouvelles créations de nos amis français, qui vont à coup sûr retourner le Festival des Libertés. La toujours réjouissante célébration des arts et des cultures offre encore une fois une programmation rafraîchissante. Conférences, projections et concerts (Kate Tempest, dEUS, Hubert-Félix Thiéfaine, Juicy) vont égayer Bruxelles jusqu’au 26 octobre.

Lire aussi > « Au Baccara » : Les poètes d’Odezenne nous reviennent avec une claque bluffante et exaltée

« Face aux dangers qui les menacent, il convient d’encourager la résistance et promouvoir la solidarité, la démocratie, l’égalité, la laïcité et la cohésion sociale », est-il écrit dans le communiqué d’un festival qui n’a décidément pas à prouver de sa nécessité.

Toutes les infos sur Le Festival des Libertés par ici. Odezenne, en concert le jeudi 24 au Théâtre National.

CIM Internet