Paris Match Belgique

Times they are a Changin’, mais Bob Dylan reste fidèle à lui-même

75 ans et aucun signe de fatigue pour le roi de la folk | © BELGA

Musique

75 ans dont près de 50 ans passé sous les feux des projecteurs, et Bob Dylan ne fait pas mine de s’arrêter. Récemment élu Prix Nobel de Littérature, le chanteur folk continue d’enchanter les foules avec son timbre de voix si particulier. 

Rarement un prix Nobel aura été aussi compliqué à décerner. En choisissant le chanteur américain de 75 ans, l’Académie suédoise ne se doutait pas qu’elle se lançait dans une aventure compliquée. D’abord à l’annonce du lauréat, aucune réaction de l’intéressé. Ce dernier est en tournée et n’entend pas modifier son agenda pour prendre le temps de remercier les jurés. Deuxième étape, la cérémonie de remise des prix de décembre 2016. Dylan fait savoir qu’il a d’autres engagements et ne sera pas présent. Mais se fait représenter par l’ambassadeur des Etats-Unis et Patti Smith, histoire de ne pas se mettre l’intelligentsia mondiale à dos. De ces engagements  on ne sait rien, mister Zimmerman n’était plus momentanément en tournée. L’idée d’être scruté par les caméras du monde entier a dû le pousser à sortir cette excuse bidon. Dernière étape, Bob est finalement à Stockholm le 1er avril pour la reprise de sa tournée en Europe.

Lire aussi : Nobel de littérature : Bob Dylan va-t-il perdre ses 830 000 euros ?

Version de l’histoire musicale américaine

Il accepte de rencontrer l’Académie – sans caméra – afin de recevoir sa médaille et son diplôme, mais refuse de prononcer le discours d’acceptation. Il promet d’envoyer une cassette de son texte avant le 10 juin, date limite pour toucher le chèque de 8 millions de couronnes (838 000 euros) qui accompagne la récompense. Mais on le sait, les histoires d’argent n’intéressent pas beaucoup Dylan… En 2015, il y eut « Shadows in the Night » suivi de « Fallen Angels » l’an passé. Deux disques courts de reprises des standards américains. Jusqu’au-boutiste, Dylan vient de publier Triplicate , triple album lui permettant de mettre un terme à son projet. Comme il l’a expliqué sur son site, Triplicate  est sa version de l’histoire musicale américaine. Le résultat est relativement bluffant, permettant à l’artiste de sublimer des classiques comme These Foolish Things  ou  Stardust . Ceux qui voudraient retrouver l’auteur de The Times They Are a Changin’  sont priés d’attendre jusqu’en 2018. Le musicien a laissé entendre qu’il était prêt à retourner en studio enregistrer ses compositions. Mais avec lui, on sait combien la patience est une valeur importante…

Orchestre de jazz des années 30

Si vous pensez passer une soirée à chanter à tue-tête tous les grands tubes de l’idole, comme chez McCartney ou les Stones, revendez votre place ! Bob Dylan en 2017 est à la tête d’un orchestre de jazz des années 1930, se partageant entre le micro et un piano demi-queue qu’il maltraite. Surtout, il a retrouvé une voix et sublime les standards de la musique américaine, popularisés pour la plupart par Frank Sinatra. Melancholy Mood , I Could Have Told You ,  Les feuilles mortes  (dans leur version anglaise) sont revisités par un homme ravi de rendre hommage aux titres de son enfance. Ceux qui l’ont amené justement à inventer ses propres compositions, son propre langage.

Lire aussi : Bob Dylan s’est enfin rendu à Stockholm pour recevoir son Nobel

Photos interdites

Les fans des années 1960 se réjouiront d’entendre quelques titres de l’époque :  Don’t Think Twice It’s All Right ,  Highway 61 Revisited , Desolation Row ou Blowin’ in the Wind, dans des versions très éloignées des originales. Malgré tout, le tour de chant du plus grand poète de l’Amérique est un régal absolu pour qui en accepte les codes. Dylan fait aussi la part belle à ses compositions les plus récentes qu’il interprète avec une fougue retrouvée. Son groupe joue tout en douceur, ne cherchant pas l’énergie rock, concentré sur la simplicité des arrangements. Bien sûr, Dylan chante dans la pénombre, ceux qui tentent de prendre une photo sont aussitôt assaillis par la sécurité. Et, cerise sur le gâteau, il est entouré de quelques micros (il ne se sert que d’un), afin que les photographes amateurs qui auraient réussi à déjouer la sécurité ne puissent saisir son visage. Vous êtes prévenus…

Mots-clés:
prix nobel bob dylan
CIM Internet