Paris Match Belgique

FiftyFifty Lab : Les 5 coups de coeur des organisateurs (et les nôtres)

musique concert

La tête d’affiche de FiftyFifty Lab ? « C’est le concept lui-même. » | © Unsplash/Edward Cisneros

Musique

Les 7 et 8 novembre prochains, Bruxelles accueille un nouvel événement musical ambitieux, le FiftyFifty Lab. Voici les 5 pépites à ne pas manquer, selon Sébastien Desprez, l’un des organisateurs, et les nôtres.

 

Pour celles et ceux qui se plaignent qu’il ne se passe jamais rien à Bruxelles, la première édition du FiftyFifty Lab débarque ces 7 et 8 novembre dans cinq lieux de la capitale : le Bonnefooi, l’AB Club, la Madeleine, l’Archiduc et FFormaTT, petit dernier situé dans un parking sous-terrain près de la Bourse. Loin d’être un festival belge « de plus », le nouvel événement musical présente un concept innovant et ambitieux. Pour sa programmation, le FiftyFifty Lab a fait appel en effet à une vingtaine de festivals internationaux parmi les plus réputés, dont le Glastonbury, le Primavera Sound, les Vieilles Charrues et le Dekmantel pour ne citer qu’eux. Chacun de ces curateurs a recommandé deux pépites musicales encore méconnues du grand public. L’occasion idéale de découvrir le dernier coup de coeur de Dour, et écouter la musique de demain. Les organisateurs du festival se charge du reste et complète le line-up avec des groupes belges.

Contrairement à la concurrence, la tête d’affiche ici, « c’est le concept lui-même », nous affirmait en mai Mathieu Fonsny, co-fondateur de Kuratedby, programmateur de Dour et co-organisateur de FiftyFifty Lab, aux côtés de l’agence de relations presse Fifty PR, déjà bien connue pour présenter des artistes émergents au public lors de ses FiftyFifty Sessions. À deux jours du début du festival, Sébastien Desprez ous partage ses pépites à ne pas manquer.

Lire aussi > FiftyFifty Lab : Le nouveau festival belge apporte un vent de fraîcheur sur la capitale

Meetsysteem

« Gros gros coup de coeur pour ce groupe proposé par le festival Dekmantel aux Pays-Bas – qui est un de mes festivals préférés. C’est un choix très personnel qui regroupe plusieurs de mes influences comme le côté un peu indie ou la musique électronique alternative. Le groupe chante en néerlandais, c’est inhabituel et à la fois ça ne choque pas l’oreille. » Rendez-vous le jeudi 7 novembre à l’AB Club à 22h10.

Velvet Negroni

« Le seul artiste américain de la programmation. J’ai eu la chance de le voir en première partie de Tame Impala au Madison Square Garden à New-York l’été dernier et ça a directement été un coup de foudre. J’ai hâte de le voir dans un contexte plus intime. Sa musique est aussi un melting pot de plein d’influences. » Le vendredi 8 novembre, à 21h10 à la Madeleine.

SL

« SL c’est un gamin de 17 ans qui vient du Royaume-Uni et qui cartonne déjà dans le monde entier. C’est vraiment une star montante dans le milieu du rap UK, il fait déjà des millions de streams, on a beaucoup de chance de l’avoir et ça sera sûrement la dernière fois dans ce genre de configuration en petit comité. Je ne peux pas m’empêcher de danser quand je l’entends ! » Le rappeur au visage caché par un masque de ski sera le jeudi 7 novembre au FFormaTT à 22h20.

Collectif NAAR

« Le collectif Naar se bat pour la promotion du rap marocain en Europe. Ils sont hyper talentueux et pas encore du tout remarqués et appréciés à leur juste valeur par ici. » Composé de Damost, Narco Polo ou encore Shobee, qui a récemment sorti « Ciel » avec Lomepal, le collectif sera au FFormaTT à 20h le jeudi 7 novembre. Le matin, le documentaire qu’ils ont réalisé sur le making off de leur album Safari sera projeté au Cinema Palace, suivi d’une conférence sur la place et le succès des artistes nord-africains en Europe.

Glass Museum

« Évidemment, il faut des Belges dans mon top 5. J’adore Glass Museum depuis que je les ai découverts à l’Atelier 210, leur musique instrumentale a quelque chose de très imagé, ça pourrait être de la musique de films. C’est juste un batteur et un pianiste et ça raconte tellement de choses. À ne surtout pas manquer ! » Vendredi 8 novembre à 22h20, au FFormaTT.

Pour organiser son propre marathon musical, FiftyFifty Lab a publié une playlist Spotify regroupant sa riche programmation. Et le timetable se trouve ici. Chez Paris Match Belgique, d’autres artistes ont attiré notre attention. En voici cinq.

Pongo

Le FiftyFifty Lab se terminera avec certitude sur une note festive et dansante avec Pongo. Recommandée par le Paléo, l’artiste angolaise vivant au Portugal ne laisse personne immobile face à son kuduro électronique, ajoutant des paroles tantôt en kimbundu, tantôt en portugais. Voix injustement méconnue en Belgique, elle clôture le festival vendredi 8 novembre, à la Madeleine, à partir de 22h20. Immanquable.

EMY

Les artistes féminines belges sont bien représentées au FiftyFifty Lab. Aux côtés de Miss Angel, Ana Diaz et Martha Da’ro, la chanteuse originaire de Deinze, près de Gand est le coup de coeur du Dour Festival. Il ne lui fallait pas plus que sa voix et sa guitare acoustique pour se hisser à la troisième place du Humo’s Rock Rally en 2018. À seulement 20 ans, Emy est déjà comparée à Selah Sue, Lianne La Havas ou encore Amy Winehouse. Rien que ça. Rendez-vous le jeudi 7 novembre à 21h40 à la Madeleine.

Mauvais oeil

Mauvaise nouvelle : Love Supreme est contraint d’annuler son concert. Bonne nouvelle : c’est un autre duo français qui les remplace, Mauvais oeil. Avec leur musique orientale, nourrie par les racines algériennes de Sarah, Mauvais oeil nous fera oublier la pluie bruxelloise. Dépaysement total le jeudi 7 novembre à 22h50 à la Madeleine.

Harleighblu

Saluée comme la « nouvelle reine de la soul hip-hop », la Britannique aux dreads blondes Harleighblu a une voix envoûtante, comparée à la fois à Erykah Badu et à AlunaGeorge. Elle ouvre la deuxième journée du FiftyFifty Lab à l’Archiduc, à 19h30.

MorMor

Et le meilleur pour la fin. Originaire de Toronto, MorMor est sans aucun doute notre coup de coeur de cette première édition. Avec son style inclassable, l’artiste canadien s’amuse à piocher dans une myriade de genres pour offrir des arrangements singuliers et audacieux. En 2018, il sortait son premier EP Heaven’s Only Wishful, avec cinq morceaux volontairement introspectifs, comme si la musique était pour lui une thérapie. Il viendra défendre son deuxième EP Some Place Else à l’AB Club le jeudi 7 novembre à 20h50. Et avec moins d’une heure de concert, c’est sûr qu’on en redemandera encore et encore.

CIM Internet