Paris Match Belgique

Super Bowl : Le show d’anthologie de J-Lo et Shakira décrypté (et aussi un mème pour l’éternité)

j-lo shakira super bowl

Les deux chanteuses étaient très attendues. Et elles n'ont pas déçu. | © Lionel Hahn / ABACAPRESS.

Musique

L’atmosphère était bouillante durant le Halftime Show du 54ème Super Bowl, qui se tenait dans la nuit de dimanche à lundi du côté de Miami. Les deux latinas y ont assuré un spectacle dantesque, sans oublier de glisser des messages politiques percutants. Notre récap des moments les plus marquants.

Le Hard Rock Stadium de Miami Gardens s’en souviendra. Ce dimanche soir en Floride, la température a sensiblement grimpé aux alentours de 18h30 (00h30 heure belge) quand Jennifer Lopez et Shakira ont investi la scène lors de la mi-temps du 54ème Super Bowl. Les deux chanteuses se sont démenées pour livrer à plus de 60 000 personnes (et surtout environ 150 millions de téléspectateurs) un show démesuré et enlevé que même Lady Gaga a adoubé.

Lire aussi > Super Bowl : On connaît les deux superstars latinos du prochain « halftime show »

Caliente de bout en bout

C’est la Colombienne Shakira qui a débuté les hostilités, toute vêtue d’une combinaison rouge et bien aidée par son armée de danseuses survoltées. Les coups de reins étaient de sortie aux sons des tubes de la star, de « Whenever, Wherever » à « Hips Don’t Lie ». Salsa, déhanchés mais aussi playback presque obligé se succédaient avant que la chanteuse ne se laisse aller à un cri semblable à un youyou tout en tirant la langue. Il n’en fallait pas pas plus pour que le moment soit instantanément détourné sur les réseaux.

Un feat en compagnie du rappeur portoricain Bad Bunny plus tard, Shakira laissait sa place à la grande J-Lo, qui du haut de ses 53 ans assure toujours des chorés de haute-volée. Après avoir entonné son tubesque « Jenny from the Block », elle se changeait pour arborer une combi moulante argentée et étincelante.

Entertainment, politique et diversité

Accompagnée par sa fille de 11 ans Emme au début de sa prestation, J-Lo était à la fin rejointe par la star du reggaeton J-Balvin et assommait tout son monde en maîtrisant la barre de pole dance comme personne. Mais surtout, la chanteuse a brandi le drapeau de Porto Rico pendant sa prestation pour témoigner de son soutien au territoire non incorporé des États-Unis, dont elle est originaire, et victime d’un violent tremblement de Terre récemment.

Dans un autre geste de soutien aux minorités et particulièrement à celles impactées par les lois très dures en matières d’immigration voulues par Donald Trump, des cages brillantes encerclant des enfants ont été érigées pendant la prestation de la star qui a notamment repris « Born in the U.S.A. » du boss Bruce Springsteen. Tout un symbole.

Les deux femmes se retrouvaient en fin de set pour un final atteignant son climax sur fond de « Waka Waka ». Une montée en puissance hyper maîtrisée.

Shakira et Jennifer Lopez ont créé l’événement hier soir, mais aussi un peu fait l’histoire du divertissement. Elles étaient les deux premières artistes d’origine latine à co-animer le Halftime Show du Super Bowl et se partageaient donc la jolie prime qui va avec, pour la première fois uniquement dédiée à un duo 100% féminin.

Lire aussi > Kobe Bryant : Une pub du Super Bowl refait le montage en urgence pour ne pas heurter sa famille

Des femmes qui étaient là avant tout pour célébrer la diversité. « Tellement excitée de partager la scène avec toi ce soir Shakira ! Montrons au monde ce que peuvent réaliser deux petites filles d’origine latine », avait annoncé J-Lo quelques heures avant l’événement sur Instagram. Le monde, elles l’ont littéralement mis à leurs pieds.

CIM Internet