L’échec du Fyre Music Festival aux Bahamas

L’échec du Fyre Music Festival aux Bahamas

Vidéo Musique

Plage paradisiaque, programmation musicale au top, nombreuses stars au rendez-vous, cuisine gastronomique… Le Fyre Music Festival qui devait faire de l’ombre à Coachella, a plutôt mis en lumière son échec cuisant.

« Le Fyre est une expérience et un festival » pouvait-on lire dans la bande-annonce qui faisait rêver, mais les prix un peu moins : 400 dollars (environ 365 euros) pour le billet le moins cher et 12 000 dollars (11 000 euros) pour le pass V.I.P. C’est sur une île déserte privée des Bahamas, qui appartenait autrefois Pablo Escobar, que devait se tenir un tout nouveau festival sur deux week-ends (du 28 au 30 avril et du 5 au 7 mai) organisé par Billy McFarland (entrepreneur en technologie de 25 ans) et le rappeur américain Ja Rule : le Fyre Music Festival. Au programme de ce nouveau festival qui se voulait comme « l’un des plus luxueux au monde » : des plages de rêve pour danser et bronzer, un line-up avec Major Lazer, Blink-182, Disclosure ou encore Push T, des ateliers de méditation, du kayak, de la haute gastronomie… Le tout saupoudré de la venue de plusieurs stars qui faisaient la promotion de l’événement : Bella Hadid, Kendall Jenner, Emily Ratajokowski, Chanel Iman, Hailey Baldwin… Bref, le rêve. Sauf que cela a vite tourné au cauchemar. Et cette « expérience », les festivaliers s’en seraient bien passés.

Lire aussi > Des célèbres cochons des Bahamas tués par le tourisme

La veille du festival, un gros orage s’est abattu sur les îles Exumas. Et une chose est sûre, les organisateurs de l’événement ne s’y étaient pas du tout préparés. Résultat : des tentes détruites, des chiens errants, des montagnes de détritus, des pannes d’électricité… Si les employés ont été prevenus en avance tout comme les stars et les musiciens qui ont annulé leur venue, les festivaliers de leur côté ne l’ont pas été, les organisateurs refusant d’annuler ou de reporter le festival. Ils ont donc eu affaire à un autre festival qui faisait beaucoup moins rêver : deux tranches de pain de mie agrémentées de fromage comme dîner de fortune, des matelas par terre pour dormir, leurs valises balancées d’un camion en pleine nuit… Et le pire dans tout ça, c’est qu’ils ne pouvaient même pas rentrer chez eux car aucun vol n’était disponible en direction des Bahamas ou des États-Unis. De nombreux tweets ont exprimé la colère et la déception des personnes présentes. Ça fait cher le festival pourri.

Les organisateurs s’excusent et se dédouanent

Suite à ce fiasco total, le gouvernement des Bahamas s’est exprimé sur Twitter en disant ne jamais avoir pris part à l’organisation de l’événement dont elle déplorait l’échec cuisant.

Au New York magazine, une employée du festival a également raconté à quel point c’était couru d’avance que le festival allait être un foirage total. De son côté, la top Bella Hadid explique avoir accepté de faire la promotion de ce festival car elle pensait qu’il allait être super et ne pas avoir du tout été au courant de son organisation bancale. Elle ajoute se sentir « mal » et « être désolée » pour tous les festivaliers.

Ce que les organisateurs du festival n’ont visiblement pas ressenti. Sur Twitter, Ja Rule s’est excusé tout en disant que ce désastre total « n’était pas de sa faute ».

Dans un communiqué publié sur le site, les organisateurs expliquent avoir été « dépassés par les événements » et « assumer la pleine responsabilité de tous les problèmes qu’il y a eu ». Ils promettent également de rembourser tous les festivaliers et d’offrir un pass à ceux qui avaient pris un pass V.I.P. pour 2018 aux États-Unis : ce qui veut dire qu’ils vont donc remettre ça.

Pour le moment, le festival est visé par une plainte à 100 millions de dollars de dommages (pour fraude, arnaque and co), qui a été déposée ce mardi 2 mai par un certain Daniel Jung, au nom de tous les acheteurs de billets.

CIM Internet