Paris Match Belgique

Raphaël : le retour d’un chanteur populaire, la découverte d’un écrivain primé

Vidéo Musique

Prix Goncourt de la nouvelle début mai, Raphaël revient à la chanson avec « L’année la plus chaude de tous les temps » qui annonce  un album « Anticyclone » et une mini-tournée pour la rentrée.

17 ans depuis son premier album, plus d’un million d’exemplaires vendus pour Caravane (2006), huit albums studio, trois Victoires de la Musique, l’homme a beau garder une tête d’éternel jeune homme, sa carrière compte sur la scène française. Si depuis cet énorme succès, l’artiste vend moins, il gagne album après album le respect des critiques et d’un public fidèle.

Depuis l’excellent « Somnambules » en 2015, l’homme se taisait mais écrivait. Des chansons mais surtout « Retourner à la mer », son premier recueil de nouvelles pour lequel il retrouve son patronyme « Haroche ».  Et pour une première, le succès est au rendez-vous avec le prix Goncourt de la nouvelle. Un prix prestigieux auquel Raphaël Haroche tenait particulièrement quand on lui demande de le comparer avec sa Victoire de la Musique de 2006. « Indiscutablement, je préfère le prix Goncourt de la nouvelle. En 2006, c’était une année où tout marchait donc je ne profitais pas totalement du succès. Et puis, le Goncourt, même si c’est le prix de la nouvelle, c’est tellement prestigieux. Je ne dis pas que la Victoire c’est rien du tout, mais ici je reçois le prix de gens que j’admire. Je ne sais pas pourquoi mais ce prix était vraiment important pour moi. J’étais super stressé ».  Important au point de  remettre en question sa carrière de chanteur ? Il réaffirme sans hésiter son amour pour son premier métier. « J’ai trouvé tellement agréable et gracieux ce qui s’est passé sur le livre que j’espère que l’album aura le même accueil. Je suis un chanteur populaire et je ne trouve pas ça indigne du métier d’écrivain. J’ai toujours été chanteur et je continuerai à l’être. Et puis, j’écris un second livre pour le moment. L’un n’empêche pas l’autre ».

Lire aussi > Thomas Fersen : « Je suis libre, tout passe par ma fantaisie » 

« Retourner à la mer » est un recueil de treize nouvelles qui restent suspendues dans le temps, dans le vide ou dans la banalité du quotidien. « J’aime l’idée que cela reste en suspension », explique-t-il.  « Ça n’a ni début ni fin comme une journée en fait. Mais après,  il se passe des choses comme dans chaque journée. Mais c’est vrai que ce sont des textes qui n’ont pas de chutes. J’aime bien ce choix ».

Retour aux sources pour Raphaël

Avec « L’année la plus chaude de tous les temps », Raphaël revient à certaines bases de sa carrière : l’élégance du piano, un texte tendu sur le thème des tempêtes personnelles sur fond de réchauffement climatique, une montée progressive en tension et un clip tout en flammes qui appellent au symbole de la renaissance. « C’est une chanson d’amour. Romantique. L’idée de me faire brûler dans le clip est une idée du réalisateur Valentin Petit. Je n’y voyais aucune référence au phénix mais maintenant que vous le dites… »

Lire aussi > Dans la boîte à souvenirs de Loïc Nottet 

Le chanteur est à l’image de son époque : triste et joyeuse. Un constat qu’il partage : « Je pense que je suis quelqu’un de joyeux, mais en général la chanson joyeuse m’emmerde un peu. Je trouve ça bien de ressembler à son époque. Et puis, la vie est à la fois joyeuse et triste ».

Avoir 40 ans, c’est la merde.

À 42 ans, « avoir 40 ans, c’est la merde » dit-il. Raphaël est aussi un papa inquiet mais confiant de deux enfants.  « Le monde est toujours inquiétant. Politiquement le monde est inquiétant. Il y a des tendances inquiétantes. L’arrivée de Trump, la montée des nationalismes sont des phénomènes inquiétants. Les gens ont tendance à oublier qu’on vit en Europe en paix depuis plus de 70 ans. On sent que les gens ont envie d’en découdre. Mais moi j’apprends  à mes enfants à faire de la voile, j’essaie de leur donner le goût des belles choses. Il faut essayer de voir la beauté où elle est ».

« Anticylone », son huitième album studio, il le décrit comme puissant, sensuel et harmonieux. Il a été co-realisé avec Gaetan Roussel et Julien Delfaud; il a également bénéficié de la participation de Benjamin Lebeau (The Shoes) et Mélanie Thierry. Il sortira le 22 septembre prochain avant deux dates belges le 20 octobre au Cirque Royal de Bruxelles et le 28 octobre au Forum de Liège. « Ce ne sera pas vraiment une tournée, mais plutôt un tour de chauffe. J’ai envie de présenter les morceaux sur scène. On sera sur scène avec les musiciens de l’album. En toute simplicité. On jouera une dizaine de morceaux de l’album et une dizaine de morceaux plus connus ».

CIM Internet