Paris Match Belgique

Julien Doré : « J’ai hâte que les nuages noirs se dissipent »

julien doré

Julien Doré en août 2020. | © LP / Fred Dugit.

Musique

Le chanteur Julien Doré donnait vendredi soir un concert exclusif pour RTL2. Nous l’avons suivi dans les coulisses d’un show unique.

 

D’après un article Paris Match France de Clémence Duranton

Il est 17 heures 30. Depuis le hall des locaux de RTL2, les basses résonnent. Au sous-sol, Julien Doré et son équipe finissent de répéter. L’après-midi a été longue. « Ça faisait des mois qu’on n’avait pas joué ensemble donc on était méga stressés, dit le chanteur. On a retravaillé les morceaux, recréé certains passages, comme sur  » Le lac « . Et pour une fois, j’ai laissé les gars faire la setlist. C’est rare ! »

« Si je pouvais le ramener, ce serait mon ami, Christophe. »

À peine ont-ils terminé qu’ils enchainent avec un enregistrement pour le journal de M6. Une fois, deux fois, et Nous est dans la boîte. Julien Doré est alpagué par l’équipe des réseaux sociaux qui l’emmène dans la « news room », cube de verre où il répond à des questions filmées. Cinq minutes plus tard il redescend, à nouveau pour être filmé, mais cette fois dans le grand studio, lieu du concert du soir. « C’est très bizarre de parler autant de moi comme ça ». Il plaisante, rit de ses propres idioties, et entre les prises, parle de ses deux chiens qui lui manquent. Il change finalement de ton quand la journaliste de la radio lui demande quel est l’artiste avec lequel il rêverait de collaborer. « Si je pouvais le ramener, ce serait mon ami, Christophe. »

Lire aussi > Traité de « camé » par un téléspectateur, Julien Doré le recadre sévèrement

Pendant ce temps, en loge, ça grouille. L’artiste est venu avec toute son équipe, comme pour un concert « normal ». L’énergie bouillonnante d’avant show est là ; les techniciens qui courent partout, l’appréhension visible sur certains visages – « C’est bête, je suis stressé », dit Doré. Il est 19 heures 05. L’antenne est à eux.

« Il n’y aura pas besoin de reconquête, ce sera des retrouvailles« 

Les festivités s’ouvrent avec La fièvre et immédiatement, Julien semble oublier que le public n’est pas présent. Il fait illusion, a le réflexe de regarder en haut, à droite, à gauche et parle aux absents. « Je t’ai entendu chanter depuis ton sofa ! », lance-t-il. « Je ne sais pas si c’est grâce aux échanges que j’ai avec les gens sur les réseaux sociaux mais pour moi, le lien n’a pas été coupé. Quand on retrouvera la scène, il n’y aura pas besoin de reconquête, ce sera des retrouvailles. On va avoir le sentiment que c’est notre premier concert tous ensemble. »

Il enchaîne sur Nous, qui passe en boucle sur les ondes en ce moment, joué pour la première fois en live. Le sourire de Doré semble indélébile. « Si on m’avait dit il y a trois ans quand je suis descendu de scène à Tahiti qu’il fallait que je garde fort en tête ce que c’était que de sentir des milliers de personnes à mon contact, je ne l’aurais pas du tout cru. »

« Je suis essoufflé comme un poney !« 

Voilà « Coco Câline ». Les musiciens jouent fort, juste, avec précision, alors que le chanteur danse comme devant un Zenith en liesse. « Je ne suis plus habitué, je suis essoufflé comme un poney ! » Il ne s’arrête pas pour autant, continue avec Chou Wasabi, puis s’assoie pour Kiki, extrait de son dernier disque sur lesquelles les filles de Julien Noël, son pianiste, ont posé leurs voix.

A chaque fin de morceau, l’équipe applaudit le plus fort possible pour combler le vide. Qu’importe le silence, le groupe enchaîne avec Porto-Vecchio dans une version piano-voix. Moment suspendu hors du temps. Barracuda II, « titre qui ne risque pas de partir en chenille », laisse place au Lac. « Nice Job ! », dit-il à ceux qui l’accompagnent… « J’ai vraiment dit « nice job » ? Comme si j’étais Beyonce ! »

Julien Doré a retrouvé le sourire au fil du concert.
Julien Doré a retrouvé le sourire au fil du concert. © Gabrielle Ferrandi / Agence 1827 / RTL2

Joli pied de nez à la distanciation sociale, les musiciens ont choisi La bise pour la suite. « J’en profite pour annoncer quelque chose : c’est mon dernier disque. Voilà, c’est dit. Là j’en vois dans le fond qui font une descente d’organe… J’arrête mes bêtises. » Son équipe remue la tête en souriant alors qu’il invite les auditeurs à s’abonner au compte Instagram de ses chiens, Jean-Marc et Simone, et en toute logique, lance Waf.

La soirée se clôt sur les désormais classiques Sublime et silence et Paris-Seychelles. « Faire de la musique vivante dans ce contexte-là, c’est luxueux, c’est privilégié. Je savais déjà que cette passion était une chance dans ma vie, une chance précieuse, c’est pour ça que j’essaie de la soigner autant », sourit Julien en sortant de scène.

En loge, il a retrouvé ses cheveux en vrac et son masque FFP2. « Pour finir sur une note moins joyeuse, ceux à qui je pense ce soir, ce sont les intermittents du spectacle, les prestataires, tous ceux qui me permettent le soir venu de faire le malin sur scène. J’ai hâte que les nuages noirs se dissipent. » Il tend son verre pour trinquer à l’avenir. Sur la bouteille, six lettres noires qui nous narguent : Corona. Vivement le champagne.

Setlist du 5 février 2021, Paris

1 / La Fièvre

2 / Nous

3 / Coco Câline

4 / Chou Wasabi

5 / Kiki

6 / Porto-Vecchio

7 / Barracuda II

8 / Le Lac

9 / La Bise

10 / Waf

11 / Sublime et Silence

12 / Paris-Seychelles

RTL2 propose des concerts filmés tous les vendredis du mois de février à 19 heures ( Indochine le 12, Jérémy Frérot le 19, Catherine Ringer le 26). A découvrir en direct puis en replay sur le site de RTL2.

CIM Internet