Paris Match Belgique

Charlotte Moors : Elle accumule les professions et vient de sortir un premier single

Charlotte Moors

Charlotte Moors. | © D.R.

Musique

« Mon gagne-pain c’est d’être institutrice. J’écris un roman aussi et puis je travaille dans le cinéma comme coach d’enfants. » En plus de tout ça, Charlotte Moors est maman de deux enfants et vient de sortir son premier titre « Je t’aime pardon ». Elle nous raconte son parcours musical à travers son titre.

 

Charlotte Moors est une artiste belge aux talents multiples. Elle fait de la musique depuis toujours et s’est aussi lancée avec « The Voice ». Aujourd’hui, à côté de ses divers métiers, elle sort un nouveau titre, « Je t’aime pardon », qui mérite d’être écouté.

C’est une question peut-être rasoir, mais pourquoi la musique ?

J’ai une famille qui fait beaucoup de musique, un compagnon qui est le batteur de Typh Barrow et tous mes amis sont dans la musique donc c’était assez évident. Ça a en quelque sorte toujours fait partie de mon quotidien. En 2015 on a lancé avec des tous bon amis une « cover bands ». On faisait des reprises de chansons françaises ou pop, en Jazz. Et puis on faisait des concerts où on réarrangeait des musiques déjà existantes sans composition.

Vous avez participé à la toute première édition de « The Voice Belgique ». Comment ça s’est passé ?

En fait je ne m’y suis pas inscrite pour être honnête. Ils ont appelés tout un réseau de chanteurs bruxellois pour avoir le plus d’inscrits possible. Moi j’allais en Jam Session à Bruxelles et le coach vocal de « The Voice » est un gars que je connaissais bien. Je n’ai pas fait les pré-inscriptions et les auditions par internet avant. On m’a appelé directement et puis je suis passée. Je ne connaissais pas du tout le concept. J’ai un peu débarqué… Je n’étais pas très au courant de ce qu’il s’y passait mais j’ai trouvé ça chouette.

Comment ça s’est passé cette première édition ?

C’était un peu un fiasco ce premier live. Mon tout premier direct d’ailleurs. Il y avait eu une panne de micro et j’avais dû tout recommencer, c’était assez gênant. Mais je suis allée jusqu’au premier Live.

Lire aussi > Charles : Après « The Voice », elle sort son premier EP mélancolique et rock « Falling While Rising »

Et bientôt un nouvel album, ALEXiE !?

ALEXiE ce n’est pas le nom de l’album. Je n’en ai pas encore, j’y réfléchis. Pour l’instant c’est juste un premier titre qui est sorti, « je t’aime pardon ». Un deuxième va sortir en juin et un troisième en septembre. Pour l’album on attend de voir ce qu’il se passe dans la culture avant de programmer quoi que ce soit. S’il sort, j’aimerais pouvoir le présenter.

Donc ALEXiE c’est qui ?

C’est en quelque sorte moi, enfin mon nom de scène. Le mec avec qui je bosse ne veut pas être sur les photos. Mais en réalité c’est nous qui avons trouvé le nom ensemble.

Et pourquoi ce nom-là ?

Déjà c’est un prénom que j’adore. Le fait qu’il soit épicène donc qu’il puisse être masculin et féminin en même temps, j’adore. Ensuite, j’ai choisi ce mot-là car à la base ça signifie: ne pas comprendre le sens premier des mots à la lecture. Et en fait tous les textes que j’écris ont des doubles sens. J’aimais bien l’idée de ne pas comprendre le sens premier. Quand j’ai fait écouter mon morceau à mon entourage ça leur a parlé à tous mais de façon différente. Ils ont tous leurs propres interprétations. Il y a une sorte d’ouverture et je voulais vraiment que ce soit des textes qui puissent être ouverts à l’interprétation. Et aussi parce que comme j’écris, j’aimerais garder mon nom à moi pour l’écriture.

« Je t’aime pardon » c’est un message ? Un message pour votre meilleur ami et compositeur ?

C’est sûr qu’il y a du vrai dedans. Mais en fait ça parle surtout d’une angoisse de la routine. Je connais pas mal de gens qui passent par-là, surtout dans la trentaine ou quarantaine et qui ont un stress de voir la passion qui s’éteint, de rentrer dans une routine de couple. « Je t’aime pardon », ça parle vraiment du fait que les femmes en attendent beaucoup plus et n’arrivent pas à faire le deuil de la passion et que l’homme se satisfait de la tendresse simple et du couple plus routinier. Donc en fait c’est toute une réflexion sur le : « je t’aime, mais en fait j’en veux plus, donc désolée mais je vais partir ».

C’est votre histoire ?

Alors moi, je suis une méga angoissée de la routine, ça c’est sûr.  Personnellement je ne dirais pas que c’est mon histoire, parce que je ne l’ai pas écrite dans ce but. Que ce soit dans le professionnel ou dans l’amour la routine est quelque chose qui me panique complètement. J’ai une terreur de m’ennuyer. Ça parle aussi de tout le paradoxe qu’on peut avoir sur un couple de longue durée: « je t’aime mais pardon en fait parce que je foire, parce que j’ai envie de plus, pardon d’être aussi dans routine, … » il y a beaucoup de significations différentes mais c’est l’idée du morceau !

Vous aimeriez devenir chanteuse ?

En tout cas j’aimerais continuer à écrire. C’est vraiment quelque chose dans laquelle j’aimerais bien me lancer. Après, je suis méga fan de chanter et j’aimerais faire de la musique, je commence d’ailleurs à composer. Donc en fait oui, oui j’aimerais bien devenir chanteuse. Mais peu importe la suite et ce qui arrive, je continuerai. Si ça prend je serai hyper contente évidemment. Mais le but c’est avant tout de se faire du bien.

Charlotte Moors
D.R.
Mots-clés:
album chanteuse activité
CIM Internet