Paris Match Belgique

L’album a redécouvrir : le live de la tournée Mustango de Jean-Louis Murat

Une tournée qui une fois de plus à sérieusement bousculé fans et critiques... | © Belga

Musique

Ce double album live, enregistré en partie à Bruxelles en 2000, revient sur la tournée qui a suivi la sortie de Mustango. Au total, treize morceaux rallongés et fortement réarrangés dans un habillage parfois électro. Muragostang bouscula les fans à l’époque. Comme à chaque fois en tournée…

Par Laurent Depré 

Jean-Louis Murat est tout sauf un artiste classique. Ne lui demandez donc pas de proposer en concert un resucé de l’abum qu’il vient de sortir. Encore moins de réserver d’éventuels rappels aux titres plus commerciaux des années 80. Il ne l’a jamais fait, préférant même offrir au public des nouveaux titres inconnus. Evidemment, cela va à l’encontre de ce qui est proposé sur scène, en général, par la chanson française pour faire large. Ce qui eut le don de déstabiliser jusqu’à sa « fanbase ». Et cette tournée de fin de siècle ne déroge pas à son habitude qu’il garde d’ailleurs jusqu’à aujourd’hui et son passage par la Belgique fin 2018 pour la tournée « Il Francese ». L’assistance au Botanique se souvient encore de son « Je me souviens » entonné a cappella, seul et assis sur une chaise…

Sur ce Muratgostang, Murat revisite chaque morceau à coups de riffs rageurs de guitare, de samplers, d’effets vocaux et sonores et de distortions de l’ensemble. La tournée était très attendue car l’album Mustango, réalisé en collaboration avec le groupe Calexico notamment, avait été fort apprécié. Soyons honnêtes, pas mal de critiques furent déçus et ont taclé sèchement cette proposition. Nous trouvons, au contraire, que les morceaux ont été sublimés et offre une nouvelle lecture. À vous de vous faire une opinion…

Pour ce ‘Mustango Tour’, Murat est accompagné uniquement de son vieux complice Denis Clavaizolle sur scène. Après 13 ans de travail quasi d’équipe, ils vont arrêter de travailler ensemble sauf à l’une ou l’autre exception. Cette tournée, et surtout le live qui en ressort, est un peu leur pièce maîtresse.

C’est tout d’abord avec « Jim » que Jean-Louis Murat emmène les spectateurs dans son univers, un morceau de neuf minutes entrecoupé par la voix de Jennifer Charles d’Elysian Fields. Pour la seconde et troisième chanson, Murat joue l’hypnotique « Washington » et  le très beau « New Yorker », deux pépites qui n’ont jamais trouvé place sur un album et que le public découvre donc…Les autres temps forts de ce double live sont indéniablement « Bang Bang », « Belgrade », « Nu dans la crevasse »…

Quoi qu’il en soit nous ne pouvons que vous conseillez de vous (re)plonger dans la discographie de Jean-Louis Murat. Oubliez ses coups de gueules et ses saillies médiatiques parfois lamentables, il est surtout un grand musicien à la production exceptionnelle et unique dans le paysage de la chanson francophone.

Notre sélection

Jim
New Yorker
Le fier amant de la terre
Ami Amour Amant
Nu dans la crevasse

CIM Internet