Paris Match Belgique

Valkø : « Je voulais tout faire moi-même sur cet EP, c’était ma façon d’être féministe »

Valkø sera au Botanique à Bruxelles ce samedi 23 octobre. | © Vlad VDK

Musique

Après la sortie de son EP Monsters, Valkø sera sur la scène du Botanique ce samedi pour le présenter à son public. Rencontre.

 

Avec ses mélodies mélancoliques et ses sonorités plus rythmées, Valkø s’affirme et trouve sa place dans la scène musicale belge. Sa voix claire, légère et affirmée est à la croisée de Björk et Kate Bush. Des influences qui sont d’ailleurs assumées. « Je me sens très proche de la scène des pays anglo-saxons, nordiques. « Valkø » est d’ailleurs un diminutif de « valkoinen » qui veut dire « la couleur blanche » en finnois. » Un nouveau nom d’artiste trouvé il y a cinq ans qui représente pour elle « une page blanche, un nouveau départ ».

Une artiste complète qui écrit, compose, chante, produit et joue différents instruments. Une réelle envie et une ambition qui ne sont pas le fruit du hasard. « Une des choses qui m’a beaucoup blessé dans ma carrière, c’est d’être prise pour la petite chanteuse qui a besoin des hommes pour exister. C’est un milieu qui n’est pas très tendre. Je voulais tout faire moi-même sur cet EP. C’était « ma façon à moi » d’être féministe. Pour moi et pour mon art, j’avais besoin de pouvoir dire : je fais quasiment tout toute seule. » Car en effet, si Valkø possède plus d’une corde à son arc, elle sait aussi s’entourer des meilleurs pour l’aider dans les domaines où elle n’excelle pas. « Je ne veux pas sortir quelque chose de mal fait, juste par orgueil de dire « j’ai tout fait ». » C’est notamment le cas du mixage, qui a été réalisé par Max Prior, sur les bons conseils de nul autre qu’Alex Kapranos, le chanteur de Franz Ferdinand. « Je pense qu’il n’y a pas de hasard dans la vie. J’ai été amenée à faire la première partie de Franz Ferdinand, et on a eu vraiment un super contact avec eux. Ils sont très accessibles, très sympathiques, très humbles, très faciles d’accès. Et de fil en aiguilles, Alex Kapranos m’a parlé d’une chanteuse qu’il produisait à Londres et d’un mixeur qu’il me recommandait vivement. Après le concert de cette chanteuse, c’est Max Prior qui m’a lui-même proposé de travailler sur mes morceaux. Juste en parlant musique, et sensibilité musicale, il a dit qu’il avait vraiment envie de mixer mes morceaux. » Une rencontre très bénéfique pour la jeune femme, puisque ce mixeur de renom a mixé les morceaux de son nouvel EP, lui a donné de précieux conseils « pour orienter certaines ambiances », et qu’il a aussi travaillé sur des futurs morceaux.

Un EP entièrement réalisé par elle-même

Valkø a sorti le 1er octobre dernier son troisième EP, Monsters. Cinq titres entièrement produits par elle-même. Mais pour le futur, l’artiste a déjà des morceaux en préparation, et produit cette fois-ci par d’autres personnes. « Je trouvais ça plus logique artistiquement de sortir un produit « homemade » en premier. » Un EP totalement issu du confinement, qui aura donc été prolifique pour certaines personnes ! « Déjà avant le confinement, je m’étais intéressée à la production musicale. J’avais envie de tout enregistrer et de tout composer, et donc, j’avais déjà commencé à composer deux morceaux. Avec le confinement, j’ai eu le besoin et l’envie de creuser ça. Il y avait un morceau que je souhaitais aboutir depuis longtemps, qui est « Silence in the dark ». Et puis j’ai eu envie de faire cette reprise de Kylie Minogue, « Can’t Get You Out My Head » et j’ai été fort inspirée avec le dernier morceau « All I Ever Dreamed Of ». Tout cet EP est le fruit du confinement, qui m’a donné plus de temps pour faire de la musique. » Car en plus de sa carrière musicale, Valkø est aussi comédienne.

La dernière chanson « All I Ever Dreamed Of » est un parfait point d’orgue à cet EP ; une musique très réussie, prenante dès la première écoute. Un titre qui est également le préféré de Valkø. « C’est une chanson très très personnelle. C’est le morceau où je trouve que j’ai le plus abouti la production musicale, et c’est le morceau qui se rapproche le plus de moi actuellement. » Cet EP nous transporte dans une autre dimension, plus légère, mélancolique et électro. « Ce qui m’inspire, ce sont les émotions. Je suis très sensible aux relations humaines, aux émotions, à l’âme humaine de manière générale. Je vois la musique comme de la poésie. C’est toujours par la musique que j’ai pu exprimer ma mélancolie, même si avec mon nouvel EP, j’ai une envie d’aller vers des choses plus dansantes, plus joyeuses. C’est ce que je veux sur scène. »

Pour le futur, Valkø ne manque pas de projets. Des nouveaux morceaux sont déjà prêts à sortir et elle se lancera aussi dans un nouveau projet à deux cette fois-ci, avec son compagnon. Un album est déjà en préparation, mais le nom du groupe reste encore secret. Et l’artiste ne manque pas d’ambitions pour l’avenir. « J’aimerais bien plus tard produire des bandes originales de film. C’est quelque chose qui m’émeut beaucoup. Je suis autant touchée par la musique d’un film que par les acteurs. » Une véritable envie d’agrandir ses horizons, et un désir qu’on ne la cantonne définitivement plus à l’image de « la petite chanteuse ».

Valkø sera au Botanique à Bruxelles ce samedi 23 octobre

CIM Internet