Paris Match Belgique

On a écouté le nouvel album d’Adele « 30 » et voici ce que l’on en pense

On a écouté le nouvel album d'Adele "30" et voici ce que l'on en pense

La chanteuse reste fidèle à elle-même et se livre à cœur ouvert. | © Simon Emmett

Musique

Un album qui donnera du courage et de l’espoir à tous les cœurs brisés.

 

C’est l’une des chanteuses les plus populaires et intergénérationnelles qui fait son grand retour. Adele sort ce vendredi son (très attendu) quatrième album : 30. Un opus qui fera certainement l’effet d’une bombe vu l’accueil qui a été réservé à son premier single « Easy On Me ». Rien ne remplacera une première écoute, mais voici à quoi vous devez vous attendre.

30 était l’âge que la chanteuse avait lorsqu’elle a commencé à écrire cet album il y a 3 ans. Loin d’être seulement un chiffre, il représente une étape importante de sa vie après la naissance de son fils et son divorce. Adele explique même avoir écrit cet opus pour répondre aux questions de son fils Angelo, neuf ans, sur son récent divorce. Dans ce quatrième album, la chanteuse reste fidèle à elle-même et se livre à cœur ouvert. Douze chansons qui se suivent mais ne se ressemblent pas. Si certaines sont plutôt dans un style jazzy/soul, d’autres sont plus pop, et d’autres encore sont plus classiques en piano/voix. Certains titres ont une production plus riche et plus recherchée. Certaines chansons sont de futurs tubes alors que d’autres sont plus intimistes et confidentielles. Un album qui s’écoute comme une histoire avec de nombreux rebondissements.

Petit tour chanson par chanson

L’album commence avec « Strangers by Nature », un titre qui entame avec seulement un orgue synthétiseur et la voix d’Adele, avant que des violons ne s’invitent. « No one knows what it’s like to be else », chante-t-elle. Les sons sont ronds, et on rentre sans difficulté dans l’univers de ce nouvel opus.

Est-il encore nécessaire de présenter « Easy on Me » ? La précédente chanson introduit parfaitement à l’écoute de ce tube, beaucoup plus puissant et au texte plus direct (utilisation de la seconde personne « You »), ce qui interpelle directement l’auditeur. Derrière la puissance de la voix, le texte présente une chanteuse plus vulnérable qu’elle veut bien le laisser croire en demandant « vas-y doucement avec moi, bébé ». Cette chanson explique en partie pourquoi son mariage avec le père de son fils Angelo n’a pas marché malgré tous ses efforts : « J’ai changé qui j’étais pour vous mettre tous les deux en premier / Mais maintenant j’abandonne ».

La troisième chanson est beaucoup plus profonde, intime et touchante. « My Little Love » est clairement une chanson dédiée à son fils. Dans une ambiance jazzy, la chanteuse s’excuse auprès d’Angelo de la situation dans laquelle il a dû grandir. On ressent toute la culpabilité du divorce dans ses paroles. « I’m sorry what I’ve done made you feel sad », chante-t-elle. « Mama has a lot to learn. » Ce qui marque particulièrement dans cette chanson, ce sont les sons audio privés d’elle et de son fils, probablement issus de vidéos privées. « I feel confused and like I don’t really know what I’m doing », dit-elle dans une voix sanglotante, où on l’entend même pleurer.

« Cry Your Heart Out » est un vrai contraste avec la chanson précédente. La chanson commence avec une voix électronique qui rappelle les micros des années 50. Rythmé et dynamique, le titre jazzy fait presque penser à une renaissance après avoir touché le fond. « Cry your heart out / Clean your face » sonne comme un conseil qu’elle a elle-même appliqué. Pleurer un bon coup, et aller de l’avant. Des choeurs réchauffent la chanson avec des « ouh ouh », ce qui est plutôt ironique sachant qu’il y en a également dans la chanson précédente, mais dans un tout autre style.

On a écouté le nouvel album d'Adele "30" et voici ce que l'on en pense
© DR

« Oh My God » sonne déjà comme un futur tube. Très rythmé et entraînant, le refrain reste en tête. « I want to have fun » chante Adele, et c’est ce qu’elle fait sur ce titre.

Changement de registre pour « Can I Get It », un titre beaucoup plus pop. Après un premier couplet en guitare/voix, la grosse caisse donne le rythme à la manière de « Rolling In The Deep ». La phrase musicale de la guitare est entêtante et restera sans aucun doute dans la mémoire des fans.

Dans « I Drink Wine », Adele retourne à quelque chose de plus classique, en commençant par un piano/voix. Sans être joyeux, le titre n’est pas non plus triste mais plutôt nostalgique. Au refrain, des choeurs accompagnent la chanteuse dans un style gospel alors qu’elle chante « I hope I learn to get over myself / Stop trying to be somebody else / So we can love each other for free ». Adele enchaine les remises en question, se demandant pourquoi elle s’obsède avec des choses qu’elle ne peut pas contrôler, et pourquoi elle recherche l’approbation de gens qu’elle ne connait même pas. Une chanson poussant à l’amour de soi.

« All Night Parking » mixe très bien le piano et la boîte à rythme (où le beat est très présent). « Usually, I’m best alone, but everytime you text, I just want to fly home » chante Adele à celui qui la fait se sentir belle.

« Woman Like Me » commence en guitare/voix, avec par la suite des percussions. Une chanson très calme malgré les reproches qu’elle a à faire : « All you do it to complain about decisions you make ». Avant de conclure par : « You will never have a woman like me ». Le message est passé !

Lire aussi > Son divorce, sa perte de poids, son nouvel amour… les rares confidences d’Adele

On retourne dans le style soul avec « Hold On », un titre plutôt joyeux. Et bien qu’elle parle à la première personne durant les couplets, le refrain s’adresse directement à ceux qui traversent une période difficile, comme un appel à tenir bon. « You are still strong / Let pain be gracious / Love will soon come / Just hold, hold on ». Un formidable message d’espoir qui s’inscrit dans la continuité de l’album, dans cette phase de reconstruction. « Sometimes, loneliness is the only rest we get », chante-t-elle.

« To Be Loved » est le seul morceau entièrement en piano/voix de l’album. Une chanson calme et triste, comme Adele avait l’habitude de faire sur ses précédents albums, à l’instar de « Someone Like You ». « Looking back, I don’t regret a thing », chante-t-elle, certainement en référence à son histoire d’amour passée et son divorce. La chanteuse finit en puissance et après un silence avec la phrase : « Let it be known that I’ve tried » ; et on pouvait déjà presque entendre les fans qui l’acclameront avec vigueur durant ses futurs concerts.

L’album se finit avec « Love Is A Game » où les instruments à cordes sont de retour. Un dernier titre joyeux dans une ambiance toujours soul/jazzy accompagnée par des percussions, piano, et choeurs. « Love is a game for fools to play » (L’amour est un jeu pour les imbéciles), alors pourquoi se l’imposer se demande-t-elle ? « I’m addicted / You know I’m gonna do it again » se termine la chanson. Une manière positive de clôturer cet album et de montrer que l’amour finit toujours par gagner, même lorsque l’on n’y croit plus.

Mots-clés:
Adele
CIM Internet