Paris Match Belgique

Du reggae américain ? Si si… La preuve avec Groundation

Un sixième album pour un groupe, Groundation, au sommet de son art ! | © Belga

Musique

Groundation sort en 2009 l’une de ses plus belle pépites, Here I Am. Le groupe originaire de Californie, emmené par Harrison Stafford, distille un reggae loin d’être simpliste mais diablement efficace…

 

Par L.Dep

Le reggae, c’est un peu comme une église. Le courant musical venu de Jamaïque à ses adeptes qui suivent scrupuleusement ses préceptes et se réunissent souvent pour de grandes communions vibrantes et ‘roots’. Dès lors et pour changer un peu la formule cette semaine, nous donnons la parole à un grand fan du groupe et du genre, un paroissien converti. Jérôme, 46 ans, suit Groundation depuis 20 ans et les a vu plusieurs fois en concert. Il est donc un interlocuteur distingué pour nous parler de Here I Am.

« Le choix de cet album dans la discographie du groupe est assez simple. Groundation est vraiment au sommet de sa forme en 2009. Le groupe a connu ses débuts dix ans plus tôt avec déjà les excellents Hebron Gate et We Free Again » nous explique Jérôme.

Avec ses influences et ses bases jazz, Groundation a su pour Here I Am une nouvelle fois s’entourer de pointures du reggae pour enregistrer l’album comme l’explique très bien ce critique musicale sur son blog ledaoen.over-blog.com. « Les trois musiciens californiens se sont adjoint comme d’habitude les services de quelques pointures, notamment les Congos, Pablo Moses et le percussionniste de tous les grands du reggae (Marley, Tosh, Burning Spear…), le très fameux Uziah « Sticky » Thompson. »

Un apport indéniable que Jérôme confirme : « Outre le climat de fusion reggae/jazz dans lequel baigne l’album, il y a évidemment la présence de ce big band avec des musicienss qui maîtrisent leur sujet…Notamment sur le titre « Time Come » avec Cedric « Congo » Myton à la voix de falsetto et auteur du cultissime album Heart of the Congos. Troisième qualité indéniable pour moi de Here I Am, ce sont des arrangements plus riches que la production générale du reggae de cette époque et bien moins stéréotypés. »

La suite fut un peu moins ‘glorieuse’ pour Groundation. « Disons que les albums parus après 2009 furent un peu plus moyens. Le groupe a aussi connu des dissensions avec, au final, l’éjection de tous les musiciens par le chanteur et leader Harrison stafford. Il a recrée un big band autour de lui pour l’album Next Generation » afin d’essayer de relancer la magie. Mais elle a un peu disparu… »

Notre sélection

Everyone Could Lose
Time Come
By All Means
Not So Simple
Her I Am
Beating Heart

CIM Internet