Paris Match Belgique

Boycott de Spotify : Pourquoi il faut passer à Tidal, l’app qui rémunère bien mieux les artistes

boycott spotify tidal daniel ek

Tidal, l'appli qui s'engage pour les artistes. | © Tidal.

Musique

Après l’annonce d’un investissement à hauteur de 100 millions de dollars dans une entreprise d’armement par Daniel Ek, big boss de Spotify, de nombreux internautes et artistes appellent au boycott pur et simple de la plateforme de streaming, qui est en outre accusée d’exploiter les artistes avec des rémunérations au rabais. L’alternative est toute trouvée et s’appelle Tidal, service bien plus éthique et qui jouit en plus d’un catalogue bien rempli.

 

Il aura fallu en arriver là pour qu’un large appel au boycott soit déclaré. Le 9 novembre dernier, on apprenait que Daniel Ek, big boss de Spotify, avait investi 100 millions de dollars dans une entreprise d’armement qui travaille sur une intelligence artificielle capable d’améliorer « de 100 à 1000 fois le ratio d’efficacité des frappes » par drone.

Lire aussi > Jay-Z : Quand l’entrepreneur dépasse l’artiste

Fondée par Jay-Z, Tidal s’engage du côté des artistes

Depuis, de nombreux acteurs de l’industrie en profond désaccord avec cette vision du monde se sont réfugiés sous le hashtag #BoycottSpotify, appelant les utilisateurs à migrer vers d’autres services de streaming plus éthiques. Car l’investissement du CEO de Spotify, qui utilise ses deniers gagnés avec l’argent de ses abonnés pour financer l’armement, est loin d’être la seule ombre au tableau du géant du streaming.

Pour rappel, sur la totalité de l’argent engrangé par les écoutes (c’est-à-dire les abonnements), la plateforme conserve 30% des gains quand 15% vont aux auteurs-compositeurs des morceaux. Les 55% restants vont directement au label qui représente l’artiste, qui sera donc le dernier à être payé et n’aura aucun contrôle sur sa marge. En 2020, une étude relayée par la campagne #BrokenRecord montrait qu’en moyenne, les artistes ne gagnent qu’un cent par écoute sur Spotify. Dérisoire.

Pour pallier à cette exploitation et aux visées pas très correctes de Daniel Ek, il existe une option très simple et qui fera vos affaires : Tidal, l’app de streaming fondée en 2015 par Jay-Z et une quinzaine de stars, parmi lesquelles Madonna et les Daft Punk.

Celle-ci propose deux types d’abonnements, Tidal HiFi et Tidal HiFi Plus, tarifés respectivement 9,99 euros et 19,99 euros, garants d’une rémunération plus juste des artistes.

La plateforme s’appuie sur un principe appelé « Direct Artist Payment », qui permet une redistribution mensuelle qui va directement aux artistes. Concrètement, tous les mois, un pourcentage de l’abonnement HiFi Plus de chaque abonné est reversé à l’artiste qu’il a le plus streamé, celui-ci venant s’ajouter aux royalties de streaming déjà touchées par l’artiste.

Un switch éthique que vous ne verrez pas passer

À partir de 2022, Tidal mettra également en place un système de « Royalties d’écoute », comme expliqué dans ce qui suit : « Avec ce modèle, les royalties des abonnés HiFi Plus ne seront plus agrégées comme avant. Contrairement au modèle actuel adopté par l’industrie, les royalties seront désormais reversées en fonction de l’activité de streaming réelle des abonnés HiFi Plus, offrant aussi aux fans la possibilité de jouer un rôle plus important dans le succès de leurs artistes préférés ».

Lire aussi > Rock Werchter : L’incroyable line-up de l’édition 2022 s’allonge et promet du lourd

Et pas de panique, le catalogue de Tidal est (presque) aussi étoffé que celui de Spotify. En passant de l’un à l’autre, vous ne perdrez quasi aucun de vos artistes favoris. Encore mieux, il existe un service simple et intuitif appelé Tune My Music, qui vous permettra très simplement de faire switcher votre bibliothèque Spotify vers Tidal. Avec 30 jours d’essai gratuit puis un abonnement au prix de 9,99€/mois, Tidal se montre aussi attractif que la concurrence. Il ne vous reste qu’à franchir le pas et enclencher une habitude de consommation plus consciente de la réalité.

CIM Internet