Paris Match Belgique

Album à redécouvrir : L’Eden de Daho s’est transformé en enfer…

Eden est le sixième album d'Etienne Daho enregistré au printemps 1996 à Londres. | © MAXPPP

Musique

Au milieu des années nonantes, le « petit prince » de la pop hexagonale Etienne Daho propose l’album Eden qui bouscule critiques et fans sur fond de rumeurs immondes de maladie. Ces douze titres amènent le chanteur-compositeur vers une une nouvelle dimension.

 

Par Laurent Depré

Elles remontent déjà à loin les Trans Musicales de Rennes durant lesquelles l’enfant du pays s’était fait connaître à la fin des années 70… Treize albums studio, sept lives et six compilations plus tard ainsi que de nombreuses victoires de la musique, Etienne s’est durablement installé dans la chanson française.

La première moitié des 90’s pour Daho, c’est le succès de l’album Paris Ailleurs, une tournée gigantesque et un live mémorable capté à l’Olympia (DahOlympia). Sans oublier un mini-album commis avec le groupe Saint Etienne, Résérection, ainsi que de fructueuses collaborations (Dutronc, Brigitte Fontaine, …). Arrive le moment, après deux années de travail pour les autres, de penser à lui. Durant le même laps de temps, Daho a dû faire face à la rumeur publique qui le dit malade du sida et même… mort ! Le climax de ce délire teinté de volonté de nuire à l’artiste se passe le 17 juin 1994 où effectivement on l’annonce faussement décédé.

Mais l’auteur de « Week-end à Rome » n’est pas au bout de sa peine. La promotion d’Eden est compliquée. Beaucoup utilisant la critique, pour une fois partagée, pour lui faire sa fête. Pourtant, comme il le dira lui-même, les ventes fonctionnaient plutôt bien à la sortie… L’album restera sur ce « malentendu ». Qu’à cela ne tienne, Eden est une réussite artistique qui a pris encore plus d’ampleur sur scène et avec les années. D’ailleurs, en 2019, Etienne Daho comme pour boucler positivement cet épisode recommencera l »Eden Tour’ presque 15 ans plus tard. Passant par la Belgique notamment avec succès.

En 1996, avec son complice de toujours Arnold Turboust, ils se plongent dans la musique electro du moment dont les typiques rythmiques « drum’n’bass  » de l’époque. Des séquences que l’on entend dès la plage d’entrée qui sera le premier single « Au commencement ». Daho s’offre la crème en studio avec Marc Stent (Madonna, U2…), Fabien Waltmann (Katy Perry, U2…) et le chef d’orchestre David Whitaker. Dans le livre Dahodisco, Etienne parle de ce dernier en ces termes « ses arrangements sur Eden sont somptueux. L’intro de Au commencement ressemble à un grand film d’aventures ».

C’est l’album des 40 ans pour Daho. Un album qui célèbre la vie et loin d’être aussi sombre qu’on l’a décrit à l’époque. Il mérite en tous les cas une réécoute pour ne pas passer à côté d’un grand moment.

Notre sélection

Les passagers
Les pluies chaudes de l’été
Soudain
L’enfer enfin
Quand tu m’apelles Eden

CIM Internet