Paris Match Belgique

Orelsan enflamme Caen, sa ville natale, pour le premier concert de sa tournée

orelsan Caen

Orelsan à Caen le 22 février 2022. | © ©PHOTOPQR/OUEST FRANCE/Martin ROCHE / OUEST-FRANCE.

Musique

Le rappeur lançait sa tournée mardi au Zénith de sa ville natale de Caen. Nous avons assisté à ce show dantesque.

D’après un article Paris Match France de Clémence Duranton

20h59. Le Zénith de Caen est en effervescence. « Aurélien, une chanson ! Aurélien, une chanson », scande la foule. L’enfant prodige, celui qui a fait de la ville normande son totem — à tel point que même le maire a envoyé un photographe ce soir — s’apprête à entrer en scène. Dans les gradins, sa famille au grand complet, beaucoup de fans de la première heure, et un public plus jeune qu’à l’accoutumée. Son frère, Clément Cotentin, découvert grâce à « Montre jamais ça à personne », série géniale qu’il a réalisée pour Amazon sur la vie trépidante de son frangin (Victoire de la musique de la création visuelle 2022), fait une apparition pour filmer la salle et nourrir la suite de son documentaire. En l’apercevant, le public crie immédiatement son nom. Lui aussi est désormais une star.

Orelsan débarque à 21 heures 01, vêtu d’un maillot de football (local, évidemment), par un petit escalier, salle allumée, sans effet particulier. Les applaudissement sont fournis, la foule ravie de l’accueillir, quoique dubitative quant à cette arrivée sans fioriture… La mise en scène ressemble plus à celle des répétitions qu’à un grand spectacle de Zenith. Il s’installe avec deux musiciens et Skread, son producteur, sur une extension de la scène. Et toujours sans que la salle n’ait été éteinte, la petite bande commence à faire chanter les gens sur « Jour Meilleur », puis « La quête », titres de « Civilisation », quatrième opus solo d’Orelsan sorti fin 2021. « C’est incroyable, j’ai cru qu’on n’arriverait jamais à ce moment-là ! » s’enthousiasme le chanteur. En plein milieu du troisième titre, « Défaite de Famille », la salle se plonge dans le noir. Deux immenses drapeaux aux couleurs de son disque tombent de part et d’autre de la scène. Le véritable show peut commencer.

Orelsan mardi soir a lancé sa tournée à Caen.
Orelsan mardi soir a lancé sa tournée à Caen. © Pierre Hennequin

Sur l’écran géant en fond de scène, des images de synthèse futuristes s’animent alors que les musiciens – deux claviers, un batteur et un guitariste – s’installent. Orelsan fait son entrée, cette fois en Dior de la tête aux pieds (griffé au logo de son disque), et lance « Civilisation ». Chaque morceau a été réarrangé pour le live, symbole d’un tournant variété chez le rappeur. Toutefois, son flow est intact, et c’est sans backup qu’il déroule ses textes – « Du propre », « Bebeboa » ou encore « La pluie ». L’ambiance est brûlante, les spectateurs ne se sont pas fait prier pour se lever et s’agiter, mais aux premières notes de « Manifest », ils s’assoient les uns après les autres et écoutent religieusement. Le titre coup de poing de sept minutes au coeur d’une manifestation qui dégénère est joué sur une mise en scène brillante où les silhouettes des indignés sont matérialisées grâce à des faisceaux lumineux. La foule groggy applaudit longuement. Les titres ont chacun une ambiance inédite, pensée au millimètre. « L’odeur de l’essence » conclut le passage militant, flammes et fumée envahissant la scène, ne laissant entrevoir que l’ombre d’Orelsan… Et une vision sublime et infernale.

Orelsan mardi soir au Zenith de Caen.
Orelsan mardi soir au Zenith de Caen. © Pierre Hennequin

Après ça, la légèreté est de retour. « On va faire comme à l’époque où il n’y avait pas internet. » Le chanteur installe des poufs et une console de jeux sur scène et fait s’affronter deux spectateurs – l’un est Orelsan, l’autre Raelsan, son double aux super pouvoirs – dans une partie de Street Fighter… ou plutôt Civilisation Fighter. Se lance ensuite un medley à base de titres ancestraux et plus récents. Le public, même ceux qui n’étaient pas nés au moment de leur sortie, maitrisent les paroles de chacune d’elle à la perfection — « Jimmy », « Soirée ratée », « Si seul », « Bonne meuf »… qu’il conclut par « Baise le monde ». Revoilà ensuite Raelsan pour son tube « Le chant des sirènes », avant un retour aux nouveautés – « Seul avec du monde autour » et un mashup « Ensemble » et « Athena », toutes deux écrites pour sa chère et tendre. De quoi finir cette première partie avec une touche de romantisme.

Orelsan a chanté ses plus grands tubes mardi soir à Caen.
Orelsan a chanté ses plus grands tubes mardi soir à Caen. © Pierre Hennequin

Orelsan se fait désirer un moment et revient pour la douce « Rêve mieux » puis laisse le public seul, dans le noir, pendant « Notes pour trop tard » avant d’apparaitre dans l’écran, dans une chambre d’adolescent. Les fans l’attendaient, Orelsan la chante à chaque concert depuis qu’il l’a écrite il y a dix ans… Voilà « La terre est ronde ». Le refrain (« Après avoir fait le tour du monde, tout ce qu’on veut c’est être à la maison ») résonne particulièrement ici, dans la ville natale d’Aurélien Cotentin. D’ailleurs est-ce l’arrêt prolongé des concerts ou l’attachement des Caennais pour Orelsan… Qu’importe, les spectateurs n’ont pas loupé une miette du show, gardant, pour la grande majorité, les smartphones dans leurs poches pendant presque 2 heures.

Orelsan face à son public à Caen mardi.
Orelsan face à son public à Caen mardi. © Pierre Hennequin

« Est-ce que vous avez les bases ? » Hurlements dans l’assemblée avant « Basique », qu’il stoppe en plein milieu. « C’est la fin du concert, vous savez ? Faut y aller ! Je veux vous entendre ! » La foule en sueur s’exécute. Lui aussi a tout donné, il termine allongé par terre et en beauté sur un mix entre « Shonen », et les reprises de « Du propre » et « Civilisation » avant de quitter les lieux.

Hier soir à Caen, Orelsan a frappé très fort avec un show généreux, engagé, sublimé par une scénographie de haut vol. Qui ne laissera personne indifférent.

Orelsan à Caen mardi soir.
Orelsan à Caen mardi soir. © Pierre Hennequin

Setlist du 22 février 2022, Zenith de Caen

1/ Jour meilleur

2/ La quête

3/ Défaite de famille

4/ Civilisation

5/ Du propre

6/ Bebeboa

7/ La pluie

8/ Manifest

9/ L’odeur de l’essence

10/ Medley

11/ Baise le monde

12/ Chant des sirènes

13/ Seul avec du monde autour

14/ Ensemble + Athena Rappel

15/ Rêve mieux

16/ Notes pour trop tard

17/ La terre est ronde

18/ Basique

19/ Shonen + Du propre + Civilisation
Mots-clés:
concert Orelsan
CIM Internet