Paris Match Belgique

Horst Festival : Le dancefloor, terrain de jeu magnifique pour réinventer l’espace public

horst festival

Faire la fête, mais pas n'importe comment. | © Horst / Ilias Teirlinck.

Musique

En 2014, cinq passionnés de musique électronique et d’arts en tous genres posaient la première pierre d’un projet unique en son genre. Le Horst Festival (29, 30 avril et 1er mai) était né et deviendra, au fil des années, une référence dans le milieu des festivals alternatifs. En plus de proposer une programmation pointue, son équipe s’évertue à redéfinir les contours de notre espace, qu’il soit intime ou public. Tout un projet qui a posé ses valises dans un quartier abandonné de Vilvoorde, et dont l’objectif est clair : le revitaliser.

 

Retour en septembre dernier. La fête bat son plein dans les travées du site ASIAT à Vilvoorde, cette ancienne base du ministère de la défense reconvertie en festival de choix. Après des rayons de soleil inespérés, la nuit tombe et le natif de Detroit Jeff Mills – l’un des plus grands maîtres de la techno – balance un set de légende pour les chanceux présents ce soir là. La scène se passe dans un énorme hangar à l’allure post-industrielle et réaménagé par les équipes du festival. Plusieurs niveaux sont accessibles sur ce « chantier » fait de béton et d’acier : on peut s’élever et voir la foule se trémousser sur le parterre, déambuler avec fluidité parmi les escaliers qui s’entremêlent, et jamais on ne se sent oppressé par une foule pourtant massive. C’est toute la magie du Horst : arriver à créer une grande fête pointue et s’accaparer l’espace de manière « vivable », sans jamais étouffer son festivalier.

Lire aussi > Horst : Le meilleur festival électro de Belgique explore de nouveaux territoires et complète son line-up

Imaginer le quartier de demain

Dés les débuts, cette approche réflexive de l’espace était au centre des préocuppations des créateurs du Horst. « Notre credo depuis le début, c’est de nous demander comment rendre l’espace public accessible, plus vivable », détaille Wim Thijs, l’un de ses organisateurs. Initialement situé dans le superbe parc du château de Horst, à quelques encablures de Louvain, le festival déménagera en 2019, pour continuer à se développer : « On a commencé très petit, avec un public de 1000 personnes autour d’un petit château. Et depuis, ça a grandi grandi grandi… En termes de durabilité, le château n’allait plus car on devenait trop grand. Sur ASIAT, on a trouvé un endroit où on se trouve plus à notre place », détaille Wim.

Horst Festival
© Horst Festival / Maxim Verbueken.

Surplombée par deux tours de refroidissement massives, l’ancienne base militaire en bord de Senne se veut être un terrain de jeu d’exception pour les concepteurs du Horst. Si à première vue le site semblait perdu, il se voit redynamisé et sublimé par les équipes créatives du festival, qui s’affirme comme étant bien plus qu’un simple rassemblement musical. « Notre objectif, c’est de créer une nouvelle énergie, et rien de moins qu’un nouveau quartier faisant partie intégrante de Vilvoorde. En mettant en place des événements qui ont un impact à l’international, de manière quasi permanente et en réinvestissant l’espace, tu peux ramener un dynamisme hyper intéressant pour un endroit qui était auparavant oublié », souligne Wim.

À travers le studio Onkruid, qui n’est autre que la maison-mère du Horst, ses créateurs affichent leur ambition de réinventer l’espace public et multiplient les projets, sur ASIAT et ailleurs. Comme à Louvain, où ils ont notamment chapeauté la réoccupation d’anciens dépôts De Lijn en un centre culturel d’un genre nouveau, le Stelplaats. Wim insiste beaucoup sur l’aspect « artisanat » des différents projets. Ici, pas de volonté de multiplier les projets pour devenir toujours plus grands : « Oui, le festival bénéficie d’une très bonne pub. Mais le succès est toujours relatif. On aime les bonnes critiques évidemment, mais on a vraiment envie de rester ‘petit’. Le but du projet, ce n’est pas de créer un mastodonte, d’agrandir le festival à l’infini, mais bien de garder le côté intime qui fait toute notre identité. »

Convergence des talents

Pour « construire » ce festival du futur, le Horst noue des collaboration avec des gens qui ne viennent pas forcément de l’industrie musicale : « Pour créer nos scènes, on préfère faire appel à un bureau d’architecture indépendant qu’à un prestataire de gros festival. Ils vont penser différemment, créer quelque chose de nouveau et d’unique », poursuit Wim. Parmi ceux présents cette année, on notera les Milanais de Salottobuono, les Bruxellois de Traumnovelle ou les Londoniens de JAM. Des structures jeunes et pionnières qui entendent casser les codes, et proposer au festivalier une expérience immersive totale.

Horst Festival
© Horst Festival / Dieter Van Caeneghem.

Sur ASIAT, les créatifs en tous genres se retrouvent dans un atelier géant où rien n’est impossible. Quatre semaines durant, le festival en devenir se transforme d’ailleurs en Horst Atelier, où les professionnels travaillent main dans la main avec des volontaires de toutes les nationalités, et spécialisés dans l’une ou l’autre discipline (menuiserie, construction, graphisme,…). Une vie se déploie sur ASIAT, une grande partie de l’équipe dormant sur place, et une communauté se tisse. Le quartier rêvé par la ville de Vilvoorde et le studio Onkruid y trouve sûrement son embryon, comme un magnifique point de départ d’une aventure qui durera au moins 10 ans, comme le veut l’accord passé avec les autorités communales.

Lire aussi > Les 10 festivals belges où il faudra absolument être en 2022

« L’important pour nous c’est de trouver une harmonie, un équilibre entre le festival et le projets qui vont prendre place sur ASIAT. On a le festival en mai, l’exposition (en partenariat avec KANAL-Centre Pompidou) qui dure tout l’été, d’autres événements qui prendront place à l’automne-hiver », confie Wim, qui laisse même entendre qu’un club à l’année pourrait y voir le jour. Une affaire qu’on va suivre de très très près.

Horst Festival – 29, 30 avril et 1er mai – Infos et tickets

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Horst (@horstartsandmusic)

CIM Internet