Paris Match Belgique

« Smoke & Mirrors », le nouveau clip de Konoba, révélation belge de 2017

Vidéo Musique

Avec « Smoke & Mirrors », Konoba s’est imposé début 2017 comme une révélation musicale incontournable de la scène belge. À l’instar d’autres artistes de sa génération, Raphaël Esterhazy alias Konoba, soigne également l’image. La preuve avec ce nouveau clip du morceau éponyme de l’album que nous vous livrons en exclusivité.

 

Tout commence en 2015 pour Konoba révélé par « On Our Knees » qui dépasse aujourd’hui les trois millions de vues sur YouTube. Planant, travaillé, électro, le morceau  retient l’attention du grand public et des radios qui découvrent Raphaël Esterhazy. Né à Wavre d’une maman belge et d’un papa canadien, Raphaël baigne dès sa plus tendre enfance dans la culture musicale anglo-saxonne. Il commence à jouer du piano à l’âge de sept ans, attrape une guitare six ans plus tard et commence dans la foulée à composer ses premières chansons. Après avoir suivi pendant cinq ans les cours de production musicale à l’université de Brighton, Raphaël revient en Belgique et peaufine le projet Konoba.

Le parcours de Konoba, c’est trois EP’s  (Miami Hotel, Mind The Gap, Colours & Shapes) et des concerts remarqués avant l’album sorti début 2017. « Smoke & Mirrors », la chanson qui donne son titre au premier album de Konoba, est particulièrement révélatrice de l’univers de ce jeune auteur, compositeur, multi instrumentiste, interprète et producteur belge. « J’ai écrit ce morceau voici un an et demi », se souvient-il « Dès la première esquisse, je me suis senti bien dans cette chanson. Il y avait des instruments organiques et des sons électroniques, une belle mélodie vocale et des paroles collant à notre époque. J’aimais bien ce mélange. En trois jours jours, la chanson était terminée. J’ai décidé de baptiser mon album Smoke & Mirrors parce que cette composition m’a servi de déclic ».

Lire aussi > Vacances au bureau : la playlist de l’été à écouter en travaillant

Konoba se range difficilement dans une case. Entre morceaux mélancoliques et dansants, le jeune Brabançon fait voyager. « Je n’ai pas essayé de faire un album concept ou de m’imposer une continuité. Le seule fil conducteur de Smoke & Mirrors, c’est ma voix. Pour le reste, j’avais envie que chaque chanson emmène l’auditeur ailleurs. J’ai avancé librement sans me fixer de barrière de style ou de format. I’m a Wolf a été écrit au piano. On Our Knees est plus électronique. Il n’y a pas de règle. Je fais partie de cette génération d’artistes qui a commencé à faire de la musique dans sa chambre avec un laptop, un micro et un casque. Je sais aussi chanter et jouer de plusieurs instruments. Même en travaillant seul, les possibilités sont illimitées ».

Et dans un contexte social pessimiste, Konoba veut faire preuve d’optimisme comme sur « Our generation », chanson épique qui débute sous un climat sombre avant d’éclater à la lumière. « Cette génération, c’est celle d’aujourd’hui et de demain. Nous vivons une époque très spéciale. Il y a plein de raisons de dresser un constat négatif, mais il y en a encore plus de rester optimiste, d’avancer et de se nourrir de belles énergies ». Message reçu cinq sur cinq. .

Pour « Smoke & Mirrors », Konoba fait le pari de l’esthétique noir et blanc et s’associe avec Kevin Antoine (réalisation/montage) et Julien Charpentier (directeur de la photographie) qui avaient déjà réalisé le clip de “I’m a Wolf”. Les étreintes avec la comédienne et humoriste Sarah Grosjean, au milieu de volutes de fumée blanche auront-elles le même succès que « On Our Knees » ? Les paris sont ouverts.

 

Konoba sera à découvrir sur scène aux Francofolies de Spa ce 21 juillet 2017, au Brussels Summer Festival le 10 août et au Fly Away Festival du 13 au 17 septembre.

Mots-clés:
vidéo exclu Belgique Konoba
CIM Internet