Paris Match Belgique

Voici les titres qui ont construit la carrière d’Orelsan

Orelsan vient de sortir un nouvel album, "Civilisation". | © Nicolas Liponne / Hans Lucas. Nicolas Liponne / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Musique

Orelsan célèbre ce 1er août ses quarante ans. L’occasion de revenir sur la carrière de cet artiste, à travers ses plus grands succès. 

La carrière d’Aurélien Cotentin, dit Orelsan, a débuté en 2008. Cette année-là, les radio vibraient aux sons de ‘Parle à ma main’ de l’énergétique Fatal Bazooka, ou encore d’ ‘Il avait les mots’ de Sheryfa Luna. La France et la Belgique écoutent du rap, mais de manière encore timide. Le premier single du jeune Normand, ‘Changement’ ne rencontre pas un énorme succès. Il faut attendre 2009 pour voir son premier album sortir (‘Perdu d’Avance’). L’artistes y déballe son univers, avec une polémique à la clef. Dans un concert, il chante le titre ‘Sale pute’. Les ennuies démarrent pour lui.

Le titre est un concentré des paroles d’un homme trompé par sa compagne. Il détaille les violences qu’il souhaite lui faire subir. A l’époque, et encore aujourd’hui, ce titre choque. Des associations féministes portent d’ailleurs plainte contre l’artiste pour « provocation au crime ». Il sera condamné le 31 mai 2013 à payer 1 000 euros d’amende avec sursis, pour injure et provocation à la violence envers les femmes. Orel se souvient de cette polémique encore aujourd’hui. « Moi, je suis un artiste qui écrit juste un morceau. Et d’un coup, cela prend une ampleur qui me dépasse. Même Claire Chazal en a parlé! Après, ce sont des différences de point de vue et c’était une autre époque, le début de l’ère des polémiques, alors que maintenant il y en a tout le temps », s’est-il rappelé auprès de nos confrères du Parisien

Le succès 

En 2011, Orelsan sort son album ‘Le chant des Sirènes’. C’est un succès immédiat. Le single ‘La terre est ronde’ tourne en boucle en France et en Belgique, et l’album est certifié disque de platine et reçoit deux Victoires de la musique. Ce succès permet à Orelsan d’enchainer les tournées, et d’être invité à la télévision à de nombreuses reprises. Il reviendra en 2014 avec son album ‘La fête est finie’, qui verra les singles ‘Basique’ et ‘Tout va bien’ cartonner. Et puis, Orelsan y publie sa première chanson d’amour. « Parfois, je dois faire dix essais pour arriver à quelque chose qui me semble original. Paradis était ma première tentative dans l’écriture d’une chanson d’amour, explique-t-il à nos confrères de Moustique. Et je trouvais ça réussi. Après Paradis, je me disais que je n’allais plus essayer parce que je pensais avoir fait le tour de la question. Mais là, je suis super amoureux et j’avais envie« .


‘La fête est finie’ est certifié disque de diamant, et remporte trois Victoires de la musique. Son dernier album en date est sorti en 2021. Dans ‘Civilisation’, Orelsan propose un album puissant, avec des sujets très engagés. ‘L’odeur de l’Essence’, dont le clip a annoncé l’album, parle par exemple des travers de notre société actuelle, et constate à quel point nous vivons « dans un avion qui va vers le crash ». Cet album, en seulement cinq mois, est certifié disque de diamant.

Il y a des enfants de onze ans qui aiment ma musique mais aussi des gens de plus de 75 balais

Avec quatre albums studios, Orelsan est devenu l’un des rappeurs les plus écoutés et appréciés de l’hexagone. Le chanteur apprécie ce succès. « Aujourd’hui, il y a des enfants de onze ans qui aiment ma musique mais aussi des gens de plus de 75 balais. C’est fou.  Je suis arrivé à un point où on écoute mes morceaux en famille. Même si j’en rêvais, je n’aurais jamais imaginé vivre ça. C’est ce qui me touche le plus mais je ne sais pas pourquoi. C’est encore irrationnel pour moi. Je devrais peut-être aller voir un psy pour comprendre.« 

Mais s’il a du mal à comprendre ce succès grandissant, Orelsan sait tout de même comment il en est arrivé là. « J’ai la chance que la reconnaissance n’est pas venue en une fois. Tout s’est construit au fil des années avec les mêmes personnes: Skread (son beatmaker), Ablaye (qui gère son label et monte sur scène avec lui), Gringe (Casseurs Flowters) ou mon frère Clément. Sans eux, je ne suis rien. Ce n’est pas un entourage protecteur qui me cire les pompes. Ils me parlent aujourd’hui comme ils me parlaient il y a vingt ans.  J’ai besoin qu’ils me donnent leur avis ou me disent quand je fais une connerie. Je ne les écoute pas toujours mais c’est un bon filtre. » La carrière impressionnante d’Orelsan n’est pas prête de prendre fin. Le chanteur sera d’ailleurs en concert en Belgique, au Palais 12, le 04 novembre 2022.

Mots-clés:
Musique Orelsan
CIM Internet