Paris Match Belgique

Histoire rock : La facture salée laissée par Michael Jackson à son décès…

La tournée qui se profilait était déjà bien lancée... Mais Michael Jackson est mort trois semaines avant le coup d'envoi... | © BETH A. KEISER / POOL / AFP

Musique

En mourrant en juin 2009, le « King of pop » a brutalement mis fin au projet de l’immense tournée internationale « This is it » qui s’annonçait. Beaucoup de choses avaient déjà été mises en place pour permettre à Michael Jackson de se produire sur scène…

 

Par L.Dp

Personne ne s’attendait, évidemment, à la disparition de Michael Jackson à trois semaines de son grand retour on stage… Nombre de billets déjà vendus le 25 juin 2009 pour apercevoir le moonwalker même de loin ? 800 000…

C’est dire si l’information de la mort de Michael Jackson, relayée en premier par le site américain TMZ, a fait dresser les cheveux sur la tête des patrons de AEG, la société co-organisatrice de la tournée. L’autre partie étant gérée par la Michael Jackson Company.

Si ce n’était que les billets à rembourser, l’affaire serait vite réglée. D’autant que 90% des tickets écoulés concernaient le public anglais. Sauf que 40 millions de dollars avaient déjà transité de compte à compte. 30 millions pour les frais de production des 50 concerts à l’O2-Arena de Londres prévus entre juillet et août 2009. Et 10 millions d’avance encaissés par la star elle-même.

À moins de souffrir de déficiences mentales ou d’aimer le goût du risque, les producteurs souscrivent en général diverses polices d’assurance pour se protéger en cas d’annulation ou de report d’un show. Selon le Wall Street Journal, les 13 premiers concerts étaient bel et bien couverts auprès du Lloyd’s de Londres pour 17,5 millions de dollars américains.

Lire aussi >Les héritiers de Michael Jackson demandent à une émission belge de changer de nom

©PASCAL GEORGE / AFP

Même une star planétaire se doit de subir une visite médicale pour avoir une vue sur sa santé et surtout sur sa capacité à tenir sur plus de trois années, ce que devait durer la tournée au total. Ce qui semble avoir été le cas au yeux des assureurs. Mais…

Mais le chanteur est mort par overdose de Propofol. Il s’agit d’un anesthésique dont l’utilisation est interdite en dehors des hôpitaux. Dès lors, l’assureur refuse de procéder à l’indemnisation des frais. Mais encore ? La demande d’aide est tout simplement refusée pour cause de « fausse déclaration du chanteur sur son état de santé ». Vous le voyez venir le beau procès et sa myriade d’avocats ?

Lire aussi > Michael Jackson, ses enfants célèbrent son anniversaire avec des photos de famille

Les preuves ne semblaient pas aller dans le sens de l’organisateur…  Des mails internes de la direction d’AEG faisaient en effet état de discussions sur « la prise de médicaments qui dans certains cas ne permettaient pas à Michael Jackson de bouger » et « sur des troubles pyschologiques ». Coup de théâtre après trois ans de procédures judiciaires cependant… L’assureur Lloyd’s acceptait un règlement à l’amiable du sinistre. Le montant de l’indemnisation n’a jamais été divulgué. Une vraie série Netflix non ?

En fait, il faut parler de procès au pluriel ! Car le clan Jacskon, que ce soient les frères ou la mère, ont attaqué successivement le docteur Conrad Murray accusé d’avoir effectué l’injection mortelle à la star ainsi que l’organisateur de la tournée, AEG, coupable au yeux des Jackson d’avoir placé le fameux docteur sur la route de Michael. Dans les deux cas, rien n’a abouti.

Précisons que, dans cette triste histoire qui est celle de la fin d’une icône pop, le docteur a été condamné à quatre ans de prisons. Il en a purgé deux… Lui aussi a été débouté de sa demande de réparation.

CIM Internet