Paris Match Belgique

Histoire rock : le tout premier festival de rock n’a duré que 10 minutes…

Ces nouveaux sons attirent la jeunesse comme un aimant en ce début des années 1950 | © UNIVERSAL IMAGES GROUP

Musique

Nous sommes en 1952 et le rock’n’roll, dont on vient d’inventer le nom, tient son premier festival aux Etats-Unis. Mais tout ne se passa pas comme prévu…

Par L.Dp

Quelle belle fête cela devait être ! Le « Moondog Coronation Ball » était le nom de ce fameux grand concert prévu à la Cleveland Arena avec quelques groupes supposés se produire devant des milliers de personnes. Les deux têtes d’affiche se nommaient alors Paul Williams et Tiny Grimes.

Les organisateurs de l’évenement sont Alan Freed et Leo Mintz. Le premier est DJ dans une radio. A l’époque, concrètement, c’est celui qui sélectionne et passe les disques à l’antenne. C’est une personnalité aussi populaire que les artistes qu’il fait découvrir à travers les ondes. Le second est « disquaire » et c’est chez lui que se rue la jeunesse en quête de nouveauté sonore. Leo Mintz qui a bien pris conscience du pouvoir de séduction de ce rythm’n’blues début des années 1950 décide de soutenir financièrement Alan Freed dans son projet de mettre sur pied le concert.

 

©DR

C’est un bout d’histoire qui s’écrit le vendredi 21 mars 1952, à Cleveland, Ohio. Le succès de ce concert unique est tel que très rapidement la salle pouvant accueillir un peu moins de 10 000 personnes est pleine à craquer. Le « hic » c’est qu’à l’extérieur des milliers d’autres jeunes attendent de pouvoir accéder au site, ticket à la main ! À force de pousser sur les portes en verre qui barricadent la salle, ces dernières volent en éclat, libérant le passage.

Appelés en renfort, le capitaine de police et ses hommes prennent alors conscience de l’ampleur du phénomène et du danger potentiel d’un tel attroupement. Vu ce qu’ils observent, les policiers intiment l’ordre aux musiciens qui viennent à peine de commencer le concert (on en est à deux ou trois chansons) de stopper sur le champ. L’incident heureusement ne dégénère pas et la salle se vide. Un homme est tout de même poignardé… Le sol de la salle est quant à elle jonchée de bouteille de whiskey.

Ce nouveau son palpitant et insurrectionnel, diabolique disait-on à l’époque, a réuni des enfants noirs et blancs pour danser dans l’Amérique d’après-guerre. Car les parents des années 1950, blanc et noirs, étaient souvent affolés par cette musique et surtout par des paroles à double sens pour justement les éveiller… ces sens !

 

CIM Internet