Paris Match Belgique

Rosalía à Forest National : La pop star ultime nous offre le concert de l’année

Rosalía : notre critique du concert de l'année

Rosalía sur la scène de Forest National, le 12 décembre 2022. | © ANP / Hollandse Hoogte / Alex Vanhee.

Musique

La phénoménale Rosalía a réchauffé Bruxelles le temps d’une soirée, récitant son troisième album de manière éblouissante.

 

Sur scène, Rosalía chevauche une moto totalement formée par ses danseurs. Vêtue de sa combi « Versace » jaune et noire, la Catalane trône au sommet de cette masse de corps soigneusement emboîtés et récite magistralement « MOTOMAMI ». Littéralement, le titre de son troisième album et du morceau éponyme est l’association de moto et de « mami », qui signifie « meuf ». Mais il veut dire beaucoup plus pour cette artiste totale, qui porte ici un concept, un mode de vie. « Il y a tellement de Motomamis dans le monde qui m’ont inspiré. Ma mère, ma soeur… Le Motomami est une énergie. Tout le monde peut être un Motomami, Motopapi. C’est la façon dont vous vous sentez. Et aussi, c’est faire autant que vous pouvez avec ce que vous avez », confiait la star à Billboard.

Un show 2.0.

Dans un Forest National comble, Rosalía Vila Tobella s’applique à envoyer cette onda à son public. Devant nous, le parterre de fans est divisé en deux catégories. Il y a ceux qui auront chanté toutes les paroles du début à la fin. Et puis les autres, restés bouche bée, fascinés devant la pop star qui mêle les genres comme personne. Nous sommes plus de 8 000 chanceux à vivre ce concert qui restera gravé dans les mémoires. Du haut de ses 30 ans, la mujer de Barcelone a évolué depuis 2017 et son premier opus Los Ángeles. Le second, El mal querer, avait initié le virage pop enrobé de flamenco. Le numéro 3, qui est sûrement le meilleur album de 2022, est venu confirmer la montée en puissance. À gros coups de bangers reggaeton et de beats audacieux. Mais sans jamais oublier ses envolées lyriques si touchantes.

Lire aussi > Rosalía, la « bomba » qui réinvente le flamenco

Pendant dix ans, alors adolescente, Rosalía a fait ses gammes à l’École supérieure de musique de Catalogne à Barcelone. Un apprentissage nécessaire qui va l’amener à réinventer cet art traditionnel. « J’ai appris la tradition. J’ai appris toutes les règles », disait-elle à Rolling Stone. « Mais je dois être transparente avec la façon dont je comprends le flamenco ici et maintenant, avec qui je suis, avec mes références, mon âge et l’époque dans laquelle je vis. »

Rosalia forest national
Rosalía sur la scène de Forest National, le 12 décembre 2022. © ANP / Hollandse Hoogte / Alex Vanhee.

Même si on avait la quasi certitude d’être conquis, « La Rosalita » est parvenue à nous impressionner encore plus qu’attendu ce lundi 12 décembre. Elle récitera tous les morceaux de sa pièce maîtresse, encore plus magnifique en live, et plaçant ici et là les singles qui ont fait sa réputation. Rosalía est loin d’être radine, elle qui s’époumone pendant quasi deux heures. Pas de pause, pas de changement de tenue, pas de chichis. Même la retouche maquillage à mi-parcours se déroule sur scène : Rosalía s’assied dans un fauteuil et continue d’interpréter « DIABLO » pendant que son équipe lui refait le visage. Des efforts qui ne serviront finalement à rien : quelques instants après, elle se versera une bouteille d’eau sur la tête.

¡Hasta la proxima

Au-delà des chorés époustouflantes menées par la chanteuse et sa troupe, c’est la caméra qui la suit sur scène tout le long qui attrape intelligemment l’œil. Le show est retransmis en live sur les écrans géants, donnant l’impression que toute la salle fait de la figuration pour un clip. L’artiste joue avec la caméra, partage du coup autant avec le premier rang que ceux qui sont tout au fond. À certains moments, même les danseurs filment la superstar à l’aide de caméras portables. La sensation TikTok est voulue, l’effet « meta » magistral.

Dans le chaos, on retrouve aussi la Rosalía intime et plus douce, elle qui joue et chante « HENTAI » derrière son piano, fascine par une interprétation grandiose de « BULERÍAS ». Terriblement exaltant, ce show 2.0. est aussi un énorme moment de partage. Rosalía lit les pancartes disseminées dans la salle, descend vers ses fans, leur tend même une caméra portable pour se faire filmer, chante « La noche de anoche » (son tube en featuring avec Bad Bunny) avec eux, et signe même des vinyles en plein concert.

Les moments forts sont difficiles à choisir tant ce show est traversé d’une énergie constante qu’on a rarement vue. On aura aimé se trémousser sur « Yo x ti, tú x mí », « DESPECHÁ » et « BIZCOCHITO ». On aura adoré voir pour la première fois en live son plus beau titre « CANDY ». Il est tellement rare dans ce type de méga show de passer de l’intime à l’effet club avec autant de facilité, et de transmettre une vision tellement singulière et moderne de faire de la musique. Pour tout ça, on lui dit « MUCHÍSIMAS GRACIAS ».

Rosalía sera de retour en Belgique à Rock Werchter le dimanche 2 juillet 2023

CIM Internet