À Dijon, des Femen veulent empêcher le rappeur Lorenzo de jouer, qui riposte en les trollant

À Dijon, des Femen veulent empêcher le rappeur Lorenzo de jouer, qui riposte en les trollant

Lorenzo alias "l'empereur du sale". | © Facebook @LorenzoEmpereurDuSale

Musique

BESTE et Greenwitches, deux collectifs de Femen en France, ont lancé une pétition en ligne afin d’empêcher un rappeur de jouer à Dijon. Ce dernier a alors répliqué en lançant lui aussi sa pétition qui compte déjà beaucoup plus de signatures.

 

Sur leur pétition lancée sur Change.org, les deux collectifs dénoncent les « propos à caractère raciste, fasciste, sexiste, homophobe, transphobe, pédophile et fait l’apologie de diverses formes de violences, comme le viol » du rappeur français Larry Garcia alias Lorenzo du collectif Columbine, qui était au festival de Dour le 16 juillet dernier.

Elles ajoutent ensuite divers extraits de ses chansons : « Au club enfant, on déchire des hymens » (titre « Du très très sale »), « Les collégiennes j’adore ça les mettre enceinte j’adore ça » (titre « J’adore ça »), « Ramène ta pute au bendo, j’le fais maison son avortement / les hommes sont tous mauvais c’est juste que moi je l’assume pleinement «  (titre « Fais pas le mec ») ou encore « Toutes des putes, c’est comme ça / homosexuels je suis pas fan / Hanouna j’adore ça » (titre « J’adore ça »). Lancée il y a deux semaines, la pétition n’a pour le moment récolté que 1 082 signatures. Des paroles des plus choquantes et outrancières à l’absurde qui indignent plus qu’elles ne plaisent.

Mamène vs Femen

Le concert de Lorenzo surnommé « l’empereur du sale » connu pour sa provocation et son second degré plus que douteux, est prévu à Dijon (est de la France) pour le 1er septembre, lors d’un concert de rentrée organisé par la mairie de la ville de Dijon. Et le rappeur rennais qui compte plus de 490 000 fans sur sa page Facebook et dont les vidéos sur YouTube comptabilisent à chaque fois des millions de vues (son « freestyle du sale » en est à 42 millions), est bien décidé à tout faire pour que son concert soit maintenu. Il a d’ailleurs lui aussi lancé sa propre pétition sur le même site et a récolté en quelques heures seulement plus de 25 000 signatures. Et le chiffre ne cesse de grimper. Incroyable mais pourtant bien vrai.

« Nous, signataires de cette pétition, demandons à la municipalité de Dijon et au comité d’organisation de concert de rentrée de la ville Dijon 2017 de laisser programmer Lorenzo mais d’interdire la présence des féministes durant son super concert. Lorenzo a quand même précisé que les collectifs de femen « Beste » et « Greenwitches », qui demande l’annulation du concert, pourront quand même venir montrer leurs seins » peut-on lire en description de cette pétition.

Lire aussi > Femmes au bord de la crise de nerf : les Belges « déprimées » par le sexisme

Le Bien Publicmédia local à Dijon, expliquait ce choix de programmation comme « audacieux » en mai dernier et abordait déjà la question d’une éventuelle polémique qui a donc éclaté aujourd’hui. « L’art permet à chacun de dire ce qu’il a envie de dire : on n’est pas là à juger ce que chacun peut dire ! » se justifiait dans l’article le programmateur de l’événement. Christine Martin, adjointe déléguée à la culture, ajoutait quant à elle ne pas être « fan des textes » en précisant « la manière dont il présente les choses fait qu’on ne peut pas imaginer un seul instant que ce soit du premier degré ! (…) Si les paroles étaient en anglais, en parlerions-nous autant ? […] Il a un côté trash, un peu punk. Le rock depuis ses débuts a toujours été une musique contestataire, subversive… ». L’article se terminait en disait que Lorenzo faisait partie ces artistes qui « font avancer un certain nombre de positions et de débats sur le renouvellement musical ».

CIM Internet