Paris Match Belgique

L’été, Frànçois, et The Atlas Mountains

Vidéo Musique

Frànçois and The Atlas Mountains reviennent cet été avec un quatrième album aussi solaire que leur présence sur scène : « Solide Mirage ». Nous les avons rencontrés au festival Les Nuits Secrètes.

 

Après un concert à guichet fermé au Botanique le 20 mai dernier, Frànçois and The Atlas Mountains continue de sillonner les routes un peu partout à jouer un « perpétuel été ». En France, mais aussi en Angleterre et en Espagne. Lors des Nuits Secrètes -un festival qui n’est plus si secret que ça-, nous avons rencontré François Marry, le chanteur du groupe. Et pas que : le lauréat du FAIR 2011 est aussi musicien, auteur et peintre. Mais pour la pochette de « Solide Mirage », il a posé ses pinceaux et a fait appel à Tatiana Defraine, artiste basée à Bruxelles.

« Peindre la fragilité des apparences qui ne cessent de s’abolir et de se remplacer. Tenter de sauver quelque chose du temps où l’on ne sera plus jamais et construire ce “temps sauveur”, avec la peinture… », voilà comment elle définit son travail.  Et on pourrait aisément remplacer le mot « peindre » par « chanter » pour le quatuor.

Lire aussi > Les Nuits Secrètes : Un festival atypique qui va illuminer votre été en musique

Première signature française du label Domino (qui compte The Kills, Franz Ferdinand, Anna Calvi, les Arctic Monkeys, les Hot Chips…), Frànçois and The Atlas Mountains, c’est donc d’abord François Marry, originaire de Charente-Maritime. Et après quelques années passées à Bristol en Angleterre, le Marry laisse place aux Atlas Mountains en 2005. Un groupe pop aux sonorités empruntes de poésie, de rêve, de sensualité et de tendresse.

Le soleil au bout du sommet

Sorti en mars, l’album « Solide Mirage » a été composé et enregistré à Bruxelles et produit par Ash Workman (Christine & The Queens, Metronomy). Bruxelles, le nouveau pied-à-terre de François depuis trois ans : « C’est une ville très pratique, très conviviale, chaleureuse… Elle laisse place à l’expérimentation sans trop de pression ». Laissant ainsi derrière lui Bordeaux ainsi que deux des membres du groupe : Gérard Black et Pierre Loustaunau. Une nouvelle ville et un ­nouveau guitariste et clavier avec le belge David Nzeyimana, qui a rejoint Amaury Ranger et Jean Thevenin. Mais David Nzeyimana a annoncé avec émotion aux Nuits Secrètes jouer son dernier concert avec le groupe, partant voguer vers de nouveaux horizons musicaux. Un concert énergique, explosif même à certains moments, avec des envolées d’émotions dans une friche à ciel ouvert, un lieu féérique où le public se balançait aux rythme des morceaux parfois tropicaux.

Frànçois, et The Atlas Mountains sur la scène de l’Eden aux Nuits Secrètes. © N.S.
L’Eden – © N.S.

Ce nouvel album de Frànçois and The Atlas Mountains a été écrit en six mois : « il a vraiment été rapide à faire. On l’a enregistré en douze jours et mixé en quatre jours ». « Solide Mirage » se veut plus « politisé » que les précédents opus, certaines chansons sont engagées et parlent par exemple du sort des migrants, de la fermeture des frontières… Comme en témoignent « Apocalypse à Ipsos » ou encore « Grand Dérèglement » où l’on voit le chanteur et danseur Mohammed Okal, mais aussi ambulancier d’origine palestinienne, rencontré dans un centre pour réfugiés à Bruxelles.

Avec « Solide Mirage », Frànçois and The Atlas Mountains nous permet de passer un bel été musical, et perpétuel, on l’aimerait.

CIM Internet