Paris Match Belgique

[INTERVIEW] Une nuit secrète avec les Cigarettes After Sex

De gauche à droite : Greg Gonzalez, Phillp Tubbs, Jacob Tomsky et Randy Miller. | © N.S.

Musique

C’est l’histoire d’un groupe qui au départ n’était pas très connu, et qui au bout de dix ans passés dans l’ombre, grâce aux équations de suggestions de morceaux de YouTube, en est venu à récolter plus de 62 millions de vues sur leurs vidéos et à faire des concerts complets en quelques heures en Belgique.

 

Cigarettes After Sex, c’était un peu cette cigarette écrasée trop tôt et que YouTube a décidé de rallumer. Quand on laisse les vidéos jouer en mode aléatoire sur la plateforme de vidéos, on fait de belles découvertes. De grandes découvertes. Et parfois, on retombe souvent sur les mêmes recommandations. Et ça a été justement le cas pour le groupe texan qui se glissait dans les playlists aléatoires des internautes depuis 2015. Mais il serait beaucoup trop réducteur de contribuer le tabac que font les Cigarettes After Sex à du bouche-à-oreille et à une simple équation YouTube, même si le groupe –rencontré lors du Festival Les Nuits Secrètes– le reconnait : « Il faut bien admettre que YouTube a joué pour beaucoup dans notre succès. C’était un peu comme si une station de radio avait décidé de nous passer en boucle ou qu’une maison de disques nous avait signé. YouTube a fait découvrir nos chansons au monde entier au moins une fois. C’est merveilleux ».

Car si Cigarettes After Sex ne connaît de réel succès que depuis quelques années, le groupe s’est pourtant formé en 2008. Il faudra attendre cinq ans après leur premier EP I pour que le désormais quatuor masculin se décide à sortir un album (disponible depuis le 9 juin 2017 chez Partisan Records/Pias) de dix chansons teintées d’une pop vaporeuse et sensuelle flirtant avec le sexuel. Une longue absence que Greg Gonzalez, le chanteur du groupe, explique par une exigence : « C’était une période compliquée. On travaillait sur plusieurs projets en même temps, on a traversé différentes phases. On a sorti notre premier EP en 2012, et cet EP était si bon, et on en était si fiers, que c’était difficile de passer après ça. Puis avec Phillp -aux claviers, ndlr-, nous avons quitté le Texas et sommes partis vivre à New York. Des membres sont partis et d’autres comme Jacob et Randy ont rejoint le groupe. On a sorti des chansons comme « Affection », mais on n’était jamais assez satisfait… On faisait vraiment nos difficiles ! ».

Du sexe. Une cigarette. Et encore du sexe. En mode « repeat ». Comme leur musique.

« On avait enregistré tout un album en studio. Greg y avait investi beaucoup d’argent, puis il a décidé de tout foutre en l’air et de tout recommencer car il trouvait que ce n’était pas assez bon. Et c’est à ce moment-là que j’ai su que j’étais dans le bon groupe » ajoute Jacob Tomsky, le batteur (et aussi auteur d’un best-seller).

Une exigence et une attente qui a eu du bon pour ce premier album des Cigarettes After Sex qui pourrait presque se confondre à la bande-son d’un film érotico-romantico-dramatique. Peu étonnant quand Greg Gonzalez nous dit que le nom du groupe lui est venu après une partie de jambes en l’air où il a pris une cigarette, car une clope d’après sexe est toujours bien meilleure que celle d’avant. Et quand on leur demande quelle est la meilleure chose à faire après avoir fait l’amour, mis à part allumer une cigarette justement, ils répondent en chœur : « Refaire l’amour. Encore ». Et on pourrait même remplacer -plutôt combiner- le sexe par leurs chansons : une chanson – une clope – une chanson. À répéter. De préférence avec du sexe.

50 Shades of Black and White

Car la voix tendre et hypnotique de Greg Gonzalez nous envoûte dès les premières notes et nous embarque dans une douce mélancolie qui efface notre anxiété et nous rend plus apaisé. Et si Greg Gonzalez chante l’amour en noir et blanc dans ses clips, il le chante en plusieurs nuances et tout en délicatesse : « Il y a de nombreuses subtilités et teintes dans nos chansons comme dans la vie. À différents niveaux. (…) Je trouve que le noir et blanc est plus romantique. Cela évoque plus le rêve, contrairement aux couleurs qui font plus réelles »« On se concentre plus sur la musique. On ne met pas toutes ces couleurs flashy et ces p****** d’effets… Ce qui compte, c’est juste la qualité de la musique » précise Jacob.

Je ne pense pas que nos chansons soient tristes. Elles sont sentimentales.

Cigarettes After Sex, c’est de la dream pop sombre et vaporeuse à combustion lente, mais qui n’est pas si triste ou déprimant, malgré ce que peuvent laisser penser certains morceaux : « Je ne pense pas que nos chansons soient tristes. Elles sont sentimentales » nous confie Jacob. « Nos paroles évoquent de doux souvenirs. C’est triste dans le sens où ça parle du passé et que donc, c’est terminé. C’est nostalgique. Mais cela reste de la douce nostalgie car ce sont de bons souvenirs. C’est vrai qu’à l’écoute, les chansons peuvent sembler tristes, mais si vous lisez bien les paroles, vous serez surpris, il y a pas mal d’énergies positives qui s’en dégagent ».

Le nouveau groupe préféré de Françoise Hardy… et des Belges

En tout cas, que les Cigarettes After Sex s’estiment heureux, car en plus de nous faire rêver sans jamais nous endormir, ils ont récemment reçu les éloges de Françoise Hardy où elle raconte sur Talkhouse avoir découvert le groupe via son ami Étienne Daho : « Ce fut un véritable coup de foudre. C’est exactement la musique que je préfère et que je cherchais toute ma vie ». Une belle reconnaissance quand on sait que Greg Gonzalez, leader du groupe, déclarait à Noisey l’année dernière que la Française était sa chanteuse préférée.

Et même si le groupe tourne partout dans le monde, il admet sans qu’on lui pose la question, que c’est en Belgique qu’il y a le plus de monde durant ses concerts : « On y a fait nos plus grandes scènes -à Anvers le 14 avril et au Rock Werchter le 29 juin dernier, ndlr-. Les gens connaissent nos chansons par cœur !».


Cigarettes After Sex sera en concert (complet) à l’Ancienne Belgique le 7 novembre 2017.


L’été et Cigarettes After Sex

Comme c’est l’éte pour encore quelques semaines, on a demandé au groupe de contribuer à notre playlist de l’été.

Voir aussi > L’été, Frànçois, et The Atlas Mountains

« Sur notre album, ce serait « Young & Dumb », ça se passe sur la plage… Cela peut rappeler les romances d’été ».

Sinon, le groupe s’accorde sur ce morceau bien frais bien 80’s :

Excepté pour Jacob : « Moi perso, je suis plus « Bitchin’ Summer » d’Avril Lavigne. Je l’écoute tous les jours » plaisante-t-il.

 

(Ah et au fait, on leur a posé la question : tous les membres du groupe fument.)

CIM Internet