Paris Match Belgique

"Droit de réponse" : le rap de Benlabel en réponse aux émeutes de Bruxelles

Vidéo Musique

Interpellé puis libéré suite aux émeutes survenues à Bruxelles, le rappeur belge prend la plume pour livrer sa version des faits.

De son vrai nom Jeladi D, le rappeur du groupe Benlabel soupçonné d'avoir incité à l'émeute sur Facebook avant le match Maroc-Côte d'Ivoire, a décidé de livrer son "Droit de réponse" à travers un morceau de rap.

Bouc émissaire

Suspecté et convoqué à comparaître en janvier prochain devant le tribunal correctionnel, Benlabel se défend d'avoir voulu créer des incidents et dénonce sur un air de hip-hop ceux qui ont fait de lui un "bouc émissaire".

Lire aussi > "Petite racaille, on en a marre de toi" : la communauté marocaine réagit aux émeutes de Bruxelles

En début de semaine, le Bruxellois de 32 ans avait été arrêté par les forces de police, accusé d'être à l'origine des incidents survenus ce 11 novembre dans le centre de la capitale. Peu avant le match qui a qualifié le Maroc pour la coupe du Monde 2018, le rappeur avait posté un message sur sa page Facebook, appelant à "tout cramer à Lemonnier Maroc city gang". Pour lui, rien d'autre qu'un "langage de la vie courante". Pour les enquêteurs, la preuve écrite que les actions violentes ont été préméditées.

"Le rap, ce n'est que des mots, ça n'a jamais esquinté les gens"

Après avoir publiquement condamné les émeutes, Jeladi D revient pour condamner (en chanson cette fois) son interpellation. "La police avait promis d'arrêter les responsables, ils en étaient incapables, il leur fallait un coupable", assène l'artiste tout en accusant la presse et la politique du pays. "Crois pas au ce qu'ils te disent au JT de 19h", lâche-t-il aux côtés de son comparse Mourad avant d'ajouter "le rap, ce n'est que des mots, ça n'a jamais esquinté les gens". "Nés en Belgique, on l'aime, on est des patriotes. Mais pour la reconnaissance, ils étaient pas très hot", concluent les deux rappeurs.

Benlabel s'est vu remettre une citation à comparaître pour l'audience correctionnelle du 5 janvier 2018. L'homme est inculpé en tant qu'auteur ou co-auteur de menaces écrites et d'utilisation de moyens de communication électronique pour commettre des dommages.

- Avec Belga

CIM Internet