Paris Match Belgique

Stromae en duo avec une intelligence artificielle dans « Hello Shadow »

Vidéo Musique

Stromae a contribué au projet d’un chercheur chercheur français, qui vise à faire de l’intelligence artificielle la prochaine révolution musicale.

C’est une première mondiale, si l’on en croit Spotify. Ce vendredi, la plateforme suédoise dévoilait deux morceaux composés à l’aide de technologies d’intelligence artificielle, et qui feront partie d’un album entier à venir. Parmi les deux titres, le titre dance « Hello Shadow » a bénéficié des talents bien humains de Stromae et de la voix de la chanteuse canadienne Kiesza.

©BELGA PHOTO JONAS ROOSENS – Si Stromae ne produit plus de musique en son nom propre, cela ne l’empêche pas de contribuer à plusieurs projets musicaux.

Lire aussi > Stromae redevient chanteur sur l’album d’Orelsan

« Flow Machines » est le projet de recherche scientifique du label indépendant Flow Records, dont l’aboutissement sera le disque Hello World. C’est ainsi la première fois qu’un album de musique « mainstream » réalisé à l’aide d’une intelligence artificielle épaulée par des artistes verra le jour, même si des morceaux plus expérimentaux ont déjà été réalisés uniquement par des ordinateurs. Le procédé a permis de générer des voix, des mélodies et des harmonies sur base d’extraits choisis par les artistes, libre ensuite de les triturer à leur guise pour obtenir le résultat de leur choix. « Il ne s’agissait pas du tout de cantonner les artistes dans un rôle de spectateur« , mais « de voir comment on peut faire des outils qui les aident, en les poussant à faire des choses nouvelles et différentes« , explique à l’AFP François Pachet, ancien directeur du Computer science laboratory (CSL) de Sony, qui travaille désormais chez Spotify

Façon eighties

« Développer des technologies d’intelligence pour comprendre la notion de style dans des oeuvres« , tel était l’objectif initial du chercheur et informaticien, lorsqu’il a lancé le projet Flow Machines au sein du CSL et de l’Université Pierre et Marie Curie à Paris. Ce n’est qu’ensuite qu’il a décidé de le faire tester par des artistes.

Lire aussi > Stromae signe le film officiel des JO de Paris

Le chercheur espère que son outil permette de révolutionner la musique comme l’avait fait le synthétiseur dans les eighties. Sans aucun doute, pour lui, l’intelligence artificielle va permettre de « produire des environnements très nouveaux et stimulants« , toujours d’après l’AFP.

 

CIM Internet