Paris Match Belgique

La folie Johnny Hallyday s’empare aussi du streaming musical

Pochette Johnny Hallyday

Tous les tubes de Johnny Hallyday sont disponibles en streaming. Et le public répond. | © DR

Musique

Dès l’annonce de sa mort, la France et la Belgique francophone semblent s’être ruées sur ses applications de streaming pour écouter en boucle les plus grands tubes de Johnny Hallyday. Avec quelques favoris.

Le 6 décembre à l’aube, l’annonce fait l’effet d’une bombe même si on le savait gravement malade : Johnny Hallyday n’est plus. C’est son épouse Laeticia qui annonce la triste nouvelle par un communiqué à l’AFP au coeur de la nuit : « J’écris ces mots sans y croire. Et pourtant, c’est bien cela. Mon homme n’est plus ».

Partout, sur tous les écrans, dans toutes les librairies, on ne parle que de Johnny. Émissions spéciales, fans éplorés, stars françaises qui partagent leurs meilleurs souvenirs avec la star devenue en quelques heures la légende « Johnny ». Mais le plus bel hommage n’était-il pas finalement de le garder vivant en écoutant son incroyable répertoire riche de plus de mille chansons et de cinquante albums studio ? En près de 60 ans de carrière, Johnny Hallyday a vendu des disques par millions. Rempli des stades, des zéniths. Et les nouvelles habitudes d’écoute de musique ont pris le relais à en croire les chiffres fous d’écoute de ses morceaux le jour de son décès.

+ 5045 % en un journée pour Johnny Hallyday

Chez Spotify, on confirme qu’à jour égal (mercredi précédent par rapport au mercredi 6 décembre), on note une hausse de plus 5045 % d’écoute de chansons de Johnny Hallyday. Chez Deezer, la hausse est moins forte pour tout de même incroyable : 4400% en une seule journée. Si tout le répertoire est à l’honneur, certaines chansons se détachent largement. Le top 5 chez Spotify est archi dominé par « Je te promets », la chanson écrite et composée par Jean-Jacques Goldman en 1987. Avec plus de 210.000 écoutes sur la seule journée de mercredi, la chanson montre à quel point « tout le monde écoutait Johnny » pour s’en souvenir.

Arrive en deuxième position avec 167.000 écoutes, « l’Envie » fait partie, comme « Je te Promets » de l’album « Gang » écrit par Jean-Jacques Goldman. Pour l’anecdote, cette chanson avait été proposée fin des années 70 par JJ Goldman à Michel Sardou qui l’avait refusée. Quelques années plus tard, Johnny la choisira et en fera un de ses standards les plus célèbres. Mais les fans, et les nostagiques de la voix de Johnny Hallyday, ne se sont pas arrêtés à l’album « Gang » et ont replongé aussi dans les premières années du chanteur. En 1964, Johnny Hallyday, produit alors par Lee Hallyday, adapte « The House of the Rising Sun », un folk song américain. C’est son ami Hugues Aufray qui lui écrit les paroles qui parle d’un homme aux portes de la prison. Plus de 139.000 personnes ont souhaité réentendre ce classique de son répertoire « époque Salut les Copains ».

Requiem pour des fous

Pour fermer ce top 5, avec plus de 120.000 écoutes, c’est l’énorme tube écrit par Gérald De Palmas « Marie » et « Requiem pour un fou ». Cette chanson sortie en 1976 sera immédiatement un tube même si elle aurait pu dérouter les fans. L’histoire est celle d’un homme cerné par la police qui vient de tuer celle qu’il aime. La chanson a été également jouée sur les Champs Élysées ce samedi lors des funérailles de Johnny Hallyday. Une des plus célèbres déclinaisons du morceau sera le duo avec Lara Fabian au Stade de France.

Du côté du service de streaming français, le top 5 est relativement le même avec trois titres semblables sur les cinq : L’envie, Je te promets et Requiem pour un fou. Allumer le feu et Que je t’aime complètent le tableau. À noter que sur Deezer, les auditeurs ont préféré L’envie à Je te promets pour la première place du podium. Et Johnny truste les playlists des utilisateurs puisque plus de 1 million 600 000 playlists contiennent à ce jour au moins un titre de Johnny. On imagine que la musique de Johnny Hallyday s’invitera dans la plupart des playlists qui tourneront lors des fêtes de fin d’année.

 

CIM Internet