Paris Match Belgique

Le clip (anti-système) du jour : « P.O.W.A » de M.I.A

Vidéo Musique

Dans son nouveau titre extrait de son album « I.A.M » sorti en 2016, la chanteuse et rappeuse britannique règle ses comptes avec le gouvernement Trump et toutes ces « divas » de la musique d’aujourd’hui.

 

M.I.A fait partie de ces célébrités qui sont passées par la case « réfugiés ». Originaire du Sri Lanka et née à Londres en 1975, la chanteuse est une artiste engagée et cela se voit surtout dans ses clips polémiques. Après « Borders » qui mettait en scène des centaines de réfugiés, cette fois, dans « P.O.W.A », la chanteuse fait référence au mur entre les États-Unis et le Mexique que veut construire Donald Trump avec une colonne humaine de danseurs qui font dos à une bâche rouge. Elle a d’ailleurs un petit message très amical au 45ème président des États-Unis : « Throw up my finger and I’m taking on the Trump Tower and super-kala fascist racist espi-ala-tazors » (« Je lève mon majeur et je prends la Trump Tower et ses super-kala fasciste raciste espi-ala-tazeurs »).

Dans les paroles publiées sur son compte Twitter, M.I.A dit « ni être le Dalai Lama ni Obama » et elle critique aussi les popstars américaines : Rihanna, Adriana (Grande), Madonna et Mariah (Carey) : « I’m been around in this world causing drama/The real spice girl, hot girl power”. Quant aux images du début, elles font très fortement penser aux photos d’annonce de la grossesse de Beyoncé publiées sur son compte Instagram.

Dernièrement, la chanteuse Anohni dévoilait elle aussi un single anti-Trump.

CIM Internet