Insta Repeat, ou comment critiquer le manque d’originalité sur Instagram

Insta Repeat, ou comment critiquer le manque d’originalité sur Instagram

instagram

Le cliché du chapeau face à un paysage calme et reposant. | © Capture d'écran Instagram / Insta_repeat

Photographie

En rassemblant 12 photos d’influenceurs « voyage », Insta Repeat montre la ressemblance frappante entre ces clichés et se moque d’une certaine manière de la standardisation sur Instagram.

Sur Instagram, certains influenceurs ont basé leur succès sur des photos de voyage. Se réveiller dans une tente face à un paysage impressionnant, s’asseoir sur le bord d’une falaise, les pieds dans le vide, ou encore marcher près d’une cascade tout en portant un k-way jaune… Si ces clichés donnent envie de se téléporter, ils donnent également une impression de « déjà vu », comme indique le compte Insta Repeat dans sa biographie.

Avec ses mosaïques de photos d’influenceurs de voyage, le compte Instagram tenu par une jeune réalisatrice de 27 ans met en lumière les similitudes visuelles entre les photos « parfaites » qu’on trouve à la pelle sur le réseau social. Le but de sa créatrice est plutôt clair : critiquer le manque d’originalité sur Instagram.

Lire aussi > 5 photographes aventuriers à suivre absolument sur Instagram

 

Motivée par l’abondance de canoës sur Instagram

Vivant en Alaska, celle qui veut rester anonyme en avait assez de voir ses « aventuriers » et « explorateurs » autoproclamés envahir sa région et le réseau social de leurs clichés répétitifs. « Je ne sais pas combien de fois les cabines rouges de Hatchers Pass peuvent être publiées avant que les gens finissent par s’en lasser. Dans l’ensemble, vivre ici, dans une destination populaire pour ces images en plein air, m’a motivé à créer ce compte« , explique-t-elle au blog Photoshelter, avant d’ajouter que sa réelle motivation était, par-dessus tout, « l’abondance des images de canoës« . « Chaque fois que je voyais l’une de ces photos de canoë sur Instagram, cela me rappelait cette idée de compilation« , ajoute-t-elle avant de confier qu’elle aussi a posé dans un canoë ou en a photographié. « Nous avons tous des choses dans notre passé dont nous ne sommes pas fiers ».

Person centered rowing in canoe 🛶🛶PT. IV #canoesofinstagram

A post shared by Insta Repeat (@insta_repeat) on

 

Tent Hole PT.IX

A post shared by Insta Repeat (@insta_repeat) on

La course aux likes, un frein à la créativité

Filtres, contraste, cadrage… L’aspect esthétique est très important sur Instagram, mais il n’est pas le seul. En plus de prendre le même style de photos que d’autres, la plupart des influenceurs sont motivés par une même finalité : avoir le plus de likes et de followers. Devoir publier ce que les gens aiment mène donc inévitablement à une similitude visuelle. Et parce que les influenceurs, souvent payés par les mêmes sociétés touristiques, voyagent dans les lieux à la mode, cette ressemblance se produit souvent aux mêmes endroits.

Lire aussi > Pourquoi Instagram redevient le paradis des « stalkers »

Lui-même influenceur, Johan Lolos, plus connu sous le nom du backpacker, voit d’un bon œil ce compte Instagram. « D’une manière générale, c’est bien que quelqu’un montre les déboires d’Instagram. Il y a peu de place à la créativité depuis que le réseau est saturé de photographes qui se ressemblent« , confie le photographe, même s’il regrette « qu’il n’y ait pas une critique ou un message plus prononcé« .

« La série avec la personne posant au dessus d’une mer de nuage au lever de soleil, personne ne cherche à recopier personne je pense dans ce cas-là. Les photographes étaient juste face à un élément naturel et des conditions absolument de rêve, et donc impossible de ne pas photographier cela. (…) Pourquoi les photos de gens qui prennent l’intérieur de leur tente sont si populaires ? Car tout le monde adore s’imaginer à la place du photographe« , défend Johan Lolos qui a récemment sorti le livre Peaks of Europe, qui est loin de se résumer simplement à de beaux paysages. « Ces styles de photo n’ont pas été créés avec Instagram, ils existaient bien avant. La popularité du réseau a fait qu’on en voit beaucoup plus qu’avant, et que les gens se concentrent sur ce qui marche plutôt que sur ce qui ne marche pas. Mais du coup, c’est un frein à la créativité« .

Sur Twitter, le photographe reporter Louis Witter n’a pas hésité à critiquer cette standardisation de ce que l’on considère, paradoxalement, comme du dépaysement. « Ce que je trouve affreux là-dedans, c’est que les photographes et/ou voyageurs ont fini par normer et coder le voyage et ce qui doit en ressortir publiquement auprès de leurs amis ou abonnés. Ils ont normé le voyage, qui est censé être à la base « dépaysant » #ToutPourLeReach« , écrit-il. Interrogé par 20 Minutes, le photojournaliste français y voit également un côté positif. « Ces photos Instagram montrent qu’aujourd’hui tout le monde accède à la photographie et est capable de faire de très belles images esthétiquement et ça, c’est une excellente chose à mon avis« .

Et contrairement au photojournalisme, ces influenceurs s’en tiennent à l’esthétique. S’ils peuvent également passer des heures sur place pour obtenir le plus beau lever de soleil sur une montagne, ces Instagrammeurs professionnels vont rarement aller à contre-courant ou raconter des histoires. Et c’est tant mieux. « Pour moi en tant que photojournaliste, ça ne change rien sinon que les gens voient tellement d’images qu’ils n’y font plus attention et que je dois donc encore plus creuser, expliquer et fouiller davantage mon propos pour que les photographies que je fais, racontent une histoire en plus d’être regardables ! », avoue Louis Witter.

CIM Internet