Paris Match Belgique

À la télé ce soir : La vie est un long fleuve tranquille ou les premiers pas de Benoît Magimel au cinéma

benoit magimel

Million (Tara Römer) et Momo Groseille (Benoît Magimel) dans La vie est un long fleuve tranquille. | © DR

Programmes télé

Devenues cultes, les familles Le Quesnoy et Groseille sont de retour sur le petit écran pour une soirée télé placée sous le signe nostalgique des années 90.

On se souvient de son casting magistral, de ses dialogues hilarants et de son succès tonitruant lors de sa sortie sur grand écran, en 1988. Un an plus tard, au théâtre parisien de l’Empire, La vie est un long fleuve tranquille est récompensé par quatre César, dont celui du meilleur premier film et du meilleur scénario original. Depuis, le premier long-métrage d’Étienne Chatiliez (réalisateur de Tanguy) reste dans les mémoires de plusieurs générations comme une comédie profondément vraie sur la vie, ses gens et ses aléas.

Premier rôle

Nord de la France, fin des années 80. D’un côté de la rue, il y a la famille Groseille, modeste, nombreuse et un poil rustaude. De l’autre, la famille Le Quesnoy, bourgeoise, éduquée dans la rigueur et la chrétienté. « Chez les Groseille, on se fout de tout et on laisse les enfants vaquer à leurs occupations (sniffer de la colle en cachette, se péter à la bière dès douze ans…) tandis que chez les Le Quesnoy, on se vouvoie, on met les mains sur la table et on n’oublie surtout pas que ‘le lundi, c’est raviolis ! », résumait-on sur Première. Rien n’aurait dû les rapprocher jusqu’au jour où Josette, infirmière, va révéler que, 12 ans plus tôt, elle a échangé deux nouveaux-nés…

Lire aussi > En toute discretion, Benoît Magimel s’est marié

Un pitch efficace, une trame mouvementée, un casting de génie (Valérie Lalande, André Wilms, Hélène Vincent, Catherine Jacob, Daniel Gélin, Patrick Bouchitey) ; il n’en fallait pas plus pour faire de La vie est un long fleuve tranquille un film culte des années 90. N’ayant pas pris une seule ride, la comédie de mœurs nous rappelle les premiers pas de Benoît Magimel au cinéma. À 12 ans, l’acteur actuellement à l’affiche de Nous finirons ensemble décrochait son tout premier rôle en incarnant « Momo » Groseille et donnant la réplique à Tara Römer (son grand frère Million Groseille dans le film), décédé en 1999 à l’âge de 25 ans. Un rôle qui lancera quelques années plus tard sa carrière de comédien.

Alors que la comédie fête cette année ses 32 ans, son humour à la fois grinçant et émouvant n’a pas pris une ride. La preuve dès ce soir sur La Trois.

Découvrez tous les programmes télé de ce mercredi 5 juin pour une soirée canapé.

CIM Internet