Paris Match Belgique

Pourquoi il est important de regarder le documentaire « #SalePute »

documentaire cyberharcèlement

Non, les victimes ne sont pas des cas isolés. | © RTBF

Programmes télé

Le 12 mai dernier, dans le cadre de sa semaine contre le cyberharcèlement, la RTBF diffusait sur La Une un nouveau documentaire de société édifiant.

 

Réalisé par les journalistes Myriam Leroy et Florence Hainaut, #SalePute a pour but d’éveiller les consciences. Car comme 73% des femmes dans le monde, les deux journalistes ont été victimes de cyberviolences. Il est vrai qu’avec leur métier, elles sont souvent amenées à aborder des sujets polémiques et deviennent ainsi des cibles de choix sur les réseaux sociaux. Pourtant, ce documentaire ne raconte par leur histoire, mais bien celle de toutes ces autres victimes.

Lire aussi > Une campagne proposant à une danseuse de se reconvertir dans la cybersécurité provoque une vague d’indignation

Dans une société où les réseaux sociaux sont devenus un lieu propice à la haine raciste et homophobe, les femmes sont plus que jamais en proies à la violence. Réduites à leur genre, beaucoup sont harcelées et se murent dans le silence, intimidées. Dans ce documentaire, Myriam et Florence donnent la parole à ces victimes. À travers des témoignages, on découvre comment de nombreuses femmes sont traquées sur les nouveaux médias, parfois même physiquement, pour avoir créé un hashtag ou pour avoir simplement exprimé une opinion. Une violence qui affecte au quotidien et sur le long terme ces femmes. Lassées par toutes ces attaques, elles décident bien souvent de disparaître des réseaux sociaux pour retrouver un semblant de calme. Ce documentaire prouve à toutes ces femmes qui pensent encore être des cas isolés qu’elles ne sont pas le problème. “Le harceleur n’est pas une anomalie du système, il est le système.”

Oser en parler

Parmi une foulée d’intervenantes, on retrouve entre autres Leila Agic (députée francophone socialiste bruxelloise), Lauren Bastide (auteure du livre “Présentes”), ou encore Nadia Daam (journaliste sur Europe 1). Des témoignages choquants et empreints de peur. Au-delà de ces récits de vie, les chiffres s’enchaînent et ajoutent du concret à ce problème de société qui peut toucher n’importe qui. On découvre également que le profil du cyberharceleur type n’est pas un homme frustré et dégoûtant que l’on a l’habitude de prénommer « pervers », mais qu’il peut s’agir de n’importe qui, issu de n’importe quelle classe sociale. Après tout, puisque tout le monde le fait pourquoi pas nous, se disent les harceleurs qui, bien souvent, ne pèsent pas la violence de leurs propos.

Lors de sa diffusion, #SalePute a réuni plus de 240 000 spectateurs, soit 18,2% des parts de marché. Pour tous ceux qui auraient raté ce documentaire « coup de poing », il est disponible en replay sur le site Auvio jusqu’au 19 août prochain. Il sera également diffusé sur ARTE TV du 4 juin au 31 août.

CIM Internet