Paris Match Belgique

Qu’y a-t-il dans la tête de Christophe Coppens ? [VIDÉO]

Vidéo Scène

Dans le cadre d’une collaboration entre ParisMatch.be et La Libre Belgique et à l’occasion de la programmation des spectacles « Le Château de Barbe-Bleue » et « Le Mandarin Merveilleux » de Béla Bartók au Théâtre de la Monnaie de Bruxelles jusqu’au 24 juin, la journaliste Aurore Vaucelle est allée à la rencontre de Christophe Coppens. Une immersion dans le cerveau du metteur en scène belge à découvrir en photos (et en vidéo).

Extrait :

Ce matin de mars, il nous amuse par un état d’esprit double et, paradoxalement, pas antinomique. Excité et concentré. Le metteur en scène, redingote Adidas et sac d’étudiant, va passer d’un étage à l’autre des ateliers de La Monnaie, pour checker l’avancée des costumes, des décors, des lumières et de la scène. On est le 30 mars, et l’opéra se donne dans 70 jours. L’équipe rassemblée autour de Christophe Coppens n’a pas l’air stressée pour un sou, malgré le boulot à abattre dans ce genre de production riche en détails.

Il faut dire qu’on arrive à un moment délicieux où un cobaye sympathique, Etienne Andreys, responsable des décors, a accepté de se glisser dans le costume de la girafe. Il s’agite littéralement, dans le cou d’une girafe, pour tester la souplesse des mouvements du costume. Verdict : pas simple d’être dans le cou d’un girafe, pas simple du tout !

Christophe Coppens dans la creation de son opera : « Le mandarin merveilleux / Le chateau de barbe bleu », le 30 mars 2018. © OLIVIER PAPEGNIES / COLLECTIF HUMA

Christophe Coppens est là, à observer la girafe tout droit sortie de sa tête. On lui demande qu’est-ce-que c’est que cette histoire… Il répond :

Dans ma tête, quand on se cache quelque part, on peut bien sûr choisir de passer la petite porte d’une petite chambre, mais, selon moi, on peut aussi se cacher dans la nuque d’une girafe ». – Christophe Coppens, metteur en scène de « Barbe Bleu » et « Le Mandarin Merveilleux »

 

L’entièreté du reportage (en images) est à découvrir ici.

CIM Internet