Paris Match Belgique

Lay This Drum : Ces batteuses qui frappent un grand coup dans les valseuses

Vidéo Scène

Pour leur tout premier spectacle, les percussionnistes de Lay This Drum font vibrer la question du genre, des bidons d’essence à la batterie en passant par les éviers de cuisine. Rencontre avec un girls band belge qui envoie du lourd.

 

À un mois du grand show, les répétitions s’enchaînent et le stress monte au rythme effréné des tambours. Le 20 septembre prochain, le centre culturel de la Vénerie à Watermael-Boitsfort accueillera les Lay This Drum et leur show « percussif » inédit. De la grosse caisse aux bidons d’essence en passant par les bottes d’ouvrier jusqu’aux talons aiguilles, ces cinq artistes belges interrogent la question du genre et remettent les baguettes de batterie entre les mains des femmes, le temps d’une soirée rythmée par l’humour.

La percussion, un truc de femmes

Tout est parti d’un déclic. Invitée avec trente autres batteurs pour découvrir en exclusivité la sortie d’une nouvelle batterie électronique, Gaëlle a senti comme un malaise. « On a passé la journée à me demander s’il y avait des sandwichs, où étaient les toilettes, etc. », explique la percussionniste professionnelle, que l’on prenait manifestement pour la serveuse de l’événement. « C’est seulement à ce moment-là que j’ai réalisé qu’il n’était pas du tout ‘naturel’ de penser que la percussion était quelque chose d’accessible ou de faisable par les femmes ».

Ca y est, le pavé était lancé, faisant davantage un gros « boum » plutôt qu’un petit « plouf ». En quelques mois, la plateforme de crowdfunding Kiss Kiss Bank Bank accueillait un petit nouveau : le projet « Lay This Drum ». Et attention, pas « Ladies Drum », insistent ses initiatrices. « Pas mal de galères, beaucoup de stress », mais finalement le rythme est donné. Adélaïde, Serena, Laurence et Lisa suivent Gaëlle dans son projet timbré et montent sur scène pour taper, percuter, frotter… et pousser un coup de gueule.

Gaëlle Swann, comédienne et percussionniste à l’origine du projet. Lay This Drum

Taper sur les stéréotypes (avec humour)

« En général, quand je dis que je fais de la batterie, j’ai deux types de réponses. Soit assez incrédule du genre : ‘Ouais, mais elle doit pas être super bonne’. Ou bien : ‘Waouh c’est trop sexy' », raconte la comédienne à l’origine du projet. Partant de ce constat, Gaëlle et ses alliées se chargent d’une mission : déboulonner les clichés avec humour et impertinence, tout en secouant (un peu quand même) les consciences. « On a voulu aborder la question du genre dans notre spectacle, mais c’est avant tout un prétexte. C’est une façon un peu décalée de montrer des femmes qui font autre chose sur scène et qui peuvent envoyer du bois », expliquent-elles.

On utilise tout ce qu’on a sous la main, ou presque.

Les baguettes empoignées et les pieds prêts à faire vibrer le plancher, les cinq artistes belges mêlent l’art de la percussion à celui de la danse (certaines sont davantage chorégraphes que percussionnistes). Dans le décor à moitié monté, on devine déjà les quelques grilles et autres ustensiles de récup’ qui serviront à emmener le public vers des rythmes inexplorés. « On fait des numéros avec des instruments traditionnels mais on les détournent aussi de leur fonction », explique Gaëlle. « On joue également avec des batteries et des pads électroniques, mais on utilise aussi des fourchettes, des cuillères, des verres, des grilles, des bidons d’huile, des roues de voiture », le tout dans une mise en scène poétique autant que symbolique. « Et puis on joue surtout avec notre corps, puisqu’on fait du body drumming ; on tape sur nos cuisses, avec nos pieds, etc. En fait, on utilise tout ce qu’on a sous la main, ou presque. »

Le girls band des Lay This Drum, au grand complet.

Sous leurs airs de « percuféministes », brandissant leurs baguettes pour faire résonner la voix des femmes derrière les batteries (et sur la scène en général), le girls band des Lay This Drum met un point d’honneur à s’adonner à l’auto-dérision. « Ça paraît très sérieux comme ça, mais il faut savoir qu’on va surtout se moquer et rire ! » L’idée, insistent Gaëlle et Adélaïde, « c’est pas de sortir en se la jouant comme des Femen. Mais de rigoler de nous-même, de passer un bon moment familial, et puis si le public se pose une ou deux questions en sortant, là notre pari sera gagné ».

 

Le spectacle Lay This Drum ! se jouera à L’Espace Delvaux / La Vénerie, à Watermael Boitsfort les 20,21,22 et 23 septembre 2018. Infos et réservations ici.

CIM Internet