Paris Match Belgique

Monstre du théâtre, Jean Piat s’en est allé

jean piat

Jean Piat, en 2016. | © AFP PHOTO / MARTIN BUREAU

Art et Scène

Comédien légendaire, connu également pour son rôle dans Les Rois Maudits, Jean Piat est décédé à quelques jours de ses 94 ans.

Le comédien Jean Piat, monstre sacré du théâtre français qui avait marqué les esprits dans le feuilleton télévisé Les Rois maudits en 1972, est mort mardi soir à Paris à quelques jours de ses 94 ans, ont annoncé ses filles à l’AFP. Il s’est éteint huit mois après sa compagne, la romancière et comédienne Françoise Dorin, décédée en janvier. Il aurait eu 94 ans dimanche. « Dominique et Martine, ses filles, ont la douleur de vous annoncer le décès de leur père, monsieur Jean Piat, Sociétaire Honoraire de la Comédie Française, à 21h00 dans sa 94e année en son domicile parisien », ont écrit ses filles dans un communiqué transmis à l’AFP.

Interprète des grands rôles classiques et romantiques, Jean Piat a consacré sa vie au théâtre, où il fut un grand « Cyrano de Bergerac », rôle qu’il a tenu près de 400 fois. « J’aime des textes qui défendent des valeurs auxquelles je crois ou qui posent des questions essentielles », disait cet acteur aux yeux bleus et à la voix chaude et profonde, sportif accompli qui a toujours paru plus jeune que son âge. Pendant plus de 70 ans, le comédien aura été également Don César (Ruy Blas), Alceste (Le Misanthrope) ou Don Quichotte, chantant après Jacques Brel, dans L’Homme de la Mancha. « Je joue, parce que quand je ne joue pas, j’ai l’impression d’être privé de dessert !’, disait-il à 90 ans passés, l’oeil toujours pétillant.

Le Roi Maudit

Mais c’est le petit écran qui l’a largement fait connaître du grand public. En 1972, il frappe les esprits dans la série en six épisodes Les Rois Maudits de Maurice Druon, dans le rôle de Robert d’Artois, tout de rouge vêtu. En juillet 2017, il était remonté une nouvelle fois sur les planches, pour la pièce Love Letters.

« Je ne pense pas au prochain rôle. (…) Je pense au cimetière. C’est peut-être la dernière pièce que je joue », avait-il affirmé à la radio Europe 1. « Ce n’est pas triste, c’est une logique. On naît, on vit, on meurt : c’est aussi simple que ça », avait-il ajouté.

Avec Belga

Mots-clés:
Théâtre Jean Piat
CIM Internet