Tableau de Picasso retrouvé en Roumanie : Le coup monté d’un collectif belge

Tableau de Picasso retrouvé en Roumanie : Le coup monté d’un collectif belge

Picasso

Peintures volées à Rotterdam Kunst Museum lors du "Vol du Siècle". "Tete d'Arlequin", en bas à droite. | © AFP PHOTO DANIEL MIHAILESCU

Art et Scène

« Tête d’Arlequin » avait été volé à Rotterdam en même temps que six autres chefs-d’œuvre, valant ensemble plus de 200 millions d’euros. 

Update : Cet article (préalablement publié le 18 novembre) a été mis à jour le 19 novembre avec les informations sur le coup de pub d’un collectif belge.

C’était trop beau pour être vrai. La « découverte » en Roumanie d’une soi-disant œuvre de Picasso volée en 2012 aux Pays-Bas n’est semble-t-il rien de plus qu’un coup de pub du collectif théâtral anversois BERLIN, affirme la chaîne néerlandaise NOS dimanche sur son site internet. Les deux figures derrière ce collectif, Yves Degryse et Bart Baele, auraient reconnu la supercherie dans une lettre adressée aux personnes qui ont trouvé le « Picasso », à savoir l’écrivaine roumaine Mira Feticu et le journaliste néerlandais Frank Westerman.

Ce coup de pub serait lié à leur nouvelle représentation « True Copy », dont la première a eu lieu jeudi à Anvers. La pièce est consacrée au maître faussaire néerlandais Geert Jan Jansen. Les deux hommes écrivent encore que le but n’était pas que Mira Feticu et Frank Westerman se rendent en Roumanie. « Malheureusement, cela s’est passé autrement et nous le regrettons ». Ils disent encore vouloir rapidement rencontrer l’écrivaine et le journaliste. Le site du collectif BERLIN a entretemps fait état de la supercherie et promet davantage d’explications dans les prochains jours.

Supercherie

Samedi, l’ambassadrice des Pays-Bas en Roumanie, Stella Ronner, confirmait, selon les médias publics néerlandais de la NOS, que le Picasso volé en 2012 par un groupe de Roumains au Kunsthal de Rotterdam pourrait avoir été retrouvé.

Lire aussi > Dora Maar après Picasso : quarante-cinq ans de solitude

Matisse
Espace vide, où se trouvait le tableau « La Liseuse en Blanc et Jaune » d’Henri Matisse. Le 15 octobre 2012, il est volé avec six autres chefs-d’œuvre – valant ensemble plus de 200 millions d’euros – au Kunsthal, Rotterdam. Parmi celles-ci :  « La Tête d’Arlequin » de Pablo Picasso, « Waterloo Bridge, London » et « Le Pont de Charing Cross, Londres », de Paul Gauguin, « Une Femme Devant une Fenêtre Ouverte », dite La Fiancée « , » Autoportrait » de Meyer de Haan et « Femme aux yeux fermés » de Lucian Freud. © AFP PHOTOANP / ROBIN UTRECHT.

Le tableau, dont une enquête devait déterminer s’il s’agit bien de l’œuvre disparue « Tête d’Arlequin », avait été soi-disant découvert grâce à un tuyau anonyme parvenu par courrier à l’écrivaine Mira Fetuci, d’origine roumaine et habitant aux Pays-Bas. Elle s’est intéressée au vol, au sujet duquel elle a écrit un livre en 2015. La lettre anonyme qui lui avait été envoyée indiquait que l’œuvre de Picasso était cachée en Roumanie. Sous un arbre, dans le village de Greci, un dessin emballé dans du plastique avait en effet été « découvert ». Le prix du tableau a été évalué entre 14 et 18 millions de dollars.

Avec Belga

CIM Internet