Blanche Gardin : « Je ne pourrai accepter une récompense que sous un gouvernement qui tient ses promesses »

Blanche Gardin : « Je ne pourrai accepter une récompense que sous un gouvernement qui tient ses promesses »

Blanche Gardin

L'humoriste se bat déjà pour la cause des sans-abri. | © Facebook @blanchegardinad2

Art et Scène

Dans une lettre ouverte destinée au président Macron, l’humoriste Blanche Gardin tacle sa politique de logement et refuse de recevoir l’ordre des Arts et des Lettres.

« Monsieur le Président, je suis flattée. Merci. Mais je ne pourrai accepter une récompense que sous un gouvernement qui tient ses promesses et qui met tout en œuvre pour sortir les personnes sans domicile de la rue ». Voilà comment débute la lettre de l’humoriste Blanche Gardin au président Macron, qu’elle a publiée sur sa page Facebook. Elle y répond sans langue de bois à un e-mail provenant du ministère de la Culture français l’invitant à accepter une nomination dans l’ordre des Arts et des Lettres. En trois paragraphes, elle y explique sans détour pourquoi sa réponse sera « Non ». Un « non » qui tacle la politique du gouvernement français pour loger les personnes SDF.

Lire aussi > 400 toits : la campagne qui part en quête de logements pour les sans-abris bruxellois

Elle y rappelle la déclaration du président français datant de juillet 2017 : « La première bataille c’est de loger tout le monde dignement. Je ne veux plus, d’ici la fin de l’année, avoir des hommes et des femmes dans la rue, dans les bois ou perdus ». Près de deux ans plus tard, le gouvernement français a reconnu son échec. Et l’humoriste critique les mesures prises par ce même gouvernement et qui, d’après elle, n’ont pas été dans le sens d’une politique de logement plus accessible. « Mais simultanément vous avez baissé durement les APL (aide personnalisée au logement, NdlR) qui aident les plus pauvres à se loger, vous avez réduit les budgets des centres d’hébergement d’insertion pour les sans domicile, vous avez coupé une part importante des moyens dédiés à la construction de logements sociaux, coupé drastiquement dans les emplois aidés, supprimé l’ISF (impôt de solidarité sur la fortune, NdlR), ce qui a eu, entre autres conséquences, de faire chuter les dons aux associations qui luttent en faveur des plus démunis ».

Le combat pour loger les plus démunis tient à coeur à Blanche Gardin qui estime dès lors que les actions du gouvernement ne sont pas en phase avec ses valeurs. « Il y en a de plus en plus tous les jours, des femmes, des hommes, et des enfants qui vivent, dorment et meurent dans les rues de France. Mais peut-être votre absence de vision vous a aussi ôté la vue. Les solutions existent. Vous le savez », continue-t-elle de manière un peu plus incisive.

Le 31 mars dernier, elle donnait un spectacle au Zenith de Paris : Bonne nuit Blanche. Tous les bénéfices de cette soirée ont été reversés à la fondation Abbé Pierre et à l’association Les enfants du Canal. Elle termine sa lettre en expliquant :« Vous comprendrez qu’il y aurait quelque chose d’illogique d’accepter votre proposition ». Finalement, ce sera donc « merci, mais non merci ». De quoi mettre en lumière la situation des sans-abri en France (et en Belgique d’ailleurs) et les valeurs de la comédienne.

CIM Internet