Paris Match Belgique

Fake News : Non, Louis C.K. n’a pas plagié un autre humoriste américain

louis ck

L'humoriste Louis C.K. | © BELGA IMAGE.

Art et Scène

Certains médias se sont empressés de relayer l’information alors que l’humoriste en question a catégoriquement réfuté ces allégations.

Louis Székely, celui qu’on connaît sous le nom de Louis C.K., humoriste adulé ces dix dernières années pour ses blagues bien potaches et sa série à succès Louie, était en 2017 en pleine tourmente alors que l’affaire Weinstein battait son plein : Il avait été accusé d’exhibitionnisme par cinq femmes dans une enquête du New York Times. Cette fois-ci, c’est une autre forme d’accusation qui pesait contre lui : Il aurait délibérément plagié son homologue Anthony Jeselnik, à qui il aurait piqué certaines « punchlines ». Sauf que cette fois, il n’en est rien, certains médias s’étant empressés d’écrire à tort que « C.K » avait plagié à la manière de Gad Elmaleh.

Lire aussi > Gad Elmaleh : Une enquête édifiante lève le voile sur ses plagiats à répétition

Un accord d’humoriste à humoriste

Tout commence ce mardi quand le média Page Six publie un article révélant un soi-disant plagiat en bonne et due forme. Louis C.K. aurait « franchi une ligne » et l’humoriste américain Anthony Jeselnik l’accuserait de lui avoir volé des répliques de ses spectacles. Page Six s’appuie sur des propos de Jeselnik, qui avait déclaré avoir rencontré C.K. au Comedy Cellar, le célèbre club de stand-up newyorkais : « J’adore te regarder parce que j’essaye de deviner ta chute, et j’en trouve toujours une autre qui fonctionne et qui est différente de la tienne« , lance alors Louis C.K. à Anthony Jeselnik.

Lire aussi > Louis C.K., #MeToo etc : Comment le king du stand-up US a aguiché Bruxelles

Jeselnik aurait alors autorisé son confrère à utiliser ses vannes, se disant « honoré« , tout en lui demandant de modifier les chutes. Un accord que n’aurait pas respecté C.K. selon Page Six, Jeselnik ayant déclaré : « Je l’ai vu six mois plus tard au Aspen Comedy Festival en train de faire mes putains de blagues ! » Sauf qu’à aucun moment, le jeune humoriste n’accuse directement CK de lui avoir piqué quoique ce soit.


Il n’en fallait pas plus – donc cet article très orienté de Page Six – pour que foule de médias anglo-saxons, mais aussi francophones, dont GQ France et BFM TV, n’embraient et taxent C.K. de plagiat. Des titres qui ont agacé Jeselnik en premier lieu, qui a tenu à rétablir la vérité via son compte Twitter comme l’a annoncé Vulture bien avant la publication de certains de ces articles : « Louis C.K. n’a pas ‘volé’ mes contenus. Il m’a demandé ma permission pour utiliser quelques arrangements et c’était un honneur à mes yeux. À cette époque« .

Lire aussi > Shakira nie toute accusation de plagiat

Notons bien la dernière petite phrase, qui ne fait sans aucun doute référence aux accusations d’exhibitionnisme ayant ciblé C.K. après ces faits. Héros un jour, mais pas pour toujours apparemment.

CIM Internet