Paris Match Belgique

Festival de Salzbourg : Un opéra de Mozart utilisé comme plaidoyer climatique

Russell Thomas et Jonathan Lemalu performant "Idomeneo" de Mozart à Salzbourg, le 22 juillet 2019. | © BARBARA GINDL / APA / AFP

Art et Scène

L’opéra « Idomeneo » de Mozart est l’occasion de sensibiliser à la protection climatique, selon le directeur du Festival, Peter Sellars.

 

« Idomeneo » de Mozart a été présenté en ouverture du Festival de Salzbourg comme un plaidoyer sur le changement climatique et l’activisme des jeunes, samedi dans la ville natale du compositeur en Autriche qui accueille chaque année cet important événement musical.

Composé par Mozart à l’âge de 24 ans, « Idomeneo » fait référence à des « humains qui blâment continuellement les dieux, les étoiles, clamant que la nature est cruelle au lieu de percevoir le message », explique le directeur américain Peter Sellars.

Lire aussi > Quand FaceApp sert aussi à sensibiliser à l’urgence climatique [PHOTOS]

Dans son discours d’ouverture du Festival, il a pressé non seulement les jeunes gens mais aussi les artistes d’être des acteurs clés pour protéger le climat et les océans. « Il vient un temps où nous avons besoin de nouvelles histoires et qu’il n’est plus acceptable de répéter le cycle déplorable de l’erreur humaine », a-t-il enjoint lors du festival qui attire chaque année des chefs d’État et des hommes d’affaires. « Le temps est venu désormais de souhaiter la bienvenue à une nouvelle génération de créateurs, activistes, réparateurs, restaurateurs et guérisseurs », a-t-il ajouté.

Peter Sellars à l’ouverture du Festival de Salzbourg, le 27 juillet 2019. © Franz NEUMAYR / APA / AFP

250 000 spectateurs attendus

Comme « Idomeneo », d’autres productions d’opéra présentées à Salzbourg cette année sont basées sur la mythologie grecque. Dont un portrait de la figure mythique de Médée, dans l’interprétation contemporaine de Mozart par Luigi Cherubini, de même que l’opéra de 1936 « Œdipe » par George Enescu, sur le mythe d’Œdipe.

Le festival de Salzbourg s’est ouvert samedi pour plus d’un mois de musique et de théâtre en misant sur cinq créations lyriques dont une très attendue « Aïda » chantée par Anna Netrebko. Comme chaque année, Salzbourg est le festival des superlatifs avec 41 jours d’événements jusqu’au 30 août, près de 200 représentations dans les lieux les plus prestigieux de la cité de naissance de Mozart. La manifestation vise les 250 000 spectateurs.

La première édition du nouvel intendant Markus Hinterhaüser s’est choisie comme fil rouge « la ronde du pouvoir » au fil de plusieurs opéras : Lear, Wozzeck, Lady Macbeth de Mzensk ou La clemenza di Tito de Mozart.

Lire aussi > En Allemagne, la mise en scène puissante contre le réchauffement climatique [PHOTOS]

Avec Belga

CIM Internet