Paris Match Belgique

« Le fabuleux destin d’Amélie Poulain » renaît sous la forme d’une comédie musicale

Vidéo Art et Scène

Son fabuleux destin a marqué toute une génération. Pour les nostalgiques, Amélie Poulain revient sur les planches de Broadway.

Amélie, Nino, Dufayel et le nain de jardin sont de retour, seize ans après la sortie du « Fabuleux destin d’Amélie Poulain », mais à Broadway, sous la forme d’une comédie musicale, un défi d’adaptation, presque une gageure.

« Dans le film, elle parle très peu »

Introspective, tout entière livrée à son imagination, Amélie devait ainsi devenir un personnage de scène, qui parle, chante, voire danse, durant tout un spectacle. « Dans le film, elle parle très peu », reconnaît Craig Lucas, auteur du livret de la comédie musicale, dans un entretien à l’AFP. « Nous avons dû retranscrire ses pensées et ses actes en paroles. »

Lire aussi : Un siècle de films musicaux inoubliables

Il a fallu préciser, verbaliser l’indiscible, chez un personnage qui, en outre, « n’aime pas être réduit à une description », reconnaît l’auteur, « ce qui fait, en partie, son charme ». Il s’est aussi aidé des autres personnages, qui contribuent à donner aux spectateurs une impression plus précise d’Amélie. Le résultat bénéficie de la présence de Phillipa Soo (26 ans) en Amélie, peut-être la jeune actrice la plus prisée de Broadway actuellement, aperçue notamment dans la comédie musicale événement, « Hamilton ».

#internationalwomensday The Future Is Female. ❤💋🎒⛑🦀🍄🌹🌺🍒🌶🚗📕❌⭕️‼️

A post shared by Phillipa Soo (@phillipasoo) on

Monument du cinéma français

Celle qui a adopté la coupe au carré et les grosses chaussures noires familiarisées par Audrey Tautou était déjà de la première lecture de la comédie musicale, il y a quatre ans. « C’est quelqu’un de très naturel, qui n’amène pas beaucoup d’artifice », explique Craig Lucas, au sujet de Phillipa Soo, qui a été marquée par le film de Jean-Pierre Jeunet.

Il aura fallu cinq ans à Craig Lucas, qui a notamment signé le livret du récent « Un Américain à Paris » vu à Paris et Broadway, pour adapter ce monument du cinéma français, qui a marqué une génération. Plus de 40 chansons ont été écrites pour, au final, n’en retenir que 24, a-t-il expliqué lors d’un entretien à l’AFP.

(Avec Belga)

CIM Internet