Paris Match Belgique

8 mars : Visite guidée contre l’invisibilité des femmes

Femmes au musée

Occulter les femmes des musées, c'est occulter l'histoire de l'art. | © Lucrezia Carnelos/Unsplash

Art et Scène

Dans l’art aussi la place de la femme est à revoir.

 

Le 8 mars marque la Journée internationale pour les droits des femmes. Un événement qui signifie nombre de mobilisations comme la deuxième édition de la grève des femmes dimanche et lundi. La lutte prend des formes diverses, pour mettre le doigt sur des inégalités ou améliorer la représentation des femmes dans plusieurs sphères de la société. L’art n’est pas en reste avec notamment une visite guidée axée sur les femmes le 8 mars au Musée Fin-de-Siècle à Bruxelles.

Lire aussi > Journée des droits des femmes : Comment les hommes peuvent être des alliés

Cette visite guidée, organisée depuis plusieurs années aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique (MRBAB), propose d’analyser les représentations des femmes dans les collections artistiques à travers le prisme du genre, explique Lyse Vancampenhoudt, qui organise l’événement. Cette édition franchit un pas supplémentaire, en abordant les « artistes invisibilisées, leurs manières de créer mais aussi le rôle de l’institution muséale » et sa remise en question « par rapport à l’invisibilisation des femmes artistes », poursuit-elle.

« On a occulté les femmes des musées »

Car les femmes sont très clairement absentes des musées bruxellois – le terrain que connaît Mme Vancampenhoudt. Seules trois œuvres de femmes artistes sont exposées de manière permanente aux MRBAB, qui compte trois institutions : Old Masters, Fin-de-Siècle et le musée Magritte. Même si les collections se sont majoritairement constituées à la fin du 19e siècle, « siècle clairement le plus misogyne », les réserves comportent « d’autres œuvres tout à fait valables et intéressantes de femmes qu’on pourrait exposer », glisse la guide.

« On a occulté les femmes des musées », abonde Pascale Vielle, professeure de droit à l’UCLouvain, spécialisée notamment dans les questions de genre et de protection sociale. « Cela donne l’impression que, pendant des siècles entiers, les femmes n’ont rien fait. Or, ce n’est pas vrai. Les occulter des musées, c’est les occulter de l’histoire de l’art », souligne-t-elle. « Il faut que les musées acquièrent autant d’œuvres de femmes que d’hommes », appelle-t-elle.

Lire aussi > « L’avancée des droits des femmes est synonyme du changement de toute la société »

L’inégale représentation des femmes dans toute une série de sphères sociales, notamment artistique mais aussi économique, intellectuelle, universitaire… est un des enjeux des luttes pour les droits des femmes, selon la professeure Vielle. « Il y a toujours eu des femmes exceptionnelles que ce soit dans l’art, comme avec Angèle, ou le sport avec Justine Henin et Kim Clijsters par exemple. Mais ça ne change pas les choses, ce sont des destins individuels », souligne-t-elle. « Le problème est l’accès à des carrières de conservatrices de musées, à des bourses artistiques, à des résidences d’art… L’enjeu est l’accès aux mêmes possibilités », conclut-elle.

Avec Belga

CIM Internet