Paris Match Belgique

3 raisons d’aller voir l’expo Andy Warhol à Liège cet automne

L'exposition nous rappelle que Andy Warhol a aussi créé un des premiers magazines "people" dont le but était de faire parler les stars de leur "simple" quotidien... Un magazine qui aura survécu 30 ans à son fondateur avant de fermer ses portes en 2018. | © Laurent Depré

Art et Scène

La pape du Pop Art est fêté au musée de La Boverie situé dans le superbe parc du même nom. Une exposition qui revient sur le parcours artistique incroyablement riche d’un des plus grands noms de la seconde moitié du 20e siècle.

 

Par L.Dp

Depuis le début du mois d’octobre, la Boverie accueille Warhol – The American Dream Factory : retrospective de la carrière de l’artiste du rêve américain qui a souvent tourné au cauchemar. L’exposition rassemble ses œuvres les plus célèbres provenant des plus grands musées du monde et de collections privées ainsi que des documents rares exposés pour la première fois. Ce sont quarante années d’histoire des Etats-Unis dont Warhol a su capter l’âme et régurgiter en sérigraphies typiques de son style toutes les contradictions.

1. De la pub dessinée aux années sida : le 20e siècle dans sa superbe tragique

©Laurent Depré

Warhol ce sont des oeuvres et du travail artistique qui ont traversé avec fulgurance quatre décennies: 50,60, 70 et 80. On retient surtout ses sérigraphies détournées des portraits de Mao, Marilyn Monroe, John Lennon… Mais nous avons face à nous un artiste qui a touché absolument à tout: créations publicitaires, peintures, photos, films, clips vidéo, pochettes d’albums, magazine, art visuel… La liste est longue et cette exposition nous en donne un goût certain. Il y a de nombreuses oeuvres qui appartiennent à des privés belges. L’évenement est découpé en décennies pour contextualiser les diverses époques qui ont marqué le travail de l’Américain. C’est forcément très visuel et cela devrait plaire aussi au plus jeune qui ne le connaissent pas ou peu. L’exposition s’achève sur cette terrible photo représentant Andy Warhol avec Jean-Michel Basquiat et Keith Haring. Les années 80 vont perdre en l’espace de trois ans ces trois fabuleux artistes. Comptez une heure et demie pour la visite.

Lire aussi >Carte blanche : La culture et l’art ne sont pas une évidence pour notre société

©Laurent Depré

2. Prenez le temp de vous balader dans Liège

Après ou avant de parcourir l’expo, le parc de la Boverie est un lieu de détente très agréable. Avec les couleurs de l’automne, c’est un cachet en plus. La passerelle, qui enjambe la Meuse, n’est pas très loin et vous dirigera rapidement vers le centre. Et vers la gare si vous venez de plus loin et que vous voulez laisser la voiture au garage. Celle-ci est située à 10 minutes à pied seulement de la Boverie. Et rien ne vous empêche de passer la journée  complète dans la cité ardente.

 

©Laurent Depré

3. Soutenir un secteur en difficulté

Aujourd’hui certainement plus que jamais, tout en respectant les mesures mises en place par les salles ainsi que les plus élémentaires gestes barrières, il faut aller dans ces lieux de culture et de transmission. Les musées ont besoin de nous et nous avons soif d’expositions, d’arts, de récits, d’histoires… Pour échapper quelques instants aux difficultés liées à la période compliquée que vit l’humanité entière, la culture ne peut être le dernier de nos soucis ou de ceux des dirigeants politiques.

L’expo Warhol – The American Dream Factory se tient jusqu’à la fin du mois de février 2021.

CIM Internet