Paris Match Belgique

Un homme vend la peau de son dos pour 150 000€

Tatouage vendu 150.000 Euros

Un tatouage vendu à 150 000 euros et réalisé sur le dos d'un homme. | © MAXPPP

Art et Scène

Après avoir tapissé des cochons, créé une machine à excréments ou encore détourné des pneus, le (peut-être) dernier artiste surréaliste flamand Wim Delevoye fait de nouveau preuve d’extravagance en choisissant la peau d’un homme pour sa dernière création.

 

Tout prend vie en 2006 dans une galerie à Zurich qui présente l’artiste belge. Durant son exposition, Wim Delvoye demande l’autorisation d’installer un espace de tatouage et de trouver un volontaire qui lui confirait son dos. Aussitôt demandé, c’est une employée de la galerie qui propose l’idée à son copain, Tim Steigner, et qui s’empresse de le présenter à l’artiste. « Un très bon choix, un beau garçon, exhibitionniste à souhait », approuve Wim Delvoye dans une interview pour Le Monde.

C’est ainsi que Tim, s’est lancé dans une expérience inédite et s’est vu tatoué une œuvre baptisée à son nom. Sur son dos la vierge en prière, « couronnée » d’une tête de mort mexicaine.

En 2008, Rik Reinking, un collectionneur vivant à Hambourg rachète l’œuvre – ou le dos de Tim Steiner – pour la somme de 150 000 €. Dans le contrat, le volontaire autorise que la peau de son dos soit dépecée et tannée après sa mort, pour la remettre à son acheteur.

Pour Wim Delevoye son rêve ultime était de vendre le dos de Tim aux enchères mais sans succès car les maisons de vente ne s’y sont pas frottés. Il faut dire qu’il est illégal de vendre une partie de corps humain, des produits du corps humain ou plus largement tout « objet contrevenant à la dignité humaine », lit-on dans Le Monde.

Lire aussi > Une oeuvre numérique vient d’être vendue 69,3 millions de dollars, et bouleverse le marché de l’art

Un long-métrage réadapte le récit

La réalisatrice tunisienne Kaouther Ben Hani a été nommée pour l’Oscar du meilleur film étranger avec son film L’homme qui a vendu sa peau inspiré du récit et de la création de Wim. Dans son film où elle adapte l’histoire de Tim Steiner, la réalisatrice raconte comment un Syrien décide de renoncer à son dos et de l’offrir à un artiste en échange d’une vie meilleure en Europe.

CIM Internet