Paris Match Belgique

Le « So British » Paul Taylor se produira en Belgique jeudi prochain

Le « So British » Paul Taylor se produira en Belgique la semaine prochaine

"Quand on est exposé à des langues et des cultures différentes, forcément ça change notre vision du monde." | © Laura Gilli

Art et Scène

Il sera sur la scène de la Madeleine, à Bruxelles, pour la dernière représentation de son spectacle So British (ou presque) en Belgique.

 

C’est un pari osé qu’a pris Paul Taylor en se lançant dans le stand-up il y a quelques années : proposer un spectacle en français… mais aussi en anglais. Un sacré défi quand on connaît le talent des francophones pour la langue de Shakespeare. « C’était un vrai débat au début quand j’en parlais aux gens. Soit ils me disaient que c’était une hyper bonne idée, que c’était unique, que personne n’avait jamais fait ça, donc ça pouvait être cool. Soit ils me disaient « bah t’es con, les Français ne savent pas parler anglais, donc ça va scinder ton public » », nous confie l’humoriste. Et à en juger par les salles de spectacle remplis, on ne peut que se dire qu’il a fait le bon choix. « Il y a assez de gens visiblement qui comprennent assez bien l’anglais pour comprendre le spectacle, parce qu’en vrai, mon anglais n’est pas très compliqué non plus. C’est un anglais parlé et accessible. »

Avec son attitude survoltée et sa personnalité attachante, cet humoriste anglais s’est très vite fait une place dans la scène de l’humour francophone. Avec sa vidéo de « la bise », montrant l’absurdité de cette coutume qui nous est chère, il fait le buzz et se fait vite connaître. « Comme beaucoup de stand-upeurs, on raconte la vie de notre point de vue. J’ai eu de la chance car la vidéo a explosé, donc le premier spectacle a tout de suite été complet depuis la première date jusqu’à la dernière. Le deuxième spectacle a commencé pas longtemps après le premier, ce qui a aussi aidé à remplir. »

Dans ses spectacles, Paul Taylor parle de sa vie d’Anglais vivant en France. Ayant grandi jusqu’à ses 9 ans chez nos voisins, il parle français sans aucun accent. Une qualité qui le met parfois dans l’embarras, comme lorsqu’il se retrouve dans un magasin de bricolage et qu’il ne connaît pas le mot « carrelage ». Des situations de la vie courante qu’il aime raconter et tourner en dérision. « Il y a toujours une base de vérité. Après, évidemment, il y a des choses qui sont exagérées. C’est la base du stand-up : c’est de prendre des situations de la vraie vie et puis les exagérer. » C’est notamment le cas d’une phrase dans son spectacle So British (ou presque), qui revient assez souvent : « Je suis pas inquiet, mais je suis pas à l’aise ». « Ça, c’est une vraie phrase que l’obstétricienne a vraiment sortie pendant l’échographie. »

Surmonter le Brexit

Né d’un père anglais et d’une mère irlandaise, et ayant grandi en Suisse et en France durant son enfance, Paul Taylor se forge dans une société multiculturelle. « Quand on est exposé à des langues et des cultures différentes, forcément ça change quelque chose en nous, dans notre façon de grandir et dans notre vision du monde. C’est une chance incroyable. Ça t’ouvre une porte à la culture, à l’inclusion, à la tolérance. Ce qui est beaucoup plus intéressant que si on grandit dans un petit village d’Angleterre et qu’on reste là toute notre vie. Et que l’on voit tout ce qui est étranger comme une menace sur notre boulot, sur nos valeurs, sur nos cultures… »

Au début de son spectacle, Paul Taylor demande d’ailleurs s’il y a des spectateurs originaires d’un autre pays. « Je trouve ça cool parce qu’au début du spectacle, ça met tout le monde sur la même page. Souvent, chacun vient avec ses a priori des gens autour d’eux, et après, je crois que tout le monde se dit « ah cool, il y a plein de gens d’endroit différent ». Ça détend les gens. »

Et quand la Grande-Bretagne vote en faveur du Brexit, l’humoriste prend un coup de massue. « Je trouve ça juste con. C’est l’opportunité qui a été enlevé à plein de jeunes, toute une génération qui n’aura pas la chance de vivre ce que moi j’ai vécu en tout cas. Je trouve ça bien dommage. Ça ne veut pas dire qu’ils ne pourront plus voyager, mais ce sera plus difficile administrativement parlant. » Une décision qui l’affecte d’autant plus qu’étant marié à une Française, ils ne peuvent pas retourner vivre en Angleterre avec leur petite fille Louise. « Même si tu es marié à un Britannique, il faut quand même que tu remplisses des critères d’embauche. Ce qui est compliqué, vu qu’elle travaille avec moi. »

L’humoriste retournera tout de même en Angleterre pour jouer la dernière date de son spectacle le 28 janvier prochain. « L’idée c’est de capter la dernière date du spectacle à Londres. Ça peut être cool de raconter un truc où je retourne à Londres pour, en fait, jouer devant des Parisiens (rires). Je ne suis pas du tout connu au Royaume-Uni. » Pour le voir une dernière fois en Belgique avant son nouveau spectacle (qui devrait prendre un ou deux ans), il faudra venir à La Madeleine, à Bruxelles, le jeudi 7 octobre. Faites vite, il ne reste plus beaucoup de places !

Le « So British » Paul Taylor se produira en Belgique la semaine prochaine
© DR
CIM Internet